Première Session du Comité de Pilotage du Projet de Stabilisation des Régions dans le Liptako Gourma Guichet du Niger : Pour le renforcement de la résilience des populations et des liens de confiance avec les autorités

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, M. Alkache Alhada a présidé, hier matin au Centre International des Conférences Mahatma Gandhi de Niamey, la cérémonie d’ouverture de la Première Session du Comité de Pilotage du Projet de Stabilisation des Régions dans le Liptako Gourma Guichet du Niger. Ce comité constitue un instrument très important pour le renforcement de la résilience des populations et l’amélioration des liens de confiance entre les autorités et les populations de cette zone affectée par l’insécurité depuis des années. Plusieurs personnalités participent à cette première session. 

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, M. Alkche Alhada a souligné que la situation qui caractérise le Liptako Gourma justifie l’intérêt qui lui est porté par la pertinence de la mise en œuvre de l’initiative de stabilisation. Cette initiative permet à la population d’avoir de l’espoir et des nouvelles perspectives dans l’amélioration de leurs conditions de vie et celle du retour de la sécurité dans la zone. « Le Programme de l’implémentation du Projet de Stabilisation dans le Liptako Gourma découle des conséquences d’une aggravation de la situation sécuritaire qui prévaut dans la zone des trois frontières. Cette situation continue de se détériorer en dépit des efforts importants que nous avons déployés avec l’accompagnement de nos partenaires. Conjuguée à d’autres crises notamment sanitaires et climatiques, cette situation dans le Liptako Gourma nécessite une action concertée, réfléchie et rapide », a relevé le ministre de l’Intérieur. Dans cette démarche le ministre a relevé l’importance de l’action civile dans l’accompagnement des efforts qui sont en train d’être faits. Le ministre Alkache n’a pas aussi perdu de vue la nécessité de renforcer la coopération internationale en vue de mobiliser plus des partenaires dans la mise en œuvre de cette initiative. Les actions, a indiqué la Ministre, doivent prendre en compte le renforcement des structures et services de l’Etat, la promotion de dialogue politique au niveau local et intercommunautaire, dont l’objectif est bâtir et renforcer la confiance et la cohésion sociale entre les communautés et l’Etat y compris la composante force de défense et de sécurité. Le ministre a souligné que c’est dans cette perspective que le retour de toutes les populations déplacées dans leur terroir a été programmé à partir du 20 juin, conformément aux engagements et à la volonté du Président de la République Mohamed Bazoum « qui entend d’une part redonner de confiance aux communautés touchées par ces conflits pour qu’elles vivent en toute tranquillité, et d’autre part, les assurer par la présence permanente des forces de défense et de sécurité et d’un accompagnement conséquent pour faire face à la reprise de leurs activités agricoles avec la saison pluvieuse que nous souhaitons abondante et fructueuse », a déclaré le ministre Alkache Alhada. Il a aussi rassuré les partenaires de l’Etat sur sa volonté et sa détermination à tout mettre en œuvre pour renforcer la résilience des populations et améliorer des liens de confiance entre les autorités et les populations, à travers entre autres la mobilisation des acteurs locaux notamment la chefferie traditionnelle et la création au sein du ministère de l’intérieur d’une cellule nationale de coordination des programmes de stabilisation.

Présente à cette rencontre la Coordinatrice du Système des Nations Unies au Niger a salué le gouvernement du Niger et ses partenaires pour tous les efforts pour renforcer les liens de coopération et de collaboration entre eux. Mme Louise Aubin a encouragé les différents acteurs, notamment les partenaires du Niger, déployer à plus d’efforts pour mobiliser les ressources nécessaires au profit des populations de ces zones très vulnérables. Elle a aussi relevé la cohérence qui  existe entre le programme du gouvernement et les priorités qui se posent dans cette zone. La Coordinatrice du Système des Nations Unies a saisi cette opportunité pour témoigner la disponibilité du système des nations unies  à accompagner le Niger dans ses efforts. 

Auparavant, les Ambassadeurs d’Allemagne, du Pays-Bas et du Royaume Uni au Niger, ont tous salué cette initiative et exprimé leur engagement à accompagner le Niger dans ce processus.

Les travaux de cette Session seront sanctionnés par l’approbation du mécanisme de financement 2021 et l’approbation du mécanisme de mise en œuvre.

 Ali Maman(onep)