Consommation de la viande de Tabaski : Attention à l’abus !

Société

L’Aïd El-Kébir ou fête de Tabaski est un moment de disponibilité de viande. C’est aussi un moment de partage de la viande entre parents, amis et connaissances. La disponibilité de la viande entraine une surconsommation, toute chose qui n’est pas sans effets secondaires sur l’organisme selon les spécialistes de la santé. Il s’agit  entres autres de troubles digestifs, d’intoxication alimentaire, de vomissements et de diarrhée suite à la surconsommation de la viande accompagnée d’épices et de boissons sucrées diverses.

Dr Idrissa Massi Abdoul-Wahab, chef du service, diabétologie-endocrinologie -nutrition à l’hôpital Boubacar Amirou Diallo de Niamey, rappelle que les viandes  sont des sources intéressantes de protéines pour l’organisme. En effet, les besoins journaliers en protéines pour l’organisme sont de l’ordre de 30 à 44g/j soit l’équivalent de 120 g de viande.

Pour rappel, les sources de protéines sont diverses et peuvent être animales et végétales. Cependant ce ne sont pas toutes les protéines animales  qui se valent et qui sont intéressantes car ces viandes diffèrent selon leur teneur en protéines qui est d’environ 20% et de la matière grasse qui varie entre 2 à 30% en fonction du degré d’engraissement de l’animal.

 En ce moment de fête de Tabaski, l’on observe

une surconsommation de viande, en majorité grasse  accompagnée  des épices divers  avec de saveurs différentes. « Tout ceci peut favoriser la survenue de troubles digestifs allant des crises d’ulcère aux vomissements et diarrhée

appelés communément gastro-entérite », explique Dr Idrissa Massi Abdoul-Wahab.

Les mécanismes de ces troubles, ajoute-t-il, sont assez souvent une intolérance digestive à la matière grasse et/ ou aux épices ou alors une intoxication par la viande mal cuite ou avariée surtout si cette dernière est restée pendant 24h à 48h dans des conditions de conservation inadéquate.

Dr Massi précise qu’en général les personnes les plus susceptibles de développer ces troubles sont  des personnes ayant  déjà des ascendants  de troubles digestifs. Dans  ce  cas précis,  cette surconsommation de la viande vient exacerber la maladie sous-jacente ou les troubles.

Aussi, souligne-t-il, l’un des principaux risques  liés à la consommation excessive de la viande  est la déshydratation en rapport avec les vomissements et la diarrhée, ce qui entraîne des pertes hydriques importantes chez la personne.

En cas de troubles digestifs suite à la surconsommation de la viande, Dr Massi

indique qu’il faut immédiatement arrêter la consommation. Il est aussi impératif de bien s’hydrater pour remédier les conséquences de la déshydratation. Aussi, lorsque la diarrhée ne s’arrête pas au bout de quelques heures, il faut se rendre dans un centre de santé  afin de bénéficier d’un traitement antibiothérapie mais aussi d’un traitement de perfusion à soluté afin de restaurer ou de rétablir ce déséquilibre hydrique entraîné par la déshydratation.

Pour prévenir les différents troubles liés à la surconsommation de la viande, selon Dr Idrissa Massi Abdoul-Wahab, il est conseillé de ne pas trop manger la viande très grasse et très épicée. En un mot consommer la viande avec modération.

 Oumar Issoufou(onep)