Réunion élargie de l’Association des Médiateurs des pays membres de l’UEMOA : Vers l’harmonisation des initiatives visant à améliorer le service public rendu aux citoyens et à renforcer l’intégration

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le bureau de l’Association des Médiateurs des pays membres de l’UEMOA a tenu hier mardi 1er mars 2022 à Niamey, une réunion élargie. L’ouverture des travaux a été co-présidée par le ministre de la Justice, garde des sceaux, M. Ikta Abdoulaye Mohamed, le Médiateur de la République du Niger, Me Sirfi Maiga président de l’AMP-UEMOA, et le représentant résident de la Commission de l’UEMOA au Niger, M. Issouf Omar Maiga, en présence des membres du gouvernement, des Médiateurs de la République de l’espace communautaire et de plusieurs personnalités.

Dans son intervention à l’ouverture de la réunion, le ministre de la Justice, garde des sceaux, M. Ikta Abdoulaye Mohamed a rappelé que le but de cette organisation est de favoriser l’approfondissement de l’Etat de droit et l’intégration régionale. Cela par le développement des relations entre les institutions qui, dans les pays membres, ont la compétence d’exercer la médiation institutionnelle. M. Ikta Abdoulaye Mohamed a par la suite indiqué que cette réunion s’inscrit dans la finalisation de deux grands champs de coopération sous régionaux. Il s’agit de l’harmonisation du cadre statutaire régissant l’organisation et le fonctionnement des institutions des Médiateurs des pays de l’UEMOA, et l’harmonisation des systèmes informatiques de traitement et de suivi des réclamations des pays membres de l’AMP-UEMOA, qui tirent leur origine du plan d’actions 2018-2020 adopté par leur Assemblée Générale Extraordinaire tenue à Lomé en février 2019.

Pour le ministre Ikta Abdoulaye Mohamed, l’importance concernant l’informatisation du processus de traitement et du suivi des dossiers de réclamations n’est plus à démontrer, car dit-il, ce serait un truisme de dire que c’est un outil de travail indispensable dans un monde en pleine mutation technologique. Il a enfin fondé l’espoir que les chantiers si chers aux institutions de l’AMP-UEMOA une fois mis en œuvre permettront de promouvoir la coopération entre ces institutions, de faciliter l’examen ou l’instruction de toute réclamation concernant l’application d’une norme communautaire et d’améliorer la qualité des services rendus aux citoyens au grand bonheur des administrations.

Pour sa part, le président de l’AMP-UEMOA, Médiateur de la République du Niger Me Sirfi Maiga a rappelé que des adversités externes et internes ont traversé et continuent de traverser notre espace sous régional qui, aujourd’hui plus que jamais, a un besoin vital et pressant de retrouver une paix durable et une harmonie propice à une intégration économique prospère, au service de nos populations. «Aussi, face à un tel tableau, les Médiateurs, «bâtisseurs de paix et de concorde », conseillers privilégiés de nos Etats, comme de nos organes communautaires, ont un rôle déterminant à jouer et une place privilégiée à occuper», a-t-il estimé. Le président de l’AMC-UEMOA a par la suite affirmé que les adversités sanitaires qui ont secoué la planète entière n’ont point freiné la poursuite de leurs activités. Il a souligné l’importance que revêtent d’une part le projet du cadre harmonisé des systèmes informatiques de gestion des réclamations de leurs institutions, et celui du cadre de référence harmonisé du statut de l’organisation et du fonctionnement de l’Institution du Médiateur de la République dans l’espace UEMOA.

Quant au représentant résident de la Commission de l’UEMOA au Niger, M. Issouf Omar Maiga, il a indiqué que le choix de ces thèmes traduit à suffisance l’engagement sans faille des médiateurs en faveur de l’intégration, de la bonne gouvernance et de la cohésion sociale. Aussi, il a souhaité qu’au sortir des présentes assises, les participants auront à s’imprégner des travaux d’élaboration de la plateforme unique harmonisée de traitement des réclamations des Institutions de médiation des pays membres de l’AMP-UEMOA et à statuer sur la perspective. Il en est de même pour les travaux du projet de cadre harmonisé du statut et des règles d’organisation et de fonctionnement de l’institution du médiateur de la République dans l’espace UEMOA.

En guise de rappel, ces

travaux ont été conduits par des experts, en dépit des contraintes imposées par la pandémie du coronavirus, dans le cadre d’un processus participatif ayant fédéré plusieurs intervenants.

Rachida Abdou Ibrahim (ASCN)