Réunion des experts sur la coopération en matière de migration de main-d’œuvre entre la Libye et le Niger : A la recherche d’un accord bilatéral profitable aux deux pays

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Dans le cadre du processus d’établissement d’un accord bilatéral en matière de migration de main-d’œuvre, les experts du Niger et de la Libye ont tenu hier matin une réunion. Cette rencontre faut-il le noter rentre dans le cadre du parachèvement d’un processus engagé depuis Octobre 2019. Ainsi, durant trois jours, les participants auront à se pencher sur les documents supports de la réunion à savoir le projet d’accord bilatéral et le plan de mise en œuvre afin de les examiner, les peaufiner et les valider. C’est le secrétaire général du ministère de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale, M. Abdoul Razak Dan Rani qui a procédé à l’ouverture des travaux en présence du secrétaire général du ministère de l’Emploi de la Libye, M. Ali Amhimid et de la Cheffe de la délégation de l’OIM Niger, Mme Barbara.

Dans son mot d’ouverture, M. Abdoul Razak Dan Rani a relevé qu’il est une évidence que de par les enjeux et les défis qui l’entourent, le phénomène migratoire doit à plus d’un titre attirer l’attention des autorités étatiques pour une prise en charge de la question suivant une approche concertée, dynamique et rationnelle. Selon lui, il est unanimement admis qu’une migration de main d’œuvre bien gérée, offre un énorme potentiel aux gouvernements, aux communautés, aux migrants eux-mêmes et aux autres parties prenantes dans les pays d’origine et de destination.

Ce faisant, le développement de la coopération en matière de main-d’œuvre constitue aujourd’hui, pour les Etats, un moyen efficace de tirer profit et d’optimiser les avantages de la migration professionnelle, d’où l’intérêt et la nécessité d’intégrer cette dimension dans les stratégies nationales de développement, compte tenu des opportunités liées.

En effet, a expliqué le Secrétaire Général du ministère de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale, dans les pays d’origine, la migration de main d’œuvre peut atténuer la pression due au chômage et contribuer au développement grâce à la canalisation des fonds rapatriés, au transfert de savoir-faire, et à la création de réseaux d’affaires. Dans les pays de destination qui font face à des pénuries de main-d’œuvre, l’immigration de travail bien ordonnée peut compenser les pénuries de main-d’œuvre faciliter la mobilité et accroitre le stock de capital humain.

Il reste cependant, a nuancé, M. Abdoul Razak Dan Rani, que l’optimisation des avantages de la migration de main d’œuvre à la fois pour le pays d’origine pour celui de destination et pour les migrants eux-mêmes requiert des politiques et stratégies efficaces et un encadrement juridique approprié.

En fin, il espère que les discussions et échanges qui animeront les travaux, avec la facilitation et l’encadrement des experts de l’OIM permettront de tracer la voie pour la mise en place d’un cadre de coopération mutuellement bénéfique entre les deux pays.

Le secrétaire du ministère de l’Emploi de la Libye a pour sa part confié qu’il s’agit de la deuxième réunion qu’ils tiennent dans ce cadre. En effet a-t-il dit, la question de la migration dérange beaucoup les deux pays car cela favorise la propagation de la criminalité. Il est donc impératif que les deux pays fournissent beaucoup d’efforts afin de trouver des solutions idoines face à cela.

La cheffe de la délégation de l’OIM a quant elle, affirmé que l’élaboration et la signature éventuelle de cet accord bilatéral de travail constitue donc un important processus qui va répondre aux objectifs du pacte mondial, en particulier les objectifs 5, 6 et 23 et aidera les gouvernements du Niger et la Libye à mieux suivre l’évolution  de la dynamique migratoire entre les deux pays. 

 Rahila Tagou(onep)