Réunion ordinaire du groupe multipartite de concertation (GMC) : Adoption d’un plan d’actions triennal au centre des échanges

Société

Les travaux de la réunion ordinaire du groupe multipartite de concertation (GMC) du dispositif national de mise en œuvre de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives au Niger (DN/ITIE-Niger) au titre de l’année 2022 ont débuté hier matin. Il s’agit  d’examiner et adopter au cours de cette session le procès-verbal de la dernière session du GMC, un plan d’actions triennal et un plan de travail 2022. Les participants auront également à examiner  et adopter les TDR des commissions thématiques, renouveler les commissions thématiques et enfin examiner l’état d’avancement de la mise en œuvre de l’ITIE. C’est le directeur de cabinet du Premier ministre, M. Laouali Chaibou, par ailleurs président du GMC, qui a présidé l’ouverture des travaux en présence du secrétaire exécutif du DN-ITIE Niger.

En amont, le Président du GMC a souligné l’importance accordée à cette session qui, a-t-il-dit, est un moment fort dans la gouvernance du dispositif national.

Il a rappelé qu’il y a un peu  plus de trois ans, il a été finalisé la mise en place des organes du dispositif national de mise en œuvre de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives au Niger et adopté les termes de références et le règlement intérieur du groupe de concertation. « Aujourd’hui, les mandats des membres du collège de la société civile et de celui des entreprises sont arrivés à leur terme. C’est l’occasion d’interroger le fonctionnement de notre structure et faire un bilan critique, tirer toutes les leçons qui s’imposent et apporter les correctifs nécessaires dans l’intérêt du dispositif national et de notre pays », a précisé le président du GMC.

A ce niveau, il a relevé, pour le déplorer, le mauvais fonctionnement des commissions thématiques qui  n’arrivent pas à tenir leurs réunions. Or,  ces commissions ont un rôle particulièrement important  à jouer dans l’appui au Dispositif National. En effet, a affirmé le président du GMC, le groupe multipartite est tenu de mettre en place un plan de travail qui doit être régulièrement mis à jour, entièrement chiffré et compatible avec les échéances de déclaration et de validation établies par le Conseil d’administration de l’ITIE.

Ce plan de travail, a expliqué M. Laouali Chaibou, doit fixer des objectifs de mise en œuvre de l’ITIE  en phase avec les principes de L’ITIE et reflétant les priorités nationales des industries extractives.  Aussi, le groupe multipartite doit prendre les mesures nécessaires  pour intégrer la mise en œuvre de la norme ITIE dans les systèmes gouvernementaux et des entreprises. 

En outre, il a  invité les groupes multipartites à explorer des approches innovantes pour renforcer la mise en œuvre de l’ITIE. Ce qui selon lui va permettre d’éclairer le débat public sur la gouvernance des ressources naturelles et de favoriser le maintien de niveaux élevés de transparence et de redevabilité dans la vie publique, autant en ce qui concerne les affaires de l’Etat que le monde des entreprises. Enfin, le plan de travail doit refléter le résultat des consultations avec les principales parties prenantes, et être avalisé par le groupe multipartite.

Auparavant, le secrétaire exécutif de DN-ITIE Niger, M. Abdelkarim Aksar a fait savoir aux participants que les observations qu’ils ont émises après réception des documents soumis à leur appréciation ont été intégrées. Cela afin de respecter les dispositions pertinentes du règlement intérieur qui limite les sessions à 4 heures chrono.

Par RahilaTagou(onep)