Allocution du Président de la République du Niger, Président de la Commission Climat pour la Région du Sahel (CCRS) au 2ème Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo : Le Niger plaide en faveur d’une mobilisation des ressources financières au profit du climat

Discours
Spread the love

Sharing is caring!

« Excellence Monsieur le Président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, Président de la Commission Climat pour la région du Bassin du Congo ;

Sa Majesté Mohamed VI, Roi du Maroc ;

Excellences Messieurs les Chefs d’État et de Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs, distingués participants

Je voudrais de prime abord, remercier très chaleureusement, le Président Denis Sassou Nguesso, Président de la République du Congo, Président de la Commission Climat du Bassin du Congo, pour l’aimable invitation qu’il m’a adressée, afin de prendre part au deuxième Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo.

En ma qualité de Président de la Commission Climat pour la Région du Sahel, il me plait de saisir cette occasion que m’offre le présent Sommet pour féliciter solennellement le Président Sassou pour son leadership affirmé dans le cadre du processus de l’opérationnalisation de la Commission Climat du Bassin du Congo dont le succès en quatre ans a permis d’aboutir à des résultats probants. Le Plan d’investissement, le mécanisme financier et le schéma de gouvernance du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo sont une illustration du succès de cette opérationnalisation.

Mesdames et Messieurs,

Doté d’un portefeuille d’investissement de 254 projets d’un coût global de 10 milliards de dollars américains, le Fonds Bleu devrait permettre de contribuer de façon soutenue à la résilience des populations de la région. Ce Fonds constitue ainsi un instrument stratégique ambitieux et innovant qui permettra à l’Afrique de contribuer à l’effort global de réduction des émissions à travers notamment, la préservation du deuxième poumon mondial que constitue la forêt du Bassin du Congo. Cependant, l’opérationnalisation du Fonds Bleu se déroule dans un contexte marqué par la prévalence de la COVID 19 qui a malheureusement affecté la mobilisation des ressources financières prévues dans le cadre des actions climatiques.

Mesdames et Messieurs,

La mobilisation des ressources financières au profit du climat est le plus grand défi auquel fait aujourd’hui face l’humanité. Ainsi, est-ce le lieu pour moi de me réjouir de l’initiative de la mise en place d’une Task Force internationale pour faciliter l’accès au financement climat des pays en voie de développement et ce en prélude au Sommet des leaders mondiaux prévu en marge de la COP26, les 1er et 02 novembre 2021.

La Région du Sahel par ma voix, salue l’implication de l’Afrique à travers notamment le Sénégal, le Rwanda et le Malawi au sein de cette Task Force, coprésidée par le Royaume Uni, pays hôte de la COP26 et les Iles Fidji.

Mesdames et Messieurs,

Dans le cadre de la poursuite de l’opérationnalisation de la Commission Climat pour la Région du Sahel, il me plait d’annoncer qu’avec l’appui du Royaume du Maroc, l’étude financière de son Plan d’Investissement vient d’être lancée avec le recrutement d’un Bureau d’études devant conduire le processus pour les six mois prochains.

Je saisis cette occasion, au nom de la Région du Sahel, pour rendre un hommage appuyé à Sa Majesté le Roi Mohamed VI pour son grand leadership dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques. L’étude de préfiguration du mécanisme financier s’appuiera en effet sur des analyses des cadres institutionnels, juridiques, techniques, fiscaux et financiers des pays de la Région du Sahel ainsi que des organismes intergouvernementaux.  Elle devrait à terme permettre de doter le Plan d’Investissement Climat de la Région du Sahel d’un mécanisme financier cohérent permettant de lui assurer une meilleure mobilisation des ressources.

Mesdames et Messieurs,

Au-delà de la mobilisation des ressources adéquates, la réussite des actions programmées dans le cadre de nos initiatives climatiques nécessite toutefois, de notre part, plus de synergie et ce à travers une mutualisation de nos efforts à tous les niveaux d’intervention.

Cela constituerait ainsi la voie par laquelle nos régions respectives pourront être au rendez-vous des attentes fixées à la mise en œuvre de l’Accord de Paris notamment, la résilience des communautés et de leurs moyens d’existence avec une planète mise à l’abri du réchauffement climatique.

Qu’il nous soit permis de réitérer la disponibilité de la Commission Climat de la Région du Sahel à travailler de concert avec celles du Bassin du Congo et des Etats Insulaires d’Afrique. A cet égard, je puis vous rassurer que le Niger, assurant la Présidence de la Commission Climat Sahel, ne ménagera aucun effort, dans le cadre de la mise en place de cette synergie d’actions.

 Je vous remercie pour votre attention.».