Lancement officiel du projet Adalci : Renforcer les voies de justice pour réduire la vulnérabilité et l’extrémisme violent

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Dr Boubakar Hassane a présidé, hier matin, la cérémonie officielle de lancement du projet Adalci. Elaboré par Search for Common Ground, ce projet a pour but de combler le fossé entre justice traditionnelle et justice coutumière, justice formelle et droits humains, résolution des conflits et médiation. Et, cela afin de répondre aux griefs qui amènent souvent les citoyens à se tourner vers les groupes extrémistes. Axé sur les  droits de l’homme et l’accès à la justice, Adalci est soutenu par l’Agence des Etats Unis pour le développement international (USAID) avec un financement de 15 millions de dollars sur une durée de 4 ans. L’ambassadeur des Etats Unis, M. Eric P. Whitaker et le directeur régional pour l’Afrique de l’ouest de Search for Common Ground, M. Alhassane Drabo étaient présents à a cérémonie de lancement du projet.

Les principaux objectifs du projet Adalci sont d’améliorer la capacité des mécanismes coutumiers et autres mécanismes locaux de médiation des conflits à résoudre les différends, tout en aidant les populations à accéder au système de justice formel et en augmentant la capacité du gouvernement et des organisations de la société civile à lutter contre les violations des droits humains.

Pour le ministre Boubakar Hassane, ce projet entend contribuer à renforcer les voies de justice pour réduire la vulnérabilité et l’extrémisme violent, tout en améliorant les outils permettant de traiter les griefs fondamentaux qui alimentent l’extrémisme dans les trois principaux foyers d’instabilité du Niger à savoir les régions de Diffa, de Tillabéri et de Tahoua. Le ministre de la Justice a indiqué que dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de justice et des droits humains et son plan d’action décennal 2016-2025, le ministère de la Justice a défini et adopté un certain nombre de stratégies, de plan d’actions et de programmes parmi lesquels le Programme d’Appui à la justice et l’Etat de droit (PAJED2 ) et le Programme d’appui à la justice et à la sécurité au Niger (AJUSEN) en vue de promouvoir l’accès à la justice autrement dit, rapprocher la justice du justiciable.

Aussi pour illustrer la dynamique engagée par le ministère de la Justice en vue d’assurer un meilleur accès au service judiciaire, Dr Boubakar Hassane a cité la création et l’opérationnalisation de l’Agence nationale de l’assistance juridique et judiciaire (ANAJJ), une institution qui permet aux personnes vulnérables de bénéficier gratuitement de l’assistance juridique et judicaire. «Cette agence fournit diverses prestations dans le sens d’améliorer la compréhension du droit et de la justice et de toutes les institutions de l’Etat en vue de prévenir les conflits». Aussi, dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, l’arsenal juridique du Niger a connu des reformes. Ainsi a relevé le ministre de la justice, en s’attaquant au grief et aux injustices qui sont souvent à l’origine de l’extrémisme violent, on combat inéluctablement le mal à la racine par le développement de la résilience des communautés aux idées extrémistes. Ce faisant, a-t-il dit, on contribue à la promotion des droits de l’homme et à la protection des personnes vulnérables.

Pour le directeur régional pour l’Afrique de l’Ouest de Search for Common Ground, le lancement de ce projet est un événement important parce qu’il marque le début d’un processus qui aura un impact durable au sein des communautés vulnérables à travers le Niger, tout en fournissant aux communautés les outils dont elles ont besoin pour traiter de manière juste et équitable les griefs qui les opposent. «Cela peut limiter la portée et l’influence des extrémistes qui se nourrissent de ces conflits non résolus et latents» a estimé M. Alhassane Drabo. Il a par la suite fait une brève présentation Search for Common Ground est une organisation créée en 1982 et qui intervient dans 35 pays  afin de rapprocher les personnes par-delà les lignes de fracture et de division afin qu’elles répondent de manière collaborative aux conflits et défis auxquels elles sont confrontées.

En fin l’ambassadeur des Etats Unis s’est dit persuadé que ce projet produira des résultats positifs dans le renforcement de la capacité du Niger à fournir un accès effectif à la justice et aux droits humains à ses citoyens. «Adalci est une raison de plus pour laquelle nous disons que le Niger se lève», a affirmé l’ambassadeur Eric P. Whitaker.

 Rahila Tagou(onep)