Atelier de validation de l’étude de sécurisation sur la portion nigérienne du corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey(LON) : Pour une meilleure sécurisation de la portion nigérienne du corridor

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Secrétaire général du Ministère des Transports M. Attaoulahi Zakaouanou a présidé le vendredi 17 septembre 2021 à Niamey, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de validation de l’étude sur la sécurisation du corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey. L’objectif de cette rencontre d’échange vise à améliorer l’efficacité du système des transports en termes de coût, de délai et de sécurité.

A l’ouverture des travaux, le Secrétaire général du ministère des Transports a rappelé que le secteur des transports joue un rôle capital dans le désenclavement du pays, très vaste et sans littoral. Cette réalité a amené selon lui, le gouvernement à placer le transport parmi les secteurs prioritaires dans son programme de développement économique et social (PDES).

En ce sens, M. Attaoulahi Zakaouanou, a précisé que la promotion des exportations, l’approvisionnement en biens de consommation courante et d’équipement, la mise en valeur des potentialités minières et agricoles et le mouvement des populations sont tributaires des transports. Aussi, a-t-il indiqué, l’absence de voie ferrée sur le territoire national, la faiblesse du transport aérien du fait de son coût trop élevé font du transport routier le principal mode de transport avec environ 95% du fret global transporté. C’est pourquoi, a-t-il souligné, en 2020 il a été transporté par la route via le pays, sur les différents corridors, 2.193.049 tonnes de marchandises.

Selon M. Attaoulahi Zakaouanou, le volume d’échanges est en constante augmentation et il ya une forte demande de transport supplémentaire avec les bonnes perspectives minières. C’est pour relever tous ces défis, a notifié le Secrétaire général du Ministère des Transports que le gouvernement de la 7ème république, s’est résolument engagé dans une politique de réforme et de modernisation du secteur des transports.

M. Zakaouanou a par ailleurs mentionné que dans le cadre de la mise en œuvre du projet corridor économique LON et ce dans un contexte d’insécurité gravissime entravant considérablement le développement tant à l’échelle locale, nationale et régionale, le ministre des Transports du Niger, à travers la direction des transports routiers, a sollicité les services d’un consultant expert pour conduire l’étude articulée autour de la résilience des populations à travers une évaluation exhaustive des menaces sécuritaires sur la partie nigérienne du corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey.

Plus spécifiquement, cette étude vise à élaborer la cartographie des types de menaces et des risques sécuritaires sur la portion nigérienne du corridor économique Lomé-Ouagadougou- Niamey sur une bande de 40 km minimum, à identifier des positions stratégiques pour la création d’un cantonnement militaire afin de renforcer les dispositifs déjà existants, à renforcer les capacités opérationnelles des patrouilles déjà existantes et enfin à mettre en place un dispositif intelligent le long du corridor économique pour une meilleure sécurisation de la population.

Le Secrétaire général du ministère des Transports a enfin soutenu que la conception et la réalisation du projet exigent une forte implication de tous les acteurs de la chaine de transport.

 Farida Ibrahim Assoumane(onep)