Disponible sur le marché, la salade reste encore un peu chère

Société

Depuis un certain temps, on constate dans les grandes rues de Niamey et sur les différentes artères des marchés de la ville, la disponibilité de la salade. En effet, la saison froide est considérée comme étant le moment le plus propice dans la production de ce légume.

Les jardins se trouvant aux abords du fleuve Niger, sont les endroits réservés pour la culture de cette laitue. Inoussa, un jeune jardinier d’origine burkinabé âgé de 25 ans résidant à Niamey pratique cette activité depuis son bas âge. «Il y’a quelques semaines de cela, la salade était chère. On peut vendre une planche de salade entre 10.000 et 15.000 FCFA. Mais ces derniers jours, la salade est abordable du fait qu’on est au moment de la récolte», a-t-il expliqué.

Actuellement Inoussa vend la planche de salade aux revendeurs à 5.000 ou 6.000 FCFA. «Il y’aura un temps où le prix pourrait descendre jusqu’à 3.000 FCFA», ajoute ce jardinier qui a des clients fidèles qui viennent de temps en temps acheter presque toute sa production. «Le client vient très tôt le matin pour récupérer sa marchandise et vaquer à ses occupations. Je vends également aux riverains pour 200 FCFA à plus pour leur consommation», confie-t-il. «Je sème la salade un mois d’avance et après

germination, elle est repiquée dans les différentes planches qu’on entretient. Cela prend environ une vingtaine de jours pour procéder à la cueillette de la laitue», a précisé Inoussa.

M. Déni, un autre producteur affirme également que les clients défilent matin et soir et chacun trouve son compte. «Maintenant, la planche de salade est vendue entre 5.000 à 7.500 FCFA pour les grossistes et à partir de 200 FCFA en détail pour les riverains du quartier. Je dispose de plus de 20 clients par jour. J’ai un grand jardin destiné uniquement à la culture de la salade», a expliqué M. Déni.

Si dans les jardins, la salade semble être abordable cela n’est pas le cas chez les consommateurs qui se plaignent du fait que ce légume n’est toujours pas à la portée de tous, alors qu’on est déjà en pleine saison froide. Amina Zakari, cliente venue acheter de la salade au petit marché affirme que la salade est encore un peu chère. «Jusque-là, les vendeurs ne vendent qu’à partir de 300 FCFA. Dans une famille nucléaire, il faudrait plus de 1.000 FCFA pour préparer une salade bien garnie.», déplore-t-elle.

Rachida Abdou Ibrahim(Onep)