Journée Internationale de l’Alphabétisation : Le ministre de l’Education nationale appelle à une mobilisation générale en faveur du sous-secteur de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle au Niger

Société
Spread the love

Sharing is caring!

A l’instar du reste de la Communauté Internationale, le Niger célèbre, aujourd’hui 8 septembre, la 55ème édition de la Journée Internationale de l’Alphabétisation placée sous le thème «l’Alphabétisation pour une reprise axée sur l’humain : réduire la fracture numérique». A cette occasion le ministre de l’Education Nationale Dr Rabiou Ousman a livré un message à travers lequel il a parlé de l’importance de la célébration de cette journée avant de s’appesantir sur les actions entreprises par l’Etat du Niger de concert avec les partenaires techniques et financiers pour améliorer le taux d’alphabétisation.

Dans son message, Dr Rabiou Ousman a d’abord rappelé que la journée internationale la Journée Internationale de l’Alphabétisation vise entre autres à rappeler à toutes et à tous l’importance de l’alphabétisation qui relève de la dignité et des droits humains. «La réelle participation des citoyens à la construction de la nation ne peut s’opérer si la majeure partie de sa composante ne sait ni lire, ni écrire» a-t-t-il déclaré. Il a par ailleurs précisé que le choix du thème central pour la commémoration de la journée du 8 Septembre par l’UNESCO, s’explique compte tenu de l’importance que le numérique occupe dans la réforme éducative en cours. En outre, Dr Rabiou Ousman a indiqué que cette réforme engagée sous l’impulsion du Président de la République SE Mohamed  Bazoum consiste à donner les chances à tous les citoyens d’accéder à une éducation de qualité.

Le ministre de l’Education a souligné que l’alphabétisation est un domaine éducatif dont les actions agissent directement sur la population active n’ayant pas eu la chance d’aller à l’école. Toutefois, il a notifié que malgré les efforts fournis par l’Etat et ses partenaires dans ce domaine, le phénomène de la sous alphabétisation de la population persiste. Selon l’UNESCO, la planète compte encore 773 millions de jeunes et d’adultes non alphabétisés.

Pour ce qui est du Niger, l’INS a relevé que le Niger fait partie des pays ayant le plus faible taux d’alphabétisation soit 28,4%. Cela veut dire  que  plus de 70% de la population de 15 ans et plus ne savent ni lire, ni écrire et n’ont pas pu développer des compétences relatives à la vie courante. A cela s’ajoute 53,2% de la cible des jeunes de 7 à 16 ans qui sont en dehors de l’école.

Cependant, des efforts considérables ont été consentis avec l’appui des partenaires techniques et financiers ainsi que des acteurs de la société civile. Le ministre de l’Education nationale cite entre autres l’élaboration et l’adoption de plusieurs documents et textes de cadrage et d’orientation ; la multiplication des centres d’alphabétisation et d’éducation non formelle à travers la mise en œuvre de plusieurs projets et sous programmes ; la création des foyers d’éducation permanente ; le développement de l’environnement lettré. Parlant de la

campagne d’alphabétisation 2019-2020 au Niger, Dr Rabiou Ousman a confié que 762 centres d’alphabétisation ont été ouverts ayant enregistré un effectif de 27.293 apprenants dont 19.101 femmes. Notons qu’à l’issue de la campagne, 21.425 apprenants ont été enregistrés, parmi lesquels 12.028 ont été déclarés alphabétisés dont 7 993 femmes.

En ce qui concerne l’éducation non formelle, 920 centres toutes formules confondues ont été ouverts avec un effectif de 26.756 dont 13.286 filles. De ce nombre 18.451 apprenants dont 9 147 filles ont terminé l’année. «Au regard de ces résultats, nous devons réunir toutes les conditions favorisant l’accès des femmes et des hommes à une offre d’alphabétisation de qualité, gage de leur participation effective et consciente au processus de développement» a-t-il déclaré.  Le ministre de l’Education Nationale a invité  tous les acteurs, d’aligner leurs interventions sur la politique du ministère en matière d’alphabétisation et d’éducation non formelle, en vue de créer une synergie d’actions. Pour ce faire, dit-il, les cadres de concertation mis en place au niveau des régions doivent pleinement jouer leur rôle de coordination de toutes les planifications au niveau local. Ces cadres regroupent les représentants des structures étatiques, les collectivités, les acteurs de la société civile, les ONG/Associations actives en alphabétisation et éducation non formelle.

«Au-delà des responsables du Ministère en charge du sous-secteur de l’alphabétisation et des autres Ministères sectoriels impliqués, je voudrais, de manière solennelle, inviter  tous les acteurs à plus d’efforts afin que la commémoration de cette 55ème  édition de La Journée Internationale de l’Alphabétisation soit le point de départ d’une mobilisation générale en faveur du sous-secteur de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle dans notre pays» a conclu Dr Rabiou Ousman.

Laouali Souleymane(onep)