Fondation Tattali-Iyali : Dr Lalla Malika Issoufou, un engagement écologique sans faille

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

En plus de son fort engagement aux côtés des couches vulnérables que sont les femmes, les enfants, les personnes âgées et celles en situation de handicap, la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou a initié, à travers sa Fondation, des actions écologiques fortes. Consciente de ce que l’amélioration du cadre de vie des populations passe aussi par la protection et la restauration de l’environnement, la Première Dame a engagé sa Fondation Tattali Iyali, dans des projets structurants de restauration du couvert végétal dans certains gros centres urbains du pays. Des initiatives qui s’inscrivent dans la droite ligne de l’esprit de la fête de l’arbre couplée à l’anniversaire de la proclamation de l’Indépendance du Niger, célébré le 3 août de chaque année.

 

L’un de ces projets phares de la Fondation Tattali Iyali est la rénovation de l’esplanade de la mosquée de grandes prières de Niamey. A travers ce projet, la Première Dame entend reverdir ce lieu de culte à travers notamment la plantation de 500 arbres fruitiers. Pour ce faire, de sérieux travaux sont réalisés dans le cadre de la voirie et de l’assainissement du site. L’espace a été entièrement pavé, les plants sont clôturés, protégés et alimentés par un système ingénieux et novateur, appelé ‘’Boosteur de croissance des plantes’’. Cette technique mise au point par un chercheur Nigérien Hassane Bissala Yahaya, il y a 15 ans de cela et a été brevetée. Le dispositif est composé de deux parties : Un système d’irrigation qui a un minimum de 15 litres pour 15 jours d’irrigation et une chambre de compostage. Le système a sa propre programmation. Il combine à la fois la gestion du temps et celle de l’eau et régule la température autour des plantes et la pression des racines.

 

L’arboretum de l’esplanade de la Grande Mosquée est sensé être une école pour les jeunes. Il vise en effet à inculquer la culture de la protection de l’environnement aux plus jeunes. En outre, ce site abrite plusieurs espèces végétales en voie de disparition, cela en vue de la conservation du patrimoine forestier national.

 

Mais cette réalisation portée par la fondation Tattali-Iyali fait partie d’un programme encore plus important et ambitieux pour la capitale nigérienne. En effet, l’objectif fixé par la fondation Tattali-Iyali avec l’appui de ses partenaires est de planter 50.000 plants d’arbres à Niamey, précisément le long des différentes artères de la capitale. Déjà une plantation d’alignement a été réalisée à partir de la Blue zone de Niamey tout le long du boulevard Tanimoune sur un linéaire de près de 22 km. Au total, six (6) grandes artères de la Ville de Niamey sont concernées par ce projet.

 

En décembre 2019, la Fondation Tattali Iyali a lancé un autre projet dans le département Illéla (région de Tahoua). Il s’agit d’une opération de plantation en alignement sur 40 km linéaires à base d’arbres fruitiers et d’autres espèces locales. Cette opération a permis de planter environ 12.000 plants (dont 6000 plants d’arbres fruitiers et 6.000 plants d’espèces locales) munis d’une grille de protection en fer. Cette opération a permis de créer 160 emplois temporaires sur mois et de responsabiliser les communautés vivant tout le long des tronçons.

 

Récemment (le 23 juillet dernier), la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou a procédé au lancement du «Programme d’appui à la réponse nationale pour contenir l’impact du nouveau coronavirus en République du Niger». Initié par la Fondation Tattali Iyali, ce programme vise à renforcer la résilience des populations vulnérables face à la crise socioéconomique provoquée par la pandémie de la covid 19 à travers la réalisation des plantations linéaires et la préservation de la biodiversité (l’ODD 15). Il comprend trois composantes essentielles à savoir la plantation d’arbres le long et de chaque côté de la Route Nationale N°1, sur l’axe Niamey-Dosso ; la finalisation de l’arborétum de l’esplanade de la grande mosquée Niamey et la plantation des semis directs des noix de rônier le long du fleuve Niger sur 25 km.

Plus spécifiquement, il s’agira à travers ce programme de :

– Planter et protéger plus de 100 000 plants, sur l’axe Niamey-Dosso, en doubles rangées de part et d’autre de la route dont 8 000 pendant la première année sur une distance de 10 km ;

– Finaliser l’arboretum de l’esplanade de la grande mosquée de Niamey par la plantation en bloc de 400 plants de diverses espèces en intégrant le muret et le jet d’eau ;

– Semer des noix de rônier le long du fleuve Niger sur une longueur de 25 km ;

– Et protéger les villes et villages de l’axe Niamey-Dosso contre les intempéries.

 

Toutes ces actions initiées par la Première Dame Dr Lalla Malika ont un impact à la fois écologique et socioéconomique. En effet, à travers ce projet, c’est environ 500 emplois temporaires qui seront créés. Ce qui permettra la redistribution des revenus à un millier de bénéficiaires directs et indirects impliqués dans des diverses opérations sur le terrain. Ces initiatives sont également en cohérence avec les Conventions internationales ratifiées par le Niger mais aussi et surtout avec l’Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens) portée par le Président de la République, Chef de l’Etat SE. Issoufou Mahamadou.

Les objectifs visés par la Première Dame sont clairs. «Nous espérons une plus grande prise de conscience sur l’importance du végétal en milieux urbain et rural pour renforcer la résilience des populations face aux chocs climatiques et même sanitaires», déclare Dr Lalla Malika Issoufou. La Présidente de la Fondation Tattali Iyali invite les populations, les autorités administratives et coutumières, les services techniques de l’Etat, les ONG et Associations à tous les niveaux à s’approprier ces initiatives. «C’est ainsi que nous pourrons contribuer à l’embellissement de nos villes et villages, à leur protection contre les effets des changements climatiques, ainsi qu’à reconstituer nos formations forestières, à conserver et valoriser la biodiversité», estime-t-elle.

Siradji Sanda(onep)