Diffa/célébration de la journée internationale de la gestion de l’hygiène menstruelle : Rompre le silence sur la gestion de l’hygiène menstruelle

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La  MJC  de Diffa  a  servi  de  cadre, le mercredi 15 juin dernier, à la  célébration de la journée internationale  de  la  gestion  de  l’hygiène  menstruelle  (G.H.M) placée sous le thème : « une  éducation à  la  santé et  à  l’hygiène  menstruelle  pour  toutes  et  pour  tous ».

En procédant au lancement des  activités  de  cette  journée,  le  Secrétaire  Général  du  Gouvernorat, M. Hambaly  Bouweye,  s’est d’abord réjoui  de  la forte  mobilisation  de  la  communauté  féminine.  Il a  souligné  qu’au  Niger  la  gestion  des  menstrues  est  rarement abordée dans  les  communautés. Il  a  été  établi a-t-il poursuivi  un  lien  de cause  à effet  entre  le  renoncement  volontaire  des  jeunes  filles  à l’éducation  pendant la  période  des  règles  et  le  manque  d’espaces  appropriés  pour  une  gestion sure,  d’hygiène  et  dans  l’intimité  des  menstruations.

Pour sa part,  le Directeur régional  adjoint  de  la  Santé de Diffa,  Dr  Mamadou  Elhadji  Ibrahim,  a  rappelé que  l’instauration  de  la  Journée Mondiale de l’hygiène  menstruelle remonte à 2014. Son  but est de rompre le silence et diffuser l’information pour permettre  à  la communauté en  général  et  à la Communauté  Scolaire en particulier de communiquer et échanger sur l’amélioration de la gestion de  l’hygiène menstruelle  (GHM).

Quant au représentant  de  la  Direction  de la  Santé  des  Adolescents  et  des  Jeunes, Dr Hamani  Issa, il a  ajouté que cette journée  permet  aussi  d’interpeller les décideurs afin  d’améliorer  les infrastructures  sanitaires adaptées à la  gestion de l’hygiène menstruelle en milieu  scolaire. Il a souligné que l’hygiène menstruelle constitue un sujet tabou  entre les parents et les  filles, car rarement abordée avec les parents, laissant ainsi aux filles le seul choix d’en discuter entre elles.

A son tour, le Coordinateur du  Projet  Genre-Population et Développement  au  Niger  (GPDM)  a  souligné  que  c’est  en  Décembre  2017  que  le  Niger  a  sollicité  et  obtenu  de  l’Agence  Française  de  Développement  (AFD),  le  financement  d’un  Projet  dont  la  finalité  est  d’accompagner  la  transition  démographique  en  contribuant  à  l’amélioration  de la  santé  de  la  population  et  notamment  des  femmes  et  des  enfants.  Dr  Idrissa  Mahamadou Maiga  a  noté que  l’objectif  transversal de  ce Projet  est  la  réduction des  inégalités  de  genre  grâce  à  l’autonomisation des  Jeunes  filles  et  des  femmes. Pour l’année 2022 en cours, sa  contribution est de 407.017.376 Frs destinés à la réalisation  des cliniques mobiles, au renforcement des capacités des agents et à l’acquisition de certains  équipements  comme  les  200 kits  césariennes  au  profit  du  Centre de Santé de  la  Mère  et de  l’Enfant (CME)  de  Diffa  a  conclu.

Mato Adamou ONEP-Diffa