Lancement des activités d’urgence agricole et de réponse à la soudure pastorale dans la région de Tahoua soutenues par la FAO : Des aliments bétail vendus à prix modérés dans les villages de Taritarkan et Akoubounou

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a procédé, le mercredi 12 août dernier à Akoubounou dans le département d’Abalak, au lancement des activités d’urgence et de réponse à la soudure pastorale des projets de la FAO dans la région de Tahoua. La cérémonie présidée par le préfet d’Abalak s’est déroulée en présence des parlementaires en mission dans la région ainsi que du Chef du Sous bureau FAO Tahoua M. Laouali Garba. A travers ce lancement, il a été procédé à la vente à prix modéré d’aliments pour bétail au profit des éleveurs de la zone.

A cette occasion, le chef sous-bureau FAO-Tahoua a rappelé que de par son mandat, la FAO apporte toujours un soutien au Gouvernement nigérien dans ses multiples efforts pour aider les populations vulnérables en période particulièrement difficile telles que les inondations, les sécheresses, les chocs récurrents et autres crises diverses afin de leur permettre de surmonter les épreuves et de construire leur résilience. Dr Laouali Garba a indiqué que dans le cadre des analyses, du cadre harmonisé de mars 2020 qui n’inclut pas les impacts de la covid19 environ 1.650.000 personnes étaient estimées en insécurité alimentaire de mars à mai 2020 et 2 millions de personnes de juin à Août dans la région de Tahoua.

C’est dans contexte de crise multiforme qui menace dangereusement les moyens d’existence des ménages vulnérables d’agriculteurs, d’éleveurs et leurs capacités de production que la FAO à travers les donateurs se tient aux côtés du gouvernement pour soutenir les efforts de renforcement de moyens d’existence des ménages les plus vulnérables. Avec l’appui des partenaires la FAO lance en ce mois de juillet et Août 2020 les activités d’urgence agricole et de réponse à la soudure pastorale. Ces activités sont soutenues par plusieurs projets. Il s’agit notamment du «Projet soutien à la protection des moyens d’existence des populations vulnérables affectées par l’insécurité alimentaire aigue dans les régions de Tahoua et Tillabéry financé par le royaume de Belgique et le «Projet de résilience de la population de la communauté de la région de Tillabéry affectée par des crises sur un financement de la République française». Ces deux projets seront mis en œuvre conjointement par la FAO, le PAM, l’UNICEF pour environ 23.000 personnes.

Il y’a ensuite le «Projet d’appui à la préservation des moyens de subsistance des ménages ruraux vulnérables en situation d’urgence au Niger» avec les financements du fonds CERF. Ces fonds a-t-il dit ont permis de mettre à la disposition des agriculteurs et éleveurs environ 387 tonnes de semences pluviales (mil, sorgho et niébé) et 2445 tonnes d’aliments bétail. Ces tonnages sont repartis dans 7 régions du Niger. Tahoua a bénéficié dans ce tonnage de 670 tonnes d’aliments bétail et 19,5 tonnes de semences pluviales a-t-il conclut.

Procédant au lancement officiel de la vente à prix modéré d’aliments bétail, le préfet du département d’Abalak Mahamadou IDDER a salué cette initiative combien louable de la FAO ainsi que ses partenaires qui ne cessent d’appuyer les populations vulnérables. Il a exhorté les bénéficiaires à en faire un bon usage. M. Mahamadou IDDER s’est ensuite réjoui de constater que ces interventions de la FAO correspondent parfaitement aux objectifs visés par l’initiative 3N Les Nigériens Nourrissent les nigériens du Président de la République. Le préfet d’Abalak a enfin demandé à tous les concernés de soutenir cette initiative.

Notons que cette cérémonie de lancement officiel a enregistré la présence des parlementaires en mission dans la région. Cette vente à prix modéré d’aliments bétail initiée par la FAO constitue à n’en point douter un ouf de soulagement pour les bénéficiaires qui, il y a quelques jours, ne savaient plus à quel saint se vouer.

 

 

Par Abdou Abdourahmane ONEP Tahoua