56ème édition de la Cure Salée à Ingall : Une édition rehaussée par la présence du Président de la République

Société
Spread the love

Sharing is caring!

«La cure salée, vecteur de la consolidation de la paix pour une mobilité durable et un développement des chaines de valeurs», tel est le thème de l’édition 2021 de la Cure Salée appelée aussi festival des nomades ou fête annuelle des éleveurs du Niger qui s’est ouverte le samedi 17 septembre à Ingall. La cérémonie d’ouverture qui est placé sous la présidence du ministre de l’Élevage, Porte-parole du gouvernement, M. Tidjani Idrissa Abdoul kadri  s’est déroulée en présence du Président de la République, Chef de l’État, M. Mohamed Bazoum.

On notait également la présence des présidents des institutions de la République, des députés nationaux, des membres du gouvernement, des membres du corps diplomatiques et des responsables des organisations internationales accréditées au Niger, ainsi des chefs coutumiers et des délégations de pays voisins.

Plusieurs allocutions ont marqué la cérémonie d’ouverture dont celle du maire de la commune rurale d’Ingall, du représentant des éleveurs, du président du conseil régional d’Agadez, et du gouverneur de la région d’Agadez.

Le représentant des éleveurs, M. Amadou Halilou a indiqué que cet évènement contribue au renforcement de la cohésion sociale, de la coexistence pacifique, de la coopération, de la paix mais aussi de la sécurité entre les communautés, facilitant ainsi une gestion rationnelle et équitable des ressources naturelles. M. Amadou Halilou a aussi salué l’adoption du document de la Politique foncière rurale au Niger ainsi que son plan d’actions le 9 septembre. En effet, ce document de politique foncière est un ensemble de choix et d’orientations stratégiques permettant à l’État de relever les grands défis du développement durable du pays y compris ceux relatifs à la sécurité alimentaire, à la paix  sociale, aux changements climatiques, à la préservation de l’environnement. «Nous nous engageons comme par le passé à accompagner la mise en œuvre de cette politique foncière dont nous souhaitons le démarrage effectif dans un bref  délai», a dit le représentant des éleveurs.

En outre, M. Amadou Halilou a rappelé que depuis quelques années  le Niger s’est engagé à mettre en œuvre plusieurs projets et programmes en lien avec l’élevage et le pastoralisme. Il a enfin souhaité une plus grande implication des éleveurs dans les toutes initiatives concernant le monde rural.

Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Elevage, Porte-parole du gouvernement, M. Tidjani Idrissa Abdoul Kadri a salué la présence du Chef de l’État. M. Mohamed Bazoum à l’édition de la Cure Salée de 2021. Cette présence du Chef de l’Etat «témoigne de son profond attachement aux valeurs culturelles de notre pays en général, à l’expression symbolique que représente la Cure Salée en particulier, mais aussi son engagement résolu à soutenir et transformer positivement le sous-secteur de l’élevage», a estimé le ministre en charge de l’Élevage. Il a par ailleurs indiqué que la Cure Salée est un véritable outil de culture de la paix, de renforcement de l’unité nationale et de la cohésion sociale dans la sous-région ouest africaine et au-delà pour tout le continent. Aussi, renchérit le ministre en charge de l’Élevage, «la Cure Salée est le lieu où se croisent et se mélangent dans la symbiose les représentants de différentes communautés pastorales dans un esprit de fraternité, de solidarité, d’échange et de partage».

Le ministre en charge de l’Élevage a noté que l’élevage, plus qu’une activité économique, est un mode de vie au Niger et renferme une dimension sociale, culturelle et politique que les Nigériens se doivent de respecter. Ainsi, il a rappelé que l’élevage emploie plus de 87% de la population et 20% vivent exclusivement des activités pastorales. C’est aussi, a-t-il souligné, la composante la plus dynamique de l’économie nationale et porteuse de croissance du secteur primaire avec une contribution des produits animaux de plus de 11% à la constitution du produit intérieur brut ( BIP) et 35 % au BIP agricole, le plaçant au premier rang des recettes totales d’exportation des produits agro-sylvo pastoraux. L’élevage constitue la seconde source de recettes d’exportation du Niger après les industries extractives. «C’est pourquoi, le gouvernement met en œuvre depuis des années un certain nombre d’outils stratégiques dont la stratégie de sécurité alimentaire et nutritionnelle et de développement agricole durable; la stratégie de développement durable de l’élevage aux fins de booster le secteur et amorcer une réelle modernisation et transformation de sa pratique sur toute l’étendue du territoire national», a déclaré M. Tidjani Idrissa Abdoul Kadri.

Le ministre de l’Élevage, Porte-parole du gouvernement a réaffirmé l’accompagnement du gouvernement aux éleveurs dans le domaine de la protection sanitaire des animaux, à travers la mise en œuvre d’un programme annuel de vaccination gratuite du cheptel et aussi dans le domaine de la sécurisation des espaces pastoraux pour assurer une alimentation adéquate des animaux dans un contexte de restriction de la mobilité des animaux imposée par certains pays voisins.

Oumar Issoufou, Envoyé spécial(onep)