4ème congrès ordinaire de l’Union Panafricaine de la jeunesse (UPJ) à Niamey : Rôle des jeunes dans l’atteinte de l’agenda 2063 et l’entrepreneuriat dans le contexte de la Covid-19 à l’ordre du jour des assises

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Niamey accueille les assises du 4ème congrès ordinaire de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ) dont l’ouverture a eu lieu hier matin sous les auspices du Premier ministre, Chef du gouvernement, M. Ouhoumoudou Mahamadou. Le thème retenu est «rôle de l’Union panafricaine de la jeunesse dans l’atteinte de l’agenda 2063 et entrepreneuriat des jeunes dans le contexte de la Covid-19».

A l’ouverture des assises de ce 4ème congrès ordinaire de l’Union Panafricaine  de la jeunesse, le Premier ministre, Chef du gouvernement, M. Ouhoumoudou Mahamadou a indiqué que le plus important potentiel du continent africain est sa jeunesse. De ce fait, a affirmé le Chef du Gouvernement, l’Afrique compte sur cette jeunesse pour réussir son agenda 2063. Selon le Premier ministre, la crise sanitaire a sérieusement ébranlé notre économie avec les conséquences sur l’échange et l’emploi des jeunes.

Ce congrès a donc opportunément ciblé la problématique, à savoir l’autonomisation socioéconomique des jeunes, le développement de l’esprit d’entreprise, la mobilisation autour des créneaux porteurs d’investissement dans le contexte de la covid 19. M. Ouhoumoudou Mahamadou a aussi souligné que les jeunes «qu’ils soient ruraux ou urbains, doivent être dans un environnement sûr d’épanouissement afin de faire face aux crises multidimensionnelles caractérisées par la pauvreté, le chômage, la mendicité, la prostitution, l’analphabétisme, l’ignorance et les maladies».

C’est ainsi que, a rappelé le chef du gouvernement, les États africains ont adopté dès juillet 2006 la Charte africaine de la jeunesse, premier cadre légal panafricain institué par les acteurs impliqués dans le domaine de la jeunesse et qui soutient les politiques nationales, programmes et actions en faveur du développement de la jeunesse. C’est aussi pour cela, a-t-il noté, que le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 2250 du 9 décembre 2015 sur la jeunesse, la paix et la sécurité. «Conscients de la place et du rôle de la jeunesse dans notre pays, nous entendons responsabiliser la jeunesse en prenant des actions et des mesures à la hauteur de ses défis», a déclaré le Chef du gouvernement.

Pour sa part, le président de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ), M. Alio Oumarou a indiqué que le choix du thème n’est pas fortuit, rappelant que cet agenda est le schéma directeur visant à transformer l’Afrique en une puissance mondiale à l’horizon 2063. C’est également le cadre stratégique du continent qui vise à atteindre son objectif de développement inclusif et durable dans les 50 années à venir. Il s’agit pour le continent de revoir et d’adapter son programme de développement en raison des politiques structurelles. Il s’agit entre autres, a cité le président de l’UPJ, de la paix et la réduction du nombre de conflits; de la croissance économique et le progrès social renouvelés; de la nécessité d’un développement axé sur les personnes; de l’égalité entre homme-femmes et l’autonomisation des jeunes; de la révolution des TIC; de l’unité de l’Afrique pour en faire une puissance mondiale; des opportunités de développement et d’investissements émergents dans des domaines tels que l’agroalimentaire, le développement des infrastructures, la santé et l’éducation ainsi que la valeur ajoutée dans les produits de base africains.

Par rapport à l’entreprenariat, le président de l’UPJ a rappelé que le Président de la République, Chef de l’État, M. Mohamed Bazoum s’est engagé à faire de la jeunesse le pilier de la croissance économique conformément à son programme de Renaissance Acte 3 pour lequel des politiques, programmes et orientations stratégiques ont été adoptés par le gouvernement. «Au Niger, des efforts importants ont été consentis en vue de promouvoir l’entreprenariat des jeunes dont la création d’un ministère dédié à l’entreprenariat des jeunes et la Maison de l’entreprise», a souligné M. Alio Oumarou tout en relevant que les enjeux restent de taille car, a-t-il déclaré, la création d’emplois et la promotion d’un climat plus favorable à l’entreprenariat des jeunes sont les aspirations les plus ardentes des jeunes.

Le président de l’Union Panafricaine de la jeunesse (UPJ) a, par ailleurs, salué la mise en place par le gouvernement en collaboration avec l’UNICEF de l’initiative U-Report Niger, une plateforme sociale disponible via les réseaux, et qui est expérimentée dans plus de 80 pays de par le monde. Cette plateforme permet aux adolescents et aux jeunes de s’exprimer sur des préoccupations de nos sociétés. «Cet instrument du moment permet non seulement de parler en bien de notre pays, de faire sa visibilité, mais aussi permettra aux jeunes de pouvoir partager leur vision sur les enjeux mondiaux», a dit M. Alio Oumarou.

 Oumar Issoufou(onep)