Décès du Professeur Sanoussi Tambari Jackou : Hommage au combattant des causes justes !

Non classé

Notre pays, le Niger vient de perdre un de ses grands fils méritants. Economiste de formation, Enseignant Chercheur, Ancien Vice-président de l’Assemblée Nationale, Ancien Député, Ancien fonctionnaire international, il s’est éteint à l’âge de 82 ans à l’Hôpital Général de Référence, le lundi 18 juillet à Niamey des suites d’une longue maladie. Tout le pays l’aurait encore gardé plusieurs décennies de plus, parce que « la mort d’un Homme juste, défenseur des plus faibles, doté d’une bonne mémoire, est un malheur pour tous’’, dit-on.

Épuisé par la maladie, le Président du PNA Al Ouma, Conseiller spécial du Président de la République avec rang de Ministre, a eu une vie de combat. Quelle fierté pour son épouse Françoise, ses enfants ; père aimant et, surtout père fidèle à l’adage qui dit : « aux enfants, il vaut mieux laisser un bel héritage de conscience qu’une mine d’or’’.

De la richesse, il ne pouvait en amasser parce que Prince de Kornaka, donc généreux pour ses sujets, ses militants et tous ceux qui ont croisé sa route au quartier Koira Kano.

Sa véritable richesse, ce sont ses connaissances multiples dans plusieurs domaines. Un intellectuel passionné d’histoire et bien accompli, de sagesse. Un patriarche écouté par tous à la radio et à la télévision, doté d’une  vision quasi-prophétique de la politique nigérienne ;  un pionnier de la Conférence nationale souveraine…

Mais, il a eu le bel âge que certainement beaucoup de Nigériens rêveront d’avoir. A la pensée de son épouse Françoise, qui a toujours été à ses côtés, nos larmes coulent malgré tout. Des larmes de ses proches et de ses enfants ne tariront pas devant cette perte. Ses petits-enfants pleurent l’arbre tutélaire de la fratrie Tambari Jackou.

Néanmoins, on a envie de dire,  pleurons doucement sur cet être si cher, parce qu’il a trouvé le repos dans le Paradis du Seigneur Allah le Tout Miséricordieux.

Personnellement, je salue le combattant d’une lutte sans concession des causes justes, je salue l’Homme politique, l’acteur engagé de la société civile. Je salue l’Historien, le Fondateur de la Roue de l’histoire et de l’Arbre à Palabres. Je salue l’aîné, l’écrivain qui nous répète sans cesse- à sa Fada qu’il reste et demeure notre ami de tous les jours- donnez l’exemple… Je m’incline depuis la Mecque devant la dépouille d’un Grand Homme qui, à jamais, restera un phare pour toute une génération. Une certaine éternité ! Puisse sa lutte pour la démocratie, la liberté et la justice sociale servir d’exemples pour tous et sans exception. Amen !

Par Moustapha Kadi Oumani(onep)