Séries d’activités du PNIN-HCI3N- INS à Diffa N’Glaa : Sensibiliser les acteurs pour une forte mobilisation en faveur de l’autosuffisance alimentaire au Niger

Société

La problématique de la nutrition a été tout au long de cette décennie au centre des préoccupations, tant au niveau global qu’aux niveaux des pays, particulièrement ceux du Sahel. En effet, les trois crises mondiales majeures (alimentaire, financière et pétrolière), de 2007 à 2008, ont lourdement impacté l’alimentation et la nutrition des populations. Cette situation a fait prendre davantage conscience et contribué à une forte mobilisation en faveur de la nutrition. C’est ainsi que naquit en 2010, le mouvement «Scaling Up Nutrition» (SUN), mouvement mondial en faveur du renforcement de la nutrition et l’après OMD-2015 a vu l’adoption des Objectifs de Développement Durable (ODD) dont le deuxième, (ODD2) est dédié à la nutrition.

Ainsi, une nouvelle génération de politiques, stratégies et plans d’action nutrition, multisectoriels, a vue le jour et dont les caractéristiques majeures sont la volonté de mobiliser l’ensemble des secteurs et des acteurs nécessaires à la lutte contre la malnutrition; la coordination multisectorielle; la cohérence des interventions ainsi que l’intégration de la nutrition dans tous les programmes de développement et le renforcement de l’environnement institutionnel et du partenariat. Afin de guider, non seulement, la coordination multisectorielle de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le plaidoyer pour la mobilisation des ressources, mais aussi pour aider dans la prise des décisions, le Niger a adhéré à l’initiative des Plateformes Nationales d’Information pour la Nutrition (PNIN), mise en œuvre par l’Institut National de la Statistique, sous le pilotage stratégique du Haut Commissariat à l’Initiative ‘‘Les Nigériens Nourrissent les Nigériens’’ (HCI3N). C’est dans ce cadre qu’à l’occasion de la célébration de la fête nationale du 18 Décembre 2021 ou Diffa N’Glaa que la PNIN, en collaboration avec le HC3N et l’INS a organisé, du 15 au 17 décembre derniers à Diffa, une série d’activités (séminaire, conférence, don des documents, expositions de produits alimentaires locaux, etc.), afin de sensibiliser tous les acteurs, en vue d’une forte mobilisation en faveur de la nutrition.

Le séminaire organisé du 15 au 17 décembre est placé sous le thème général : ‘‘L’Initiative 3N comme politique et stratégie de transformation des systèmes alimentaires au Niger : Quelles réformes impulsées depuis 2011 et quelles perspectives 2021-2025’’. D’autres sous-thèmes sont également développés dont ceux relatifs à ‘‘La PNIN, comme outils d’information et d’aide à la Décision’’; ‘‘Evolution de la pauvreté au Niger de 2014 à 2018 en milieu rural’’, ‘’Principales conclusions du dernier rapport sur l’analyse de la pauvreté’’; ‘‘Les enquêtes nutritionnelles au Niger, analyse des tendances dans la région de Diffa, de 2010 à 2021’’ ; ‘‘Les leviers à actionner pour la transformation des Systèmes Alimentaires sains, durables et sensibles à la nutrition dans le contexte du Niger’’ ; ‘‘l(opérationnalisation des engagements du Niger en matière de SANDAD- PAi3N, PNSN_ mécanisme de suivi et de reddition de compte (RAC)’’; ‘‘la gouvernance foncière et modernisation du monde rural’’, ‘‘Lien Urgence-Développement et Paix- l’accompagnement des partenaires dans le cas de Diffa’’.

Ce séminaire s’intéresse notamment à l’Université de Diffa, aux médias, aux ONG nationales et internationales intervenant à Diffa, aux agences du Système des Nations-Unies, aux cadres régionaux des secteurs clés et à la direction régionale INS de Diffa et plus globalement à tous les acteurs concernés par la question de la nutrition. Le sous-thème : ‘‘Initiative 3N pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle : Enjeux et perspectives dans  un  contexte fragile’’, animé par Dr Aboubacar Mahamadou, Coordonnateur de la Cellule Nutrition au HCI3N, tenu à l’hôtel 18 décembre de Diffa, a drainé des dizaines de personnes intéressées par la problématique de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger.

Dans son mot introductif audit séminaire, le Haut commissaire à l’Initiative 3N, M. Ali Béty, a rappelé les objectifs assignés à son Institution, à savoir ceux de susciter une large mobilisation de tous les Nigériens autour de la production agricole et ce pour la dignité et l’honneur du Niger. «Les bonnes terres sont partout, les bras valides aussi, l’eau est accessible à des profondeurs raisonnables, et quelques fois à des très faibles profondeurs et cela dans une très grandes parties du territoire. Il n’y a donc franchement pas de raisons que les Nigériens aient besoin de quémander leur nourriture», a estimé M. Béty. A travers, l’Initiative 3N, a-t-il poursuivi, il s’agit d’amener les Nigériens à se mobiliser pour que chacun travaille, avec l’accompagnement de l’Etat, pour produire sa nourriture, pour produire la nourriture des villages, des villes, qui ne produisent pas, mais aussi produire les excédents que nous allons transformer dans le cadre des industries agro-alimentaires. M. Ali Béty a ensuite décliné les  principaux axes stratégiques du HCI3N, qui s’articulent autour de l’accroissement et la diversification des productions; l’approvisionnement régulier des marchés ; l’amélioration de la résilience des populations ; l’amélioration de l’état nutritionnel et l’animation et coordination de l’Initiative 3N.

Pour sa part, le Recteur de l’Université de Diffa, Pr. Ali Mahamane  a indiqué que, le thème retenu pour ce panel trouve tout son intérêt et sa signification dans la région de Diffa, bassin du Lac Tchad, correspondant à un contexte de fragilité, déterminé par les conséquences du changement climatique et de l’insécurité. «Pour répondre aux besoins en cadres dans le domaine, l’Université de Diffa a défini des offres de formation et des axes de recherche», a-t-il expliqué. Le Recteur de l’Université de Diffa a ajouté qu’en matière de formation, son établissement est composé d’une Faculté des Sciences Agronomiques et d’un Institut Supérieur en Environnement et Ecologie. Pr. Ali Mahamane a, enfin, souligné qu’une ‘‘collaboration entre l’Université de Diffa, le HC3N et l’Institut National de la statistique est nécessaire, pour l’aboutissement d’une bonne politique d’auto-suffisance alimentaire au Niger’’. D’autres sujets animés, les 16 et 17 décembre, par des éminents panélistes sont axés sur l’analyse de la pauvreté ; l’évolution de la malnutrition au Niger de 2011 à 2021 ; la Plateforme Nationale d’Informations pour la Nutrition (PNIN) et les systèmes alimentaires au Niger.

Les produits alimentaires à l’honneur à travers une foire

Toujours en marge des festivités du 63ème anniversaire de la proclamation de la République, la PNIN, l’HI3N et l’INS, ont activement pris part à la foire nationale, organisée par le Comité d’organisation de Diffa N’Glaa, où divers produits locaux  ont été exposés. Plusieurs stands y ont été dressé, accueillant chaque jours de nombreux visiteurs. Selon le vice-président de la Commission Foire, M. Yacouba Noma Mahamadou, au total 125 stands sont installés par la commission, certains stands ont été mis en place par le Haut-commissariat à l’initiative 3N, pour la promotion des produits agricoles.

Notons qu’au cours de cette foire de nombreux stands sont estampiés ‘‘HC3N’’ (Haut Commissariat à l’Initiative ‘‘Les Nigériens Nourrissent les Nigériens’’), indiquant que les exposants desdits stands ont bénéficié de l’appui (formation, matériels) et de l’accompagnement de cette institution. De nombreux visiteurs se sont attardés devant ces stands et ont posé beaucoup de questions pour mieux s’imprégner des tenants et aboutissant de l’I3N. Plusieurs actions menées par cette institution ont été présentées, à ladite foire. Elles portent sur la formation des transformatrices et transformateurs (548 jeunes bénéficiaires), la certification de leurs produits, l’octroi des machines de transformation des produits locaux, des motopompes, de forages, mais aussi le financement à hauteur de 361.000.000 FCFA de plusieurs projets à Diffa. Il a été aussi annoncé la construction, très bientôt, d’une usine de fabrication d’emballage par le HCI3N. Tout cela pour promouvoir la production, la transformation et la consommation des produits locaux, pour que les Nigériens nourrissent les Nigériens.

Par ailleurs de Kakemonos déclinant les missions et objectifs de la Plateforme Nationale d’Information pour la Nutrition (PNIN), parsemés, un peu partout, ont orné les axes du village artisanal, qui accueille cette foire. On peut notamment y découvrir que l’objectif général de la Plateforme Nationale d’Information pour la Nutrition au Niger (PNIN), est de contribuer à la réduction de la sous-alimentation chronique afin d’atteindre les cibles à l’horizon 2025. En ce sens, elle vise en premier lieu le renforcement des capacités d’analyse des données pour évaluer les progrès, informer les politiques et améliorer les programmes en matière de nutrition. De manière spécifique, la PNIN vise à renforcer l’analyse et l’interprétation des indicateurs de nutrition, leur évolution au niveau national et infranational – en fonction de la disponibilité des données ainsi que les facteurs connus pour influencer ces indicateurs, qu’il s’agisse des investissements, des politiques et/ou programmes et ce dans une approche multisectorielle. Elle vise aussi à augmenter les capacités nationales afin de pouvoir suivre l’évolution des indicateurs nutritionnels et générer des évidences pour comprendre les progrès faits vers la réalisation des objectifs et cibles fixés en nutrition.

Notons que, le programme PNIN s’articule autour de trois cycles itératifs et s’autoalimentant. Tout d’abord, il y a un cycle de production de l’information coordonné par l’Institut National de la Statique en synergie avec les directions de la statistique et les directions des études et de la programmation de six (6) Ministères clés (Agriculture et Elevage, Santé, Education, Hydraulique/Assainissement et Environnement). Ce cycle de production permettra de rassembler, organiser, analyser et diffuser les données statistiques multisectorielles sur la nutrition au Niger, apprend-on.

Le consortium PNIN-HI3N-INS fait un important don de documents à l’Université de Diffa

C’est des milliers de documents relatifs à l’alimentation en général et à la nutrition, en particulier que l’Université de Diffa vient de recevoir du trio PNIN-HI3N- INS. Réceptionnant cet appui documentaire, le Recteur de l’Université de Diffa, Pr. Ali Mahamane a, au nom de la communauté universitaire remercié la PNIN, le HCI3N et l’INS, pour cet appui en livres, portant sur des thèmes aussi importants que diversifiés et des porte-documents. «Ce don vient à point nommé car, dans le déroulement normal des enseignements, les enseignants donnent des références bibliographiques à consulter à leurs étudiants, afin d’améliorer davantage leurs formations et leurs connaissances. C’est aussi un support, pour la recherche au profit des enseignants de l’Université, aussi bien dans la préparation de leurs cours que dans la préparation des protocoles de recherche et dans la rédaction des articles scientifiques. Ces documents vont donc permettre un renforcement de capacités, une amélioration des connaissances scientifiques», a indiqué le Recteur.

Pr. Ali Mahamane d’ajouter que l’Université de Diffa a une nouvelle bibliothèque qui a besoin d’être documentée et renforcée, par une documentation physique et électronique. C’est pourquoi, il a donc saisi l’occasion pour lancer un appel à d’autres structures pour suivre l’exemple du consortium PNIN-HCI3N- INS. «Au nom de la communauté universitaire de Diffa, je puis vous assurer que bon usage sera fait de cette donation par tous les acteurs de notre Université», a conclu Pr. Ali Mahamane. Quant au Doyen de la Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université de Diffa, Dr Abdou Laouali, il a reconnu que les études ne peuvent pas avancer sans documentation, d’où l’importance, selon lui, de ce don. «De tout temps, les enseignants essayent de donner, après les cours, des références bibliographiques aux étudiants, si ces documents ne sont pas à leur portée, alors cela entrave considérablement leur apprentissage et leurs études. Cet appui est un grand pas dans la cadre de nos recherches et de nos cours universitaires», estime Dr Laouali.

Abordant dans le même sens, l’étudiant en 3ème année d’Etudes d’Impact Environnementaux et SG de L’Union des Etudiants Nigérien à l’Université de Diffa (UENUDA), Garba Altiné Sanoussi, déclare que, cet appui en documents offert par la PNIN, l’HI3N et l’INS est une véritable bouffée d’oxygène pour les étudiants de cet établissement. «Ici, nous sommes étouffés et asphyxiés par un manque criard de documents dans le cadre de nos études. Nul ne peut ignorer l’importance de la documentation pour les études supérieures. Cette donation va donc beaucoup aider et renforcer les étudiants dans le cadre de leur formation académique. Au nom des tous les étudiants de cette Université, nous remercions donc infiniment, la PNIN, l’HI3N et l’INS. Nous sommes disposés à entretenir une bonne collaboration avec ces bienfaisants partenaires, qui nous ont d’ailleurs toujours soutenus et accompagnés», se réjouit le représentant des étudiants, M. Sanoussi.

Ainsi, la PNIN, le HC3N et l’INS se sont positivement illustrés en marge des festivités de Diffa N’Glaa, pour mieux vulgariser les productions locales, sensibiliser et informer les participants qui sont les collectivités territoriales présentes à Diffa, les chefs coutumiers, les cadres régionaux des secteurs de développement rural, les chercheurs de l’Université de Diffa, les étudiants, les responsables et personnel des Agences du Système des Nations Unies, les ONG et autres associations représentées à Diffa sur les enjeux de la sécurité nutritionnelle au Niger sur la base des thèmes proposés. Plus spécifiquement il s’agit de montrer l’importance du dialogue et des actions coordonnées entre les acteurs pour améliorer la nutrition; rappeler l’importance de créer et maintenir un environnement favorable à la nutrition à travers une meilleure utilisation de l’information nutritionnelle et montrer comment chaque secteur d’intervention peut améliorer la nutrition en mettant l’accent sur les questions environnementales.

Mahamadou Diallo(onep)(Envoyé Spécial)