Maradi : Découverte de sites aurifères dans la commune rurale de Dan Issa

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Depuis deux semaines, le village de Chenagé-Garin Liman, situé à 8 km au Nord-Est de la ville de Dan Issa (Département de Madarounfa) est devenu un véritable pôle d’attraction des populations. Pour cause, la découverte d’un site d’orpaillage. En effet, ce village méconnu il y a peu de temps est aujourd’hui devenu une destination prisée grâce à la découverte de ce métal précieux qui est actuellement extrait dans trois (3) sites. Un fait qui n’étonne point car, depuis longtemps, des études, bien qu’elles soient superficielles, ont mis en évidence l’existence de l’or dans le département de Madarounfa.

Plus de 5000 personnes venant de tout le Niger, du Nigéria et du Burkina Faso travaillent sur ces sites. Elles prélèvent de la terre, la lave avec des instruments de fortunes et au moyen de techniques rudimentaires. Le lavage permet d’extraire des quantités plus ou moins petites de ce métal précieux. La spécificité de ces sites, c’est que l’orpailleur n’a pas besoin de creuser profondément pour trouver de l’or.  Chaque jour, ce sont des centaines de personnes qui débarquent dans ce village, qui pour l’extraction de l’or ou pour l’achat, qui pour installer un commerce et ce, dans tous les domaines.

C’est pour constater de visu la réalité du terrain et attirer l’attention des occupants de ce site d’orpaillage que le gouverneur de la région de Maradi, M. Zakari Oumarou, accompagné des responsables de la direction régionale des mines et des enseignants chercheurs de l’Université Dan Dicko Dankoulodo, a fait le déplacement sur ce site. Face aux orpailleurs, le gouverneur a rappelé que tout pays de ce monde est régi par des lois à travers des dispositions réglementaires qui s’imposent à tous. «Après la certification de l’existence de l’or sur un site, la première loi est celle qui consiste à demander l’autorisation d’exploitation, l’attribution d’une carte d’orpaillage, la parcellisation du site» a-t-il précisé. Aussi, le gouverneur a rappelé qu’il y a des mesures sanitaires qui s’appliquent sur les sites d’orpaillage. «Avec un tel attroupement, convenez avec moi qu’il y a obligation d’observer certaines mesures sanitaires surtout en cette période où il y a des maladies telle que le choléra et le COVID» rappelle-t-il

Pour ce qui est de la sécurité, on sait que le département de Madarounfa fait face à un banditisme, situation  qui était à l’origine de la visite de travail du Président de la République, Chef de l’Etat, Mohamed Bazoum dans ce département. M. Zakari Oumarou a indiqué que la sécurisation de ce lieu relève  de la responsabilité de l’Etat et des mesures de sécurité seront prises afin de permettre aux occupants de vaquer à leurs occupations en toute quiétude. Mieux, le gouverneur a fondé l’espoir que cette activité d’orpaillage remplace les actes de  banditisme et d’enlèvement avec demande de rançon auxquels les jeunes s’adonnent dans cette zone. Il a demandé aux orpailleurs d’informer, en toute discrétion, les forces de sécurité dès qu’ils constatent des gens aux comportements ou intention suspects.

Le gouverneur de la région de Maradi a aussi rappelé que la maladie du COVID 19 décelée dans le département de Guidan Roumdji a été introduite dans ce département par ses ressortissants ayant séjourné sur un site d’orpaillage au Mali. «Vous devrez être vigilants, ouvrir l’œil sur la santé de ceux avec lesquels vous travaillez» a-t-il lancé aux orpailleurs. A l’endroit des acheteurs d’or, le gouverneur a signalé que d’ici peu, il y aura une rencontre avec les autorités afin de statuer sur les prix d’achat et autres questions.

Amadou Tiémogo  ANP-ONEP Maradi