Réunion de travail entre le ministre de la Justice et le représentant de International Development Law Organisation (IDLO) : Echanges sur les modalités de l’installation effective de l’organisation au Niger

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de la Justice, Dr Boubakar Hassane, entouré de ses proches collaborateurs, a eu, lundi dernier, une session de travail avec le représentant de l’organisation Internationale de Droit du Développement ou International Development  Law Organisation (IDLO) au Niger, M Al Housseinou Moctar. Au Niger, ladite organisation est présente essentiellement dans les régions de Dosso, de Tahoua et de Tillabéri et intervient  dans le cadre du «programme d’appui intégré aux systèmes de justice pénale du Niger, du Mali et du Burkina Fasso » avec deux axes principaux : renforcer la chaîne pénale et contribuer à un meilleur accès à la justice.

A l’entame de la rencontre avec le ministre de la Justice, le représentant de IDLO au Niger a tenu à exprimer ses remerciements au nouveau ministre de la Justice tout en se réjouissant de la rapidité avec laquelle il a été reçu. Pour lui, cela dénote de l’intérêt particulier accordé par le ministre à cette organisation et à son programme. M Al Housseinou MOCTAR n’a pas manqué de féliciter le tout nouveau ministre de la Justice et lui souhaiter bonne chance et plein de succès dans cette lourde mais exaltante mission à lui confiée au sein du gouvernement.

Le Représentant de IDLO a ensuite tenu aussi à rappeler l’objet de sa visite qui, dit-il, s’inscrit dans le cadre du renforcement des actions de la justice. Il a précisé que le programme d’intervention que développe l’organisation au Niger porte sur cinq (5) ans pour un budget global de 18 millions d’euros. Financé par le Royaume des Pays-Bas, ce programme compte accorder une importance particulière au genre. Pour le moment, trois (3) partenaires sont identifiés à savoir le Ministère de la Justice qui est l’autorité de tutelle, l’Agence Nationale d’Assistance Juridique et Judiciaire (ANAJJ) et la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH). «Pour atteindre les objectifs fixés par son cahier de charges, IDLO, tout en affirmant sa totale disponibilité à travailler dans la transparence, souhaite l’appui du Ministère», a requis M Al Housseinou.

Organisation intergouvernementale, IDLO compte à ce jour trente-sept (37) États membres. Et son représentant a dit espérer très prochainement l’adhésion de l’Etat du Niger à cette Organisation Internationale. Selon lui, elle est la seule Organisation internationale dans le monde qui est dédiée au renforcement de l’état de droit et de la justice. «D’ores et déjà ce pays (Niger) est lié à IDLO par un accord de partenariat avec le ministère de la justice et un accord de siège avec le gouvernement du Niger», a indiqué son représentant et c’est cela qui justifie le cadre légal d’intervention de toutes ses activités. Au regard de cet accord, quelques activités ont été menées pour renforcer la justice nigérienne.

Pour mieux affiner cette coopération, trois (3) arrêtés attendent d’être signés par le ministre de la Justice dont un sur la mise en place du comité national de pilotage du programme, le deuxième sur la création d’un comité technique restreint et le troisième sur la création d’un cadre de concertation multi acteurs de la chaîne pénale dans les trois (3) régions d’intervention, avec Tillabéry comme phase pilote. Ce cadre, qui s’inspire de l’exemple malien et qui est aujourd’hui une réussite avec des impacts positifs, réunit en son sein plusieurs acteurs dont des représentants de la société civile.

Al Housseinou Moctar a informé le ministre qu’IDLO compte, en effet, organiser une cérémonie officielle de lancement du programme le 24 mai 2021. Mais il a précisé que cette date est modulable en fonction de l’agenda du ministre de la Justice à qui il a été réservé l’honneur de présider la cérémonie de lancement. Comptant sur la disponibilité d’aider à améliorer le fonctionnement de la justice dans ces trois zones d’intervention, le représentant de IDLO a demandé l’appui des services techniques et des juridictions concernées. Il a réaffirmé également son engagement à soutenir les démembrements régionaux de la chaîne pénale.

A son tour, le ministre de la Justice, Dr Hassan Boubakar, a tenu à remercier cette organisation pour ses remarquables efforts à accompagner la justice. Il a félicité cette bonne coopération déjà installée qui s’inscrit dans la droite ligne du programme du gouvernement et la vision du Président de la République. Il a pris bonne note de toutes les demandes formulées et a promis de visiter les nouveaux locaux d’IDLO après leur installation définitive. Concernant les textes en cours d’élaboration notamment les arrêtés sollicités, le ministre de la Justice a, d’ores et déjà, instruit les services techniques compétents pour assurer l’aboutissement de leurs signatures dans les meilleurs délais. Enfin, Dr Hassan Boubakar a assuré de sa détermination à accompagner la mise en œuvre de ce programme en précisant que tous les services techniques seront mis à pied d’œuvre pour l’atteinte des objectifs.

Zabeirou Moussa(onep)