Journée internationale de lutte contre la drépanocytose au Niger, édition 2022 : Plusieurs actions menées dont des séances de sensibilisation pour améliorer la qualité de vie des malades

Société

À l’instar des autres pays du monde, le Niger a célébré le 19 juin, la Journée internationale de lutte contre la drépanocytose. L’édition 2022 est placée sous le thème ‘’drépanocytose : stratégies pour améliorer la qualité de vie’’. Le 22 décembre 2009, l’Assemblée Générale des Nations Unies a reconnu la drépanocytose comme un problème de santé publique en consacrant le 19 juin de chaque année comme journée internationale de sensibilisation sur cette maladie. A la veille de cet évènement, le ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales, Dr. Illiassou Idi Maïnassara a livré un message pour lancer la célébration de cette journée au Niger.

Dans ce message, le ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales a souligné que la drépanocytose est la première maladie génétique mondiale, atteignant environ 50 millions de personnes. Citant les données de l’OMS, le ministre en charge de la Santé a précisé que chaque année 300 000 enfants naissent avec une anomalie majeure de l’hémoglobine et l’on recense plus de 200 000 cas en Afrique. Pour le continent africain, « l’OMS indique une prévalence de 13%. Le  Niger fait partie des pays où la drépanocytose constitue un problème majeur de santé publique du fait de sa prévalence élevée, estimée à 23,2% », a-t-il déclaré.

Evoquant, le thème retenu à savoir ‘’drépanocytose : stratégies pour améliorer la qualité de vie’’, le ministre en charge de la Santé a souligné la pertinence d’un tel choix car le nombre de malades ne fait qu’augmenter chaque année et la drépanocytose est une maladie héréditaire et invalidante donnant lieu à une souffrance physique et psychologique. « Il s’agit d’améliorer la prise en charge de cette maladie par des recherches, la formation des professionnels de santé et surtout des campagnes de sensibilisation. Heureusement, au Niger, les autorités de la République, de nombreux professionnels de santé, des associations de patients se mobilisent pour faire bouger les lignes dans ce domaine », s’est réjoui le ministre Illiassou Idi Maïnassara.

Selon le ministre en charge de la Santé, au Niger, la drépanocytose n’est plus  cette maladie ‘’orpheline’’ qui fait de millions de malades, car le Centre National de Référence de la Drépanocytose (CNRD) offre à ces derniers des facilités d’accès aux soins. Il a précisé que ce centre a pour missions entre autres la prise en charge médicale, psychologique et sociale des sujets drépanocytaires, la formation des professionnels de santé à la prise en charge spécifique de la drépanocytose selon les normes validées, la prévention par la sensibilisation, le dépistage et le conseil génétique, la promotion de la recherche médicale sur la drépanocytose et le développement du partenariat scientifique et médical dans le domaine de la lutte contre la drépanocytose.

Le ministre Illiassou Idi Maïnassara a rappelé que le 19 juin, le Centre National de Référence de la Drépanocytose a organisé des séances de dépistage gratuit et volontaire suivies d’un don de sang à son siège sis au  quartier Terminus. « Au cours de la même journée, des focus groups ont été organisés pour sensibiliser les malades et les autres personnes qui viennent pour se faire dépister », a-t-il conclu.

 Mamane Abdoulaye(onep)