Santé/Tillabéri : MSF et le Ministère de la Santé Publique côte à côte pour une communication sur la santé communautaire à Torodi

Société
Spread the love

Le préfet de Torodi, M. Youra Dia a présidé le mercredi 18 mai 2022 à l’hôtel Djoliba de Tillabéri, un atelier de partage sur l’intervention de la prise en charge intégrée de maladies d’enfants au niveau communautaire (PCIME-C ou ICCM en anglais) dans le District Sanitaire (DS) de Torodi. Organisé par Médecin Sans Frontières (MSF) en collaboration avec le Ministère de la Santé, de la population et des Affaires sociales, cet atelier s’est déroulé en présence des autorités administratives et coutumières de Torodi, des acteurs principaux que sont les relais communautaires ainsi que plusieurs autres invités.

L’objectif général de cet atelier est de mener une réflexion sur la mise en œuvre de la santé communautaire dans le contexte du District Sanitaire de Torodi entre tous les acteurs concernés (communautés, district, niveau central, partenaires), pour une meilleure synergie et complémentarité d’appui à la santé communautaire et pour planifier le support de MSF au District Sanitaire de Torodi dans le cadre de la PCIME-C.

A l’ouverture des travaux, le préfet de Torodi a rassuré les participants de la disponibilité des autorités à accompagner le District sanitaire de Torodi et au-delà MSF et même au niveau communautaire en leur apportant toute l’assistance nécessaire pour atteindre les objectifs assignés.

Au terme de cette rencontre, le Coordinateur médical de MSF Suisse au Niger. Dr. Serge Kadi, a indiqué qu’en organisant cet atelier, MSF voudrait soutenir le district Sanitaire de Torodi dans ses activités de promotion de la santé communautaire. «Avant même son support, MSF a décidé d’identifier ce qui doit être amélioré et les avantages après un état des lieux avec les différents acteurs impliqués dans la santé communautaire à Torodi». «Donc, aujourd’hui, ensemble avec le district nous nous sommes assis pour comprendre comment les activités se déroulaient et quels étaient les points faibles et les difficultés ou les contraintes de ces activités», a-t-il ajouté.

Le Coordinateur médical de MSF Suisse au Niger a relevé que, ce qui en est sorti principalement comme difficulté, c’est la question de l’approvisionnement des intrants mais aussi la motivation des relais communautaires, auxquels ils vont répondre prochainement. «MSF intervient déjà au niveau Torodi, dans l’hôpital de district qui est un ancien Centre de Santé Intégré (CSI). MSF accompagne le district, le CSI dans le processus de sa transformation en un hôpital», a-t-il rappelé.

Du point de vue des infrastructures, «MSF a dû construire une salle d’urgence et de soins intensifs et une pharmacie, l’année passée et que cette année, il mettra en place une salle d’observation de vingt (20) lits», a-t-il fait savoir. «Un laboratoire a également été mis en place où, des tests transfusionnels se font et une banque de sang pour permettre à ce que les transfusions se fassent localement», a-t-il soutenu, ajoutant à ce niveau, que MSF intervient pour pouvoir faire le référencement des cas compliqués au niveau de la ville de Niamey.

«Au niveau des soins de santé primaire, il y a trois (3) équipes de cliniques mobiles du district que MSF soutient», a-t-il déclaré. Le Coordinateur médical de MSF Suisse au Niger a par ailleurs souligné qu’en plus des intrants, MSF octroie aussi des primes aux médecins, infirmiers et hygiénistes, et intervient aussi dans la restauration des malades. «MSF est un partenaire qui soutient tout ce qui est formations, comme par exemple l’usage de l’appareil d’échographie, des formations sur la pédiatrie et la nutrition», a-t-il enfin conclu.

Le Représentant du Ministère de la Santé Publique, Dr. Dade Abdou, par ailleurs, Chef Division Suivi/Evaluation DSC/ MSP/P/AS a, auparavant pris la parole pour assurer de la disponibilité des autorités à accompagner le District sanitaire de Torodi, pour mettre en œuvre, redynamiser cette stratégie qui selon lui est très porteuse pour les enfants et pour la population surtout pour la zone de Torodi. «Nous avons besoin de relais qui sont disponibles, formés et qui sont équipés pour sauver les enfants», a-t-il ajouté.

Quant au Médecin Chef de District sanitaire de Torodi, Dr. Garba Halissa, elle a remercié MSF pour le financement de cette rencontre et l’appui de la région sur cette approche ICCM.

Le communicateur du District sanitaire de Torodi, M. Mounkaila Hima a, pour sa part,  lancé un appel à l’endroit de MSF Suisse  pour une dotation des relais communautaires en médicaments de manière régulière. Il a également plaidé pour que ces relais soient motivés régulièrement même s’ils travaillent de manière volontaire. Ils doivent aussi être appuyés au niveau local par les autorités administratives et coutumières afin d’identifier les problèmes auxquels ils sont confrontés et voir comment leur apporter des solutions.

Cette journée a été sanctionnée par deux (2) présentations notamment sur les réalisations 2021 et les perspectives 2022 par MSF et celle du District Sanitaire de Torodi sur l’état des lieux des activités de la PCIME-C (contexte, données sanitaires, partenaires, forces, faiblesses, difficultés/contraintes, perspectives, entre autres) suivies de  deux (2) sujets de discussions sur la stratégie à adopter pour un meilleur développement et renforcement des activités communautaires dans la spécificité du contexte de Torodi ainsi que sur comment améliorer les mécanismes d’approvisionnement en intrants pour une disponibilité effective et permanente au niveau communautaire.

Mahalmoudou Touré Maïmouna ANP/ONEP