Atelier Régional sur la planification Familiale en contexte de crise humanitaire : Les défis liés à la planification Familiale en contexte de crise au cœur des échanges

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Du 28 au 30 septembre 2021, s’est tenu à Niamey, un atelier régional sur la planification familiale (PF) en contexte de crise humanitaire. Organisé par l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO), cet atelier qui a  regroupé gouvernement, organisations de la société civile, partenaires techniques et financiers, chercheurs, organisations de jeunes et journalistes a pour thème : « accès à la planification familiale en contexte de crise humanitaire». C’est le ministre de la Santé publique, de la population et des affaires sociales du Niger, Dr Idi Illiassou Mainassara qui a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux en présence de la directrice de l’UCPO Mme Marie Ba, des points focaux des 9 pays du partenariat de Ouagadougou, des participants et de plusieurs invités.

L’objectif Général de cet atelier organisé en prélude à la Réunion Annuelle du Partenariat de Ouagadougou est de discuter des défis liés à la planification familiale en contexte de crise pour apporter des solutions durables en impliquant toutes les parties prenantes afin de rendre équitable les services à toutes les populations.

Plus spécifiquement, cet atelier vise à faire l’état des lieux des contextes humanitaires et leurs impacts sur la planification familiale dans les régions; discuter de l’impact des crises multiformes (sécuritaire, sanitaire, climatique, sociopolitiques, etc.) sur la continuité des services de santé essentiels y compris les services de SSR/PF et les mesures et approches pertinentes de mitigation ; partager les bonnes pratiques et les leçons apprises dans la gestion des services de SSR/PF en contexte de crise humanitaire et fournir des orientations pertinentes à la communauté du Partenariat de Ouagadougou.

A l’ouverture des travaux, le ministre de la Santé Dr Idi Illiassou Mainassara a exprimé toute sa reconnaissance pour le choix du Niger pour abriter cet atelier. Il a par la suite indiqué que le Niger à l’instar de certains pays du partenariat de Ouagadougou connait depuis plusieurs années, une résurgence d’insécurité du fait des acteurs non étatiques armés (Boko Haram au Sud-Est, les bandits armés au Sud-Est, les djihadistes au Nord et Nord-Ouest) avec son corolaire de déplacés et de réfugiés créant une véritable crise humanitaire qui engendre des problèmes majeurs en matière d’accès et d’offre de service de santé reproductive pour ces populations touchées particulièrement pour les enfants, les adolescents, les jeunes, et les femmes. Cette situation humanitaire, a poursuivi le ministre, a eu un impact sur le fonctionnement du système de santé qui s’est manifesté par la fermeture de formations sanitaires dans certaines localités et une insécurité du personnel de santé etc.

Pour sa part, la directrice de l’UCPO Mme Marie Ba a salué le leadership du ministre de la Santé du Niger au sein du partenariat de Ouagadougou au vu des progrès réalisés en matière de santé de la reproduction et santé de la mère et de l’enfant. Elle a par la suite relevé les avancées significatives du Niger en matière de SR/PF et sa contribution dans l’atteinte des objectifs du partenariat de Ouagadougou. Selon ses explications, il a été décidé d’un commun accord avec toutes les parties prenantes du partenariat de se focaliser sur les contextes de crises causées par les changements climatiques, les contextes sécuritaires, sanitaires et d’instabilité qui ont un impact indéniable sur la santé et le bien-être des femmes, sur l’accessibilité à l’information, aux centres de santé et aux produits. «Nous connaissons tous l’impact des crises sur l’éducation, la santé et l’épanouissement de nos populations et espérons que ces initiatives seront fructueuses pour l’amélioration des conditions de vie de nos populations», a-t-elle affirmé.

 Aminatou Seydou Harouna(onep)