Zinder/Santé : Une journée de partage d’expérience sur la prise en charge intégrée des maladies des enfants au niveau communautaire

Société
Spread the love

Sharing is caring!

L’ONG Internationale Médecins Sans Frontières (MSF), en collaboration avec le ministère de la Santé publique, de la Population et des Affaires sociales, a organisé le mercredi 18 mai 2022 à Zinder, une Journée d’échanges et de partage d’expériences dans la prise en charge intégrée des maladies des enfants au niveau communautaire dans le District sanitaire de Magaria. La cérémonie inaugurale de cette rencontre qui s’est déroulée dans l´enceinte de L´ENSP de Zinder a été présidée par Mme Oumarou Maïmouna, Assistante Technique Nationale au Ministère de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales chargée de la mise en œuvre du Plan stratégique national de la santé communautaire.

Cette session a regroupé une vingtaine de participants – cadres de la Santé, représentants de Médecins Sans Frontières et des ONG intervenant dans le secteur de la Santé.

Dans une brève intervention, Mme Oumarou Maïmouna a déclaré que le Ministère de la Santé publique a mis en œuvre en 2019 un ‘’Plan stratégique national en Santé communautaire qui comporte quatre axes pour concourir à réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile concernant la tranche d’âge de 0 à 5 ans. Ces axes stratégiques gravitent autour de l’amélioration du renforcement de la capacité des acteurs sur un paquet intégré de services au niveau communautaire, le renforcement de la participation communautaire à travers les collectivités et les communautés ; le renforcement du mécanisme de suivi-évaluation et enfin le renforcement de l’utilisation des données au niveau communautaire qui ne sont pas capitalisées au point d’être prises en charge.

Pour Mme Oumarou Maimouna, la non prise en compte des données au niveau communautaire dans la majorité des cas, ne permet pas d’améliorer la couverture sanitaire. «Dans le cadre de cette journée de partage d’expériences avec MSF, il s’est agi de comprendre les activités dans la prise en charge des cas au niveau communautaire où nous assistons à une innovation», a-t-elle expliqué. «Si cette innovation est positive dans la prise en charge, on peut la capitaliser et la vulgariser à l’échelle des autres districts sanitaires», soutient Mme Oumarou Maîmouna qui indique par ailleurs que les bonnes pratiques que MSF a expérimentées seront analysées et retenues pour améliorer les conditions de vie des populations en général et plus particulièrement les cibles vulnérables qui sont les mères et les enfants.

Les participants à l’atelier ont suivi un exposé présenté par le Dr Roger Kiamvu, Coordonnateur médical support en charge de Santé communautaire au Bureau de MSF à Niamey. Cette communication est relative à la présentation des résultats et analyses du rapport de capitalisation d’expérience de prise en charge intégrée des maladies de l’enfant au niveau communautaire dans le district sanitaire de Magaria (particulièrement dans les communes de Bandé, Dan Tchiao, Magaria et Sasoum Broum sur les 7 communes que compte le département de Magaria).

Les participants à la rencontre ont été édifiés sur la prise en charge des enfants de moins de cinq ans par MSF. Cette expérience qui s’est avérée concluante a contribué au niveau des communes d’intervention à réduire la morbidité et la mortalité chez ce groupe cible. MSF a également soutenu la formation des relais communautaires qui ont accompli un travail efficace se traduisant par la réalisation de plus de 200.000 consultations des enfants de moins de cinq ans de 2019 à 2021 et en assurant la prise en charge de 40% du total des enfants atteints de paludisme lors du pic de paludisme de l’année 2020.

Pour Docteur Roger Kiamvu, des résultats probants ont été obtenus dans le cadre de la prise en charge des maladies des enfants avec le précieux concours des relais communautaires. Ce qui a permis de réduire, de manière significative, la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans. Il a été relevé par exemple que dans les zones où cette prise en charge des enfants est assurée, la mortalité est moindre par rapport aux zones où cette approche de PCIME- C est absente.

En ce qui concerne les activités de MSF à Magaria, elles sont relatives à la prise en charge des cas pédiatriques et nutritionnels à l’unité pédiatrique de l’hôpital de District de Magaria, les soins de santé primaires, les activités de santé communautaire et de promotion de santé et la surveillance des épidémies pour organiser la riposte au niveau du district et à l’échelle régionale. Actuellement, MSF a entrepris récemment des campagnes de vaccination contre la méningite et la rougeole.

Pour ce qui est des recommandations, Dr Roger Kiamvu de MSF estime que compte tenu du travail remarquable qu’ils accomplissent en direction des communautés de base dans le cadre de l’amélioration de leur santé et le relèvement de la couverture sanitaire ainsi que leur contribution à réduire la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans, les relais communautaires ‘’méritent d’être soutenus par les partenaires techniques et financiers, le gouvernement, les collectivités locales et les districts sanitaires ‘’.

Sido YacoubaANP-ONEP/Zinder