CHAN 2020/ Niger-RD Congo : Jour de vérité pour le Mena

Sport
Spread the love

Sharing is caring!

Après deux matchs nuls concédés contre les Chevaliers de la Méditerranée de la Libye (0but partout), et contre les Diables Rouges du Congo (1 but partout), le Mena du Niger est depuis vendredi dernier à Yaoundé, où il disputera ce soir sur la pelouse du stade Ahmadou Ahidjo son 3ème match de poule contre les Léopards de la RDC. Un match aux allures de «quitte ou double» pour les Nigériens qui n’ont pas pu prendre les trois points nécessaires pour un meilleur classement lors de leurs deux premières sorties.

Une large victoire contre les Léopards ce soir pourrait ouvrir pour le Mena les portes des quarts de finale de ce 6ème CHAN. Mais pour en arriver là, il faut que le onze national puisse retrouver l’esprit de Wad Madani et de Khartoum en 2011. Lors de cette 2ème édition du CHAN au Soudan, le Mena a brillé de mille feux. L’équipe nationale du Niger a montré un visage reluisant en s’imposant dans son groupe, avant de se qualifier pour les quarts de finale de cette compétition. Un quart de finale que le Mena a joué contre les Crocodiles du Nil dans la bonbonnière du mythique stade d’Al Hilal à Ondurman. Le match s’est soldé sur un score  nul de 1 but partout entre les deux équipes au terme des 90 minutes de jeu. Après les prolongations, la séance des tirs au but a finalement permis aux Soudanais de se qualifier pour les demi finales en réussissant 4 tirs contre 3 pour le Niger.

Les supporters du Mena veulent bien cette année aussi, revivre la folle ambiance de Khartoum. Contre les Diables Rouges du Congo jeudi dernier, le mal majeur relevé par tous les observateurs attentifs du football Nigérien est l’absence d’esprit d’équipe. Le football est un sport collectif. La ligne d’attaque du Mena a royalement ignoré cela pendant les 90 minutes de jeu contre les Diables Rouges. N’eut été le penalty magistralement transformé par Issa Moussa Mossi dit Chinois, le Mena aurait certainement courbé l’échine. Car à la 34ème minute de ce match, après une offensive bien menée par Binguila qui s’est infiltré  dans la défense du Mena, il décale sur le côté gauche Prince Mouandza qui fusille le  portier Abdoul Razak du Mena. La rencontre sera relancée à la 69ème  minute de jeu lorsque Dimitri Magnokele, entré en cours de jeu, touche de la main la balle. L’arbitre central de la partie, le Kényan Peter Waweru Kamaku n’hésite pas à montrer le point de penalty. Issa Moussa Mossi entré à la 57ème minute de jeu prend à contre pied Giscard Mavoungou, le portier des Diables Rouges du Congo. Le Mena revenait de loin.

Pendant ce match, un nombre incalculable d’occasions ont été ratées par le Mena parce que certains attaquants ont voulu jouer seul. C’est le cas flagrant de Issa Djibrilla. L’entraineur Harouna Doula doit impérativement tirer les conséquences de ce mauvais comportement de ses poulains sur le terrain. Si contre la Libye, il a manqué au Mena de l’adresse devant le but, contre le Congo il lui a manqué le collectif. Or sans ce collectif, il est toujours difficile de remporter un match de football. Ce soir contre les Léopards, le Mena joue son destin dans cette compétition. Et, il le joue face à une équipe qui a beaucoup de qualité dans le jeu et qui joue très collectif. Donc, pour pouvoir tenir tête aux Léopards, il faudrait être dans ce registre ; il faudrait que le Mena se donne les moyens d’être physiquement et techniquement à leur niveau. Le onze national du Niger a des ressources suffisantes pour y parvenir. Mais il faut jouer collectif et il faut mettre de la rigueur dans les derniers gestes devant le but adverse.

  Oumarou Moussa Envoyé Spécial(onep)