Présentation d’un dispositif de régénération d’eau de fausse sceptique en eau potable au Ministère de l’Hydraulique : Les autorités de la Ville de Niamey émerveillées par une potentielle solution aux problèmes d’assainissement urbain

Société

Sur invitation du ministre Mahaman Adamou, le président du Conseil de Ville de Niamey, le député-maire Oumarou Dogari a assisté, vendredi dernier, au ministère de l’hydraulique et de l’assainissement, à la présentation d’un dispositif de production d’eau potable par le traitement des eaux issues des fausses sceptiques. L’eau traitée par un système de la «Technologie Advanced Environ)) Septic» n’est pas destinée à la consommation, mais pour l’arrosage des plantes, le lavage de véhicule et terrasse et à l’utilisation dans les sanitaires (WC).

Le système, en phase pilote au Niger, n’existe pour le moment qu’au ministère de l’hydraulique. Il a été installé en novembre 2020. Il traite la fausse du ministère et produit deux fois 2000 litres chaque semaine. Selon le représentant du consortium d’entreprises canadienne et nigérienne, hormis le transport du matériel et des experts, le dispositif a couté à peine 5 millions de FCFA. «La qualité de cette eau est suivie par le LANSPEX qui est un laboratoire très bien équipé avec du matériel moderne. Les analyses se font aussi, parallèlement au Canada. Mais quelle qu’en soit la qualité de cette eau, nous ne conseillons pas aux gens de la boire», précise M. Hassane Yahaya. 

Le dispositif a impressionné le député-maire Oumarou Dogari et les cadres de la Ville de Niamey qui l’accompagnent. «Il s’agit là d’un système pouvant permettre de rendre potable, je pèse mes mots, tous nos déchets liquides. Une telle technologie pourrait être, pour les agglomérations du Niger, et surtout pour Niamey, d’une importance capitale, quand on sait les problèmes

d’assainissement que nous rencontrons dans nos quartiers», a affirmé le président du Conseil de Ville de

Niamey. Le député-maire Oumarou Dogari s’est dit émerveillé par le système qui consiste à transformer des déchets en un bien utile et nécessaire qu’est l’eau potable.

«Nous allons, en ce qui nous concerne, étudier toutes les possibilités, voir les voies et moyens nous permettant d’étendre ce projet pilote au niveau de la Ville de Niamey, si cela peut couvrir toute la ville. Nous allons ensuite voir avec le ministère comment monter un projet d’envergure, parce que la Ville a des moyens limités. Dans une première étape, nous allons identifier peut-être quelques endroits dans la ville de Niamey pour implémenter ce projet toujours dans l’expérimentation afin que les citoyens intègrent d’abord l’innovation», a laissé entendre le maire de la Ville de Niamey.

 Ismaël Chékaré(Onep)