Célébration de la Journée du 1er mai ou fête de travail : Plusieurs travailleurs honorés et des doléances transmises au gouvernement

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale, M. Ibrah Boukari a présidé, le samedi dernier, une double cérémonie, dans le cadre de la célébration de la fête du 1er mai. Il s’agit de la remise de distinctions à plusieurs travailleurs du secteur privé et public, pour service rendu et la traditionnelle remise des doléances des centrales syndicales au ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale. Cette cérémonie a été réhaussée par la présence de plusieurs membres du gouvernement, du Grand Chancelier des Ordres Nationaux du Niger, M. Mai Manga Oumara, des responsables des centrales syndicales les plus représentatives et des cadres de plusieurs ministères.

Dans son mot introductif, le ministre de l’Emploi, du Travail et de la

Protection Sociale, Dr Ibrah Boukari a, au nom du Gouvernement, salué et félicité les récipiendaires des différentes distinctions. Il les a appelés à plus d’ardeur et de rigueur dans l’accomplissement de leur mission, dans le respect de toutes les dispositions et procédures administratives. Le ministre de l’Emploi a invité l’ensemble des travailleurs du secteur public et privé à s’inspirer des récipiendaires de cette année pour être des fonctionnaires et travailleurs modèles. Il a invité tous les travailleurs à une prise de conscience collective afin d’œuvrer ensemble pour le développement de notre cher pays le Niger. Dr Ibrah Boukari a saisi ainsi cette opportunité, pour réitérer l’engagement et la disponibilité du gouvernement à améliorer les conditions de vie et de travail des travailleurs et à maintenir un dialogue constructif avec les partenaires sociaux.

A cet effet, le ministre a salué les centrales syndicales et l’ensemble des travailleurs pour leur franche collaboration, leur participation ainsi QUE l’ouverture d’esprit lors des différentes rencontres de dialogue social. Le Ministre Ibrah Boukari les a ainsi invités à poursuivre dans cette lancée dans l’intérêt exclusif du pays. Le Gouvernement, a-t-il dit, a été instruit par le Président de la République, Chef de l’Etat pour le renforcement du dialogue avec les travailleurs.

Un hommage a été rendu au Grand Chancelier des ordres nationaux le Général à la retraite Mai Manga Oumara pour l’intérêt et son accompagnement dans ce processus de décoration des travailleurs. En effet, le ministre en charge de l’Emploi et les responsables des centrales syndicales ont chacun reconnu et salué cette disponibilité, mais aussi l’écoute et l’ouverture d’esprit dont fait toujours montre le Grand Chancelier à chaque occasion de la fête du 1er Mai. Cette année, 12 travailleurs

sélectionnés sur la base de plusieurs critères dont l’ancienneté et l’intégrité dans l’accomplissement de leur mission et du travail ont été distingués dans diverses catégories.

La première catégorie concerne la Médaille de Bronze décernée à trois personnes qui sont Issoufou Inoussa Mahamadoul-Habib, Directeur du Capital Humain d’Orabank, Pr Ag Amza Abdou, Chef de Service Ophtalmologie à l’Hôpital National Amirou Boubacar de Lamordé et Mme Maimouna Bachir Malam Mato, Secrétaire de direction au cabinet de Médiateur de la République. La deuxième catégorie est celle des récipiendaires de la Médaille d’argent qui a été décernée à Issaka Djibo, Infirmier à la Lolani, Mme Balkissa Salha Ali, employée de Banque à la Sonibank et Oumarou Mamoudou, admnistrateur à la Chambre de Commerce et d’industrie du Niger (CCIN). Pour la troisième catégorie qui concerne la Médaille d’or trois travailleurs ont été distingués à savoir Mme Maimouna Gabdou, Agent de Banque à SNAR-LEMA, Mme Sabiou née Dicko Oumou-Alher, Inspectrice du Travail à la CNSS et Yacouba Idé, Relais R/H à SOGEA-SATOM. Concernant la dernière catégorie, celle de la grande Médaille d’Or, les récipiendaires sont trois autres personnes qui sont Mme Haoua Niang, Relai R/H à la BOA, Boukari Mamoudou, ingénieur électromécanicien à l’ONPPC et Malam Idi Moutari, liquidateur à la CNSS. Chaque récipiendaire a reçu sa distinction des mains des personnalités présentes à ladite cérémonie.

Les doléances des centrales seront harmonisées pour leur prise en charge adéquate par le gouvernement

L’autre moment qui a marqué cette cérémonie est la lecture et la remise des cahiers de doléances des centrales syndicales les plus représentatives. Ainsi le ministre a reçu de deux cahiers de doléance à savoir celui de la Confédération Démocratique des Travailleurs du Niger CDTN et le cahier commun de l’Intersyndicale des Travailleurs du Niger (ITN) qui regroupe quatre Centrales (USTN, CNT, CGSL-Niger et USPT). Avant de remettre leurs cahiers au ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale, les deux représentants des centrales syndicales ont chacun présenté le contenu. Pour, la CDTN, ces doléances sont résumées en 13 points et pour l’ITN en 16 points. La plupart des points étaient déjà dans l’ancien cahier de doléances remis l’année dernière. Il y’a aussi des nouvelles doléances qui se sont ajoutées de part et d’autre. Il faut souligner que pour l’essentiel, les doléances des deux groupes se rejoignent à quelques différences près, en lien notamment avec la spécificité des travailleurs.

Ainsi on peut noter entre autres doléances de la CDTN, le respect des différents protocoles signés précédemment dont notamment (l’harmonisation des régimes indemnitaires des agents de l’Etat ; l’apurement intégral des incidences financières liées aux avancements et reclassements et l’octroi d’une prime de départ à la retraite); le recrutement significatif à la Fonction Publique et dans les autres administrations de l’Etat ; l’élaboration d’un plan de recrutement des agents contractuels de la santé et de l’éducation à la fonction publique de l’Etat et à la Fonction Publique territoriale ; l’arrêt du recours à la contractualisation à la Fonction Publique ; la poursuite et l’extension de la construction de logements sociaux par l’Etat sur l’étendue du territoire national ; la valorisation du SMIG et du point indiciaire ; l’amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs et la lutte contre la vie chère ; le renforcement du dialogue social et syndical ; la réduction du prix des hydrocarbures à la pompe et l’amélioration de la qualité de l’accès à la téléphonie et à l’Internet ; la régularisation administrative et financière des avancements automatiques au choix ; le rehaussement de l’âge de la retraite à 65 ans pour les travailleurs qui le désirent ; l’octroi d’une indemnité pour les agents de l’Etat travaillant dans les zones d’insécurité et enfin le versement à la CNSS par l’Etat de sa quotte part patronale pour les agents contractuels de l’éducation et de la santé.

Du côté de l’ITN, l’on exige l’harmonisation de la grille salariale ; la construction des logements sociaux par l’Etat au profit des travailleurs avec prélèvements à la source ; la révision de la liste des tableaux des maladies professionnelles en tenant compte de la COVID-19 et autres maladies émergentes ; l’extension de la Sécurité et Santé au Travail à la Fonction Publique ; l’état des lieux de la bancarisation des agents de l’Etat ; l’accélération du processus d’adoption du nouveau statut général de la fonction publique de l’Etat et sa mise en œuvre ; la mise en œuvre de la fonction publique territoriale ; la révision du décret déterminant le montant des frais de mission alloués aux agents de l’Etat de façon à rétablir l’équité entre les agents, etc.

En réponse aux centrales syndicales, le ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale a souligné que toutes ces doléances feront l’objet d’une analyse et d’une étude minutieuse afin qu’elles soient harmonisées et traduites dans une seule et unique plateforme qui sera transmise au gouvernement. M. Ibrah Boukari a enfin rassuré les travailleurs que son département ministériel ne ménagera aucun effort pour continuer à promouvoir le dialogue social.

Ali Maman(onep)