Lancement des activités de la journée de sensibilisation des professionnels du secteur public : Sensibiliser les acteurs de la santé sur le traitement des données à caractère personnel

Société
Spread the love

Sharing is caring!

En prélude à la commémoration de la journée internationale de protection des données à caractère personnel, célébrée le 28 janvier prochain, la Haute Autorité  de Protection des Données à caractère Personnel (HAPDP) a organisé hier matin à l’hôtel Gaweye, une journée de sensibilisation des professionnels du secteur public placée sous le thème : «la problématique de protection des données à caractère personnel dans le contexte de la pandémie à Covid-19». C’est le ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales, Dr Illiassou Mainassara qui a présidé le lancement des activités de ladite journée en présence de la présidente à la Haute Autorité de Protection des Données à caractère Personnel Mme Sanadi Tchimaden Hadatan, du représentant du ministre de la justice Garde des Sceaux et de plusieurs invités.

L’objectif de cette journée est de sensibiliser  les acteurs de la santé  sur les  droits et obligations en matière de traitement et de protection des données à caractère personnel afin de mieux comprendre les attributions de la Haute Autorité de Protection des Données à caractère Personnel.

Dans le discours qu’il a prononcé à cette occasion, le ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales a salué la Haute Autorité de Protection des Données à caractère Personnel (HAPDP) pour cette initiative qui permettra, d’échanger entre professionnels du secteur public de la santé et les intervenants de cette institution sur la problématique de la protection des données personnelles en général et dans le contexte de la pandémie à COVID 19 en particulier.  «Au cours de cette journée, vous serez amené à apporter des réponses avec l’aide des techniciens de la Haute Autorité de Protection des Données à caractère Personnel, à des interrogations de l’heure. Elles concernent notamment, l’organisation du secteur pour la collecte, le traitement, la sécurisation et la protection des données recueillies au quotidien», a-t-il indiqué.

Dr Illiassou Mainassara a par ailleurs rappelé que les technologies de l’information et de la communication ont en effet pris une place importante dans notre vie quotidienne. Elles sont présentes dans les relations de travail, dans la vie familiale, dans nos rapports intimes. Les TIC ont révolutionné la manière dont nous communiquons en permettant de partager sans limites, ni frontières, l’information. «C’est pourquoi, le gouvernement a tenu, à l’instar de la communauté internationale, à règlementer la protection des données personnelles en prévoyant un arsenal juridique à caractère préventif mais aussi répressif et une Haute autorité Chargée de déployer le dispositif national en matière de protection des données personnelles», a-t-il déclaré.

Dr Illiassou Mainassara a enfin invité les participants à être attentifs pour interagir au cours des différents exposés axés essentiellement sur les données personnelles traitées dans le secteur de la santé publique. «Ces données qui se rapportent à l’état de santé de la personne sont des données très sensibles, qui nécessitent comme vous le savez, une attention particulière dans leur gestion et leur manipulation», a-t-il  conclu.

Pour sa part, la présidente à la Haute Autorité  de Protection des Données à caractère Personnel, Mme Sanadi Tchimaden Hadatan a indiqué que le choix de ce thème «la problématique de protection des données à caractère personnel dans le contexte de la pandémie à Covid-19» n’est pas fortuit. En effet, la santé est un domaine où des quantités d’informations très sensibles sont collectées, manipulées, stockées voire transférées à des organismes parfois au niveau international. «Une telle gestion de nos données doit se faire dans le respect de nos lois et règlements surtout à l’heure du numérique où l’évolution exponentielle de la technologie permet facilement le partage de l’information pour des finalités souvent attentatoires à la vie privée», a-t-elle souligné.

La présidente de la HAPDP a rappelé qu’une donnée personnelle est toute information permettant d’identifier directement ou indirectement un individu. «L’activité de ce jour est une réponse à l’instruction donnée par le Premier ministre pour sensibiliser les acteurs du public et du privé sur  le respect de leurs obligations afin de signaler ou déclarer tout traitement des données à caractère personnel à la Haute Autorité de la Protection des Données à caractère personnel», a précisé Mme Sanadi Tchimaden Hadatan.

Yacine Hassane(Onep)