3ème Sommet des jeunes filles africaines à Niamey : « Culture, Droits Humains et Responsabilité : Accélérer l’élimination des pratiques néfastes », thème retenu

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Présidée par le Chef de l’Etat, M. Bazoum Mohamed, la cérémonie d’ouverture de ce sommet a été rehaussée par la présence de plusieurs personnalités nationales, africaines, des Nations Unies et des partenaires au développement.

Organisé par la Commission de l’Union Africaine, ce Sommet, le 3ème du genre regroupe toutes délégations des pays africains composées des jeunes filles, des experts et des ministres et d’autres responsables en charge des questions des femmes et de lutte contre les violences faites à l’égard des femmes et des jeunes filles. C’est un sommet qui se tient tous les trois ans dans un pays membre de l’Union Africaine. Le Sommet de Niamey, qui se déroule du 16 au 18 novembre 2021, se tient après ceux tenus en 2015 à Zambie et en 2018 au Ghana.

L’envoyée spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies chargée des questions de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, Mme Najat Maalla M’Jid félicité le Niger pour la qualité de l’organisation de ce Sommet. Parlant des violences faites aux femmes et aux jeunes filles elle a souligné que dans le monde plus de 30 millions des filles en sont victimes. Pour lutter contre ces violences, elle a évoqué cinq messages clés. « Mettre fin aux pratiques néfastes est une urgence ; mettre fin aux pratiques préjudiciables est possible ; mettre fin aux pratiques néfastes c’est un investissement continue ; mettre fin aux pratiques néfastes, ne fait pas attendre ; les enfants et les filles sont un secteur puissant de développement ». Elle a relevé que dans les pays du Sahel et en Afrique, environ 20 millions des filles soit 7 filles sur 10 sont victimes de mariages précoces. Selon elle, plusieurs facteurs dont la pauvreté, l’insécurité sont à la base de cette situation aux multiples conséquences. L’envoyée spéciale a salué le Président de la République et son programme de gouvernance volet éducation.

Pour sa part, Mme Amira Alphadil commissaire de l’Union africaine en charge de la Santé, des Affaires Humanitaires et de développement a salué également l’engagement du Président Mohamed Bazoum à promouvoir l’éducation de la jeune fille. Elle a exprimé la nécessité d’accélérer la lutte contre les violences à l’égard des femmes et des jeunes filles et invité les différents acteurs, les partenaires au développement à accorder une attention particulière à la scolarisation de la jeune fille. Mme Amira Alphadil a réitéré l’engagement et la disponibilité de la Commission de l’Union Africaine à accompagner les pays et à prendre toute initiative en vue de soutenir les actions pour lutter contre les violences et les pratiques néfastes contre les filles.

Auparavant, Mme Allahoury Aminata Zourkaleini Ministre de la promotion de la Femme et de la Protection de la Femme a prononcé une allocution de bienvenue.   Elle a salué les pays et les différentes délégations pour avoir fait le déplacement de Niamey.

 Ali Maman(onep)