Validation de l’étude sur les médias et l’extrémisme violent au Niger : Une contribution efficace des médias dans la lutte contre le phénomène

Non classé

Le Centre National d’Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) a organisé hier matin à Niamey, un atelier de validation de l’étude sur les médias et l’extrémisme violent au Niger. La présente étude que, les participants auront à examiner et valider va contribuer à la mise en œuvre de la Stratégie nationale de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent (SNPREV) et de faire progresser l’action gouvernementale en matière de prévention du phénomène. C’est le directeur de cabinet adjoint du Président de la République, M. Djibo Takoubakoye Daouda qui a présidé l’ouverture des travaux.

Le CNESS a conduit une étude sur le rôle des médias dans la lutte contre l’extrémisme violent au Niger dans le but de contribuer à améliorer les connaissances sur la thématique. L’objectif général de cette étude est de fournir un document conséquent permettant de mieux cerner l’impact des médias sur la cohésion sociale, dans le cadre de la prévention de l’extrémisme violent et proposer aux hautes autorités du pays les pistes de solutions pouvant contribuer à mieux maitriser ce secteur stratégique et renforcer la cohésion sociale au Niger. La SNPREV reconnait un rôle primordial à la communication dans la prévention de la radicalisation et l’extrémisme violent, confirmant ainsi le fait que les médias soient des moyens efficaces pour promouvoir la paix et la cohésion sociale.

Cette rencontre intervient après trois semaines de la tenue d’atelier technique d’enrichissement qui a principalement concerné les professionnels des médias publics et privés. Il s’agit à travers cet atelier de validation de recueillir les contributions des représentants des différentes institutions avant de finaliser l’étude. Les objectifs spécifiques de cette démarche sont de collecter les données suffisantes sur les différents médias, analyser les données afin de dégager les forces et les faiblesses du secteur, en rapport avec l’extrémisme violent et la prévention de la radicalisation et formuler des recommandations pertinentes permettant de mieux renforcer les stratégies déjà existantes.

À l’ouverture des travaux, le directeur de cabinet adjoint du Président de la République a dit que, les phénomènes de la radicalisation et de l’extrémisme violent représentent depuis des décennies une préoccupation mondiale. Dans les pays déjà fragile à cause de contraintes structurelles comme ceux du Sahel, ces phénomènes aggravent les menaces à la paix, à la sécurité, et à la cohésion sociale. «Au regard de la menace que fait peser la radicalisation et l’extrémisme violent sur la paix et la sécurité internationale, en 2016, le Secrétaire Général des Nations-Unies a présenté son plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent devant l’Assemblée Générale. Il a insisté sur la nécessité d’adopter des mesures à tous les échelons. Ainsi, chaque Etat est appelé à élaborer sa propre Stratégie nationale de prévention de l’extrémisme violent», a rappelé, M. Djibo Takoubakoye Daouda.

Pour le directeur de cabinet adjoint du Président de la République, le Niger a répondu à cet appel en élaborant sa Stratégie Nationale de Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent qui a été adoptée en févier 2021. D’ailleurs, l’axe 3 de la SNPREV a fait du système de production de l’information un domaine essentiel dans la prévention de la radicalisation et l’extrémisme violent au plan national. Par un traitement journalistique professionnel de la violence extrémiste elle-même, de ses causes et de ses conséquences, les journalistes et les professionnels des médias permettent aux citoyens d’acquérir une bonne compréhension de l’extrémisme violent et de développer un esprit critique aux discours alarmistes, stéréotypes, haineux, et aux informations non vérifiées qui pullulent, notamment sur internet et les médias sociaux.

Auparavant, le Directeur du Centre National d’Etudes Stratégiques et de Sécurité le Colonel-Major Mahamadou Seidou Magagi a dit que, la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent ne saurait se faire sans une solide connaissance du phénomène. C’est pourquoi dans le plan d’action 2021-2025 de la Stratégie Nationale de Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent, le CNESS s’est vu confier l’amélioration des connaissances sur ce phénomène qui menace la paix et la sécurité au sein et à travers nos pays. Et c’est dans le cadre de ce mandat que s’inscrit la réalisation de la présente étude.

Mamane Abdoulaye(onep)