Centre Incubateur Académique d’Aide à la Création des Entreprises Innovantes dans le domaine des Télécommunication et des Technologies de l’Information et de la Communication (CITIC) : Un outil d’orientation pour le développement des compétences et de l’autonomisation des jeunes

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Créé en 2019, le Centre Incubateur de l’Ecole Supérieure des Télécommunications (EST) offre aux jeunes scolaires, étudiants, diplômés et porteurs de projets ou des idées de projets, des opportunités pour la réalisation et/ou la matérialisation de leurs attentes. En seulement deux ans de création, le centre compte déjà 14 projets à son sein.  Au terme de leur séjour, ces jeunes incubés, pourront certainement apporter leur contribution dans la lutte contre le chômage à travers la création de l’emploi. C’est pourquoi, il est souhaitable que ces jeunes soient accompagnés par les partenaires et le gouvernement, en leur apportant les facilités et l’accompagnement.  

Le Directeur Général de l’EST, M. Malam Garba Abdou, a clairement expliqué qu’au-delà de la formation académique et pédagogique, ils essayent de donner aux étudiants des outils en matière de création d’entreprises. « C’est donc pour mieux concrétiser ce programme d’entreprenariat des jeunes que nous avions créé un centre incubateur ».  Selon lui, le centre incubateur est aussi un centre académique avec comme compétence d’intervenir dans tout ce qui est projet dans les domaines de la technologie de l’Information et de la communication et dans les domaines des énergies renouvelables. « De manière générale, les missions du centre incubateur est de détecter, et d’accompagner des jeunes qui sont porteurs de projets innovants ou même des idées des projets pour les accompagner dans la création de leurs propres entreprises », a indiqué le Directeur Général de l’EST.

Le centre est doté de toutes les dispositions juridiques, légales et règlementaires ainsi que de tous les organes de gouvernance et de gestion pour l’accomplissement de ses missions. Pour assurer cette gouvernance, l’administration de l’EST a doté le centre de trois organes de gestion qui sont : un comité d’orientation, un comité d’experts et une direction générale.

Depuis sa création, le centre attire les jeunes qui ne cessent de manifester leurs intérêts. « Suite à un appel à projet que le centre a lancé pour recruter les porteurs de projets ou d’idées de projets, 14 projets sont aujourd’hui admis au centre. Il y’a parmi les 14 détenteurs de projets, des étudiants de l’EST mais aussi des jeunes porteurs de projets venus d’ailleurs. Donc, nous constatons qu’il y’a un engouement et un grand intérêt pour ce centre », affirme le Directeur de l’EST.

Selon le Directeur du Centre, Abdoulaye Issoufou Mahamadou, les jeunes y accèdent par appel à candidature où suite à un appel à candidature que le centre lance, les porteurs de projets postulent et ceux qui sont retenus sont admis. La troisième condition d’accès concerne uniquement les étudiants en fin d’études. Cette sélection est faite par le Comité d’experts qui analyse les dossiers de candidature pour la présélection. Les présélectionnés sont par la suite convoqués pour un entretien, au cours duquel, chaque candidat présente et défend son projet devant un jury, composé d’experts dans les domaines des projets présélectionnés. C’est après cette étape que les projets sélectionnés définitivement sont soumis à l’incubation. Cette étape est, elle aussi, composée de plusieurs phases, la pré-incubation, l’incubation et la poste-incubation. La deuxième condition c’est l’accès par concours. Selon M. Abdoulaye Issoufou Mahamadou le centre saisi l’opportunité de sélectionner des projets issus de certains concours qui sont organisés au plan national. Mais l’école en son sein organise des concours au profit de ces étudiants.

Bako Adamou promoteur du projet Sawki, une plateforme de vente en ligne.

C’est un site qui regroupe des vendeurs et des acheteurs de produits. Aujourd’hui, explique-t-il, la plateforme est en partenariat avec plusieurs opérateurs économiques et commerçants qui sont dans les achats et vente. Le site web de la plateforme est accessible à toutes personnes, qui peuvent librement accéder et faire des commandes. « Nous avions commencé la création de cette plateforme depuis 2019, alors que on était étudiant à Dakar et la plateforme a été lancée en 2021 », a-t-il expliqué. Il a souligné qu’il a intégré le centre incubateur à travers un concours. L’idée de ce projet, a-t-il dit, est venue de lui-même, mais pour la construction du projet il a eu la collaboration de certains parmi ses promotionnaires étudiants à Dakar.  Expliquant le fonctionnement de cette plateforme, M. Bako Adamou a souligné que « C’est une plateforme sur laquelle le commerçant ou le revendeur crée un compte à son nom ou au nom de son entreprise, société ou commerce. Après, l’intéressé publie ses produits ou ses services en mettant les prix et toutes les informations y relatives. De l’autre côté le public à cette possibilité d’accéder gratuitement à la plateforme pour découvrir les produits ou services qu’il recherche. Après le choix, il lance la commande et nous on se charge de la recherche du produit auprès de son propriétaire et de la livraison jusqu’au client. Nous avons des agents qui font ce travail et ils prennent l’argent qu’ils ramènent au propriétaire du produit », a-t-il expliqué.

En termes des difficultés, M. Bako Adamou a souligné l’insuffisance des moyens logistiques. « Nous avons besoin d’une logistique adéquate pour faire face à toutes les commandes ». En plus de la vente des produits, il souhaite arriver à l’effectivité des ventes des services, par exemple des outils pour la vente des billets de voyage, les assurances, le service immobilier et d’autres service utiles pour la société ».

Maman Bachir Chaibou Mahaman

Moctar, étudiant à l’EST et promoteur de l’entreprise « Domtech »

« Domtech », c’est une initiative qui vise à apporter des solutions appelées « maisons intelligentes ». En terme clair, dit le promoteur, c’est des initiatives dont l’objectif est de contribuer à améliorer le confort, la sécurité et une meilleure gestion des maisons et des services. Les jeunes qui animent cette entreprise ont développé des applications qui leur permettent de proposer des solutions, par exemple la gestion de tous les appareils électroniques dans une maison à travers une seule application. « A travers une application, installée dans le téléphone, vous êtes à la maison, au salon, vous n’avez pas besoin de vous déplacer pour contrôler vos appareils, la télévision par exemple. Nous avons aussi mis en place une poubelle intelligente. C’est une poubelle qui s’ouvre d’elle-même dès que l’on s’en approche et elle se ferme quand on s’éloigne. Nous avons aussi mis en place un système d’alerte incendie. Dès qu’un incendie se déclenche, l’alarme transmet un signal au Sapeur-pompier et aux habitants de la maison. C’est la même chose quand une bouteille de gaz n’est pas bien fermée l’alarme peut le signaler », a expliqué le jeune promoteur de l’initiative. Maman Bachir s’est dit très ambitieux et motivé d’apporter sa contribution à l’amélioration des conditions de vie des populations.  En termes de difficultés il a relevé le manque de matériel et de ressources pour en acquérir.

Par Ali Maman(onep)