Le Président de la République rencontre les membres de l’Association des Municipalités du Niger (AMN) : Le Chef de l’Etat invite les maires au respect strict des règles de gestion des collectivités territoriales

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Président de la République, M. Mohamed Bazoum a rencontré, le vendredi 6 Août 2021, les membres de l’Association des municipalités du Niger (AMN). Au cours de cette rencontre, le Chef de l’Etat a beaucoup insisté sur ce que doit être la gestion et le bon fonctionnement des collectivités territoriales tout en prodiguant des conseils quant à la conduite que doivent tenir les élus locaux afin de bien mener leurs missions et pallier les maux qui minent le bon fonctionnement des collectivités territoriales. Cette séance, notons-le, a été également une opportunité pour les élus locaux de partager avec le Chef de l’Etat leurs inquiétudes.

A l’entame de la rencontre, le Président de la République a félicité les maires pour les responsabilités qui leur sont confiées tout en formulant le vœu qu’ils s’acquittent bien de leur mission. Il a cependant déploré le retard accusé dans le renouvellement des conseils à tous les niveaux. A cet égard, M. Mohamed Bazoum a pris l’engagement qu’un tel retard ne sera plus observé et que la prochaine élection des conseils aura lieu juste avant les élections législatives et présidentielles.

Abordant la question de la gestion des municipalités et des collectivités territoriales, le Président de la République a fait mention des difficultés qu’il a pu percevoir lorsqu’il était ministre de l’Intérieur et de la décentralisation. Et à ce titre, il avait commandé des inspections au niveau des collectivités dont il avait l’habitude de prendre connaissance amplement des rapports.

Ainsi, parmi ces difficultés, le Chef de l’Etat a relevé celle relative aux lacunes dont pourraient souffrir le personnel chargé d’animer les collectivités territoriales au plus haut niveau des responsabilités dans la façon dont il peut aborder sa mission. A cela s’ajoute, le non-respect des critères dans le recrutement des collaborateurs, en l’occurrence le receveur municipal et enfin la difficulté liée à la propension des maires à ne pas se conformer aux exigences de la loi relative au lotissement des terrains.

Relativement au bon fonctionnement des collectivités territoriales, M. Mohamed Bazoum a affirmé que beaucoup d’erreurs commises résultaient, non pas d’une mauvaise volonté du personnel qui anime les collectivités territoriales, mais d’une méconnaissance des règles tout simplement. Et à ce niveau, le Chef de l’Etat a donné comme premier conseil aux élus locaux et au Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, la création des conditions de renforcement des capacités du personnel qui anime les collectivités territoriales. Et cela de façon à faire en sorte qu’il maitrise les règles de fonctionnement des collectivités territoriales afin qu’il s’évite des erreurs qui sont très préjudiciables au fonctionnement des collectivités territoriales et parfois aux personnes.

Aussi, le Chef de l’Etat leur a recommandé de bien prendre connaissance du code général de collectivités territoriales. C’est là où se trouve tout ce que les maires doivent savoir, toutes les prescriptions à partir desquelles ils seront en mesure de s’acquitter convenablement de leur tâche, a-t-il souligné.

«Il faut également que les élus locaux fassent aussi particulièrement attention dans le

recrutement de leurs collaborateurs», a ajouté le chef de l’Etat. Il y a une législation et une réglementation complète auxquelles s’ils s’y réfèrent, il n’y a aucun risque de commettre certaines erreurs, a rappelé le Président de la République. «Il faut donc faire attention dans le choix de vos collaborateurs et en particulier l’un de vos principaux collaborateurs, vous le savez bien, c’est le receveur municipal», a souligné SEM. Mohamed Bazoum. En effet, pour le Chef de l’Etat, le receveur municipal doit être un homme qui maitrise les techniques de la gestion des finances conformément aux règles de comptabilité.

Le Président Mohamed Bazoum a confié que le Ministère des Finances est censé mettre à la disposition des collectivités territoriales des personnels pour justement cette fonction, de receveurs municipaux capables de s’acquitter convenablement de cette mission. Il a donc insisté que les élus s’assurent qu’ils ont un bon receveur et en cas de doute sur sa compétence de saisir le ministère de tutelle pour que quelque chose soit fait en vue d’y remédier le plus urgemment possible.

Relativement à la propension des maires précédents à ne pas se mettre en conformité avec les exigences de la loi relativement au lotissement des terrains, le Chef de l’Etat a expliqué que la règle est très claire. Elle consiste à ce que les maires fassent un projet de lotissement dans leurs communes et le soumettent au ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat qui appréciera le bien-fondé de la proposition. Lorsqu’il l’accepte, a-t- il poursuivi, le ministre prend un arrêté et les maires se conforment à l’arrêté du ministre. «Donc je voudrais vous dire de faire extrêmement attention à cela parce qu’autrement il ya une violation du code et d’autres lois de nature à vous porter énormément préjudice. Ne vous laissez jamais aller à des tentations. Tout ce que vous pourriez faire va être su par la suite», a prévenu le Chef de l’Etat.

Le Président de la République a saisi l’opportunité pour s’adresser en particulier aux maires qui relèvent des collectivités proches de la Ville de Niamey notamment ceux de Karma, de Hamdalaye, de Liboré, de N’dounga. «Faites très attention, il faut éviter les erreurs commises par vos prédécesseurs. Vous avez beaucoup de lotisseurs qui sont très forts, qui jusqu’à présent ont fait preuve de force et qui sont capables de vous entrainer sur des terrains qui, pour vous, seront glissants. Pour le moment, ils ont pu échapper, j’espère que ça ne va pas continuer comme ça. Et je profite pour leur adresser ce message eux», a prévenu le Chef de l’Etat.

Il y a aussi le problème lié à la distribution gratuite des vivres. Cela a valu la prison à bien des anciens maires. Malheureusement, a-t-il annoncé, ça va être le facteur pour lequel nombre d’entre eux vont être poursuivis, a-t-il martelé. «Ça a emporté beaucoup d’entre vous et ce n’est pas fini. Il y’a d’autres encore qui le seront parce que, j’ai le relevé, il y a des dettes qui ne sont pas recouvrées du fait de crédits plutôt complaisants qui ont été accordés à des personnes dans les différentes collectivités. Nous sommes dans un processus de transfert de compétence et de responsabilité sur lesquels les choses sont loin d’être tout à fait claires. Mais avec l’expérience, cela va se clarifier très certainement. Nous comptons sur votre bonne compréhension ici aussi et sur une relation harmonieuse entre les différents ministères et les collectivités territoriales», a précisé le Chef de l’Etat.

Après cette intervention du Président de la République, quelques élus locaux parmi lesquels le député maire de la Ville de Niamey, le président de l’AMN, le président du Conseil régional d’Agadez, les maires de Guidan Roumji, de Guidan Amoumoune et de Bagaroua ont soulevé des inquiétudes relativement au budget des collectivités territoriales, à la question des taxes et impôts très dépassés, à l’affaire des lotissements, au statut des conseillers et au recrutement du personnel.

Face à ces inquiétudes soulevées par les élus locaux, le Président de la République a assuré que des solutions idoines seront trouvées afin de faciliter aux élus l’accomplissement de leurs missions.

Rahila Tagou(onep)