Célébration de la fête de travail 2022 : Plus de 87.000 emplois ont été créés en 2021 et environ 16.000 jeunes autonomisés, selon le ministre en charge de l’Emploi

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le 136ème anniversaire des événements historiques de Chicago, ou la Fête de Travail a été commémorée cette année au Niger, en même temps que l’Aid El fitr ou fête de Ramadan, hier dimanche 1er Mai 2022. A cette occasion, le Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection sociale, Dr Ibrah Boukary a livré un message à la veille de ce double événement.

Dans ce message, le Ministre Boukary a souligné que la fête de travail se singularise, cette année dans notre pays. D’abord parce qu’elle coïncide avec la fête de l’aïd El-Fitr, ensuite, elle intervient également avec ce qu’il appelle l’enrichissement du gouvernement en réponse à la main tendue du Président de la République pour un gouvernement d’union nationale, et enfin cette fête est célébrée le lendemain du 1er anniversaire de l’investiture du Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Mohamed Bazoum. Pour le ministre de l’Emploi, l’année qui vient de s’écouler a été marquée par d’importantes mutations, liées notamment, à la crise sanitaire sans précédent qui a été et demeure encore une menace réelle pour l’emploi.

M. Ibrah Boukary, s’est, par ailleurs, félicité de la culture du dialogue social, qu’a bien voulu entretenir le Chef de l’Etat ainsi que de nombreuses réalisations faites par les autorités nigériennes, notamment dans le domaine de l’emploi. «Il y a eu la création, au titre de l’année 2021, de 87.074 emplois, dont 21.594 emplois permanents et 65.480 emplois temporaires répartis entre le secteur public et le secteur privé ainsi que l’autonomisation de 15.943 jeunes en zones rurales et périurbaines», a-t-il annoncé. En termes de perspectives, le ministre a annoncé l’adoption prochaine de la nouvelle politique nationale de l’Emploi, dont l’objectif fondamental est de créer les conditions appropriées en vue de promouvoir le plein-emploi productif et réduire les inégalités d’accès à l’emploi ; l’élaboration d’une seconde phase du PEJIP, avec plus d’ambition aussi bien en termes de champ de couverture nationale, qu’en terme de nombre bénéficiaires.

S’agissant des progrès enregistrés dans le domaine du travail, il faut ajouter l’élection du Niger au Conseil d’Administration du Bureau international de travail (BIT) ; la signature de la convention collective interprofessionnelle le 19 avril 2022 ; la formation des membres du comité directeur national de lutte contre le travail des enfants et le travail forcé. Aussi le ministre Ibrah Boukary a cité la reprise des négociations entre le gouvernement et les centrales syndicales représentatives le 4 mai prochain en vue de finaliser les discussions sur les doléances de 2021 et conclure un protocole d’accord ; l’organisation prochaine d’un atelier gouvernemental et d’un atelier parlementaire sur le rôle de l’inspection du travail dans la migration de la main d’œuvre, et la finalisation du processus de ratification de la convention de 1964 sur les prestations en cas d’accident du travail et de maladies professionnelles.

En matière de protection sociale, le ministre en charge de l’Emploi a annoncé la détermination du taux de couverture sociale qui se situe actuellement à 28,75% ; la mise en place de la mutuelle de santé des agents de l’Etat (MSAE) qui sera bientôt fonctionnelle ; l’élection du Niger comme membre titulaire à la commission de surveillance de la prévoyance sociale, dans le cadre de la conférence interafricaine de prévoyance sociale (CIPRES). Dans le domaine de la protection sociale, le ministre Boukary a annoncé une prochaine évaluation et la révision de la Politique nationale de protection sociale, ainsi que l’élaboration de son plan d’action et enfin l’élaboration d’un code de sécurité sociale consolidé.

Il faut enfin noter qu’en raison de la coïncidence de la fête du travail et de l’Aïd El-fitr, le traditionnel défilé des travailleurs n’a pas eu lieu. Néanmoins, les différentes centrales syndicales ont présenté leurs doléances au gouvernement et ont rendu publique des déclarations.

Mahamadou Diallo(onep)