Fin à Abidjan des travaux de la 27ème session extraordinaire du Comité Interparlementaire (CIP-UEMOA) : Les parlementaires favorables à l’ouverture du G5 Sahel aux autres pays de l’Uemoa et à la création d’un mandat d’arrêt africain pour juguler le terrorisme au Sahel

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Les travaux de la 27ème session extraordinaire du Comité Interparlementaire de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (Cip-Uemoa) se sont achevés le 24 mai dernier à Abidjan, dans la « salle Abidjan » de l’hôtel Radisson Blu, sous la présidence de Madame AKA Véronique AMANAN. La cérémonie de clôture officielle qui a eu lieu vendredi après-midi, a enregistré la présence des parlementaires de l’Union ainsi que de nombreux invités.

Dans l’allocution qu’elle a prononcée au cours de cette cérémonie de clôture, la Présidente du CIP a remercié tous les participants notamment, pour leur abnégation qui a permis d’aborder et de débattre de tous les points inscrits au programme de la 1ère  session extraordinaire au titre de l’année 2019. Elle n’a pas manqué de témoigner, en son nom propre ainsi qu’à celui de ses collègues membres du CIP-UEMOA, sa gratitude pour toutes les marques d’attention manifestées à leur endroit par les hautes Autorités de la Côte d’Ivoire. « Cela ne nous étonne guère de la part d’un pays à l’hospitalité légendaire et qui a toujours marqué un grand intérêt pour les idéaux poursuivis par l’UEMOA en matière de solidarité et  d’intégration entre les pays de l’Afrique de l’Ouest».

Deux motions de remerciements ont été adressées, l’une au Président de la République, SEM Alassane OUATTARA et le Gouvernement Ivoirien, et la seconde au Président, SEM Amadou SOUMAHORO ainsi qu’à l’ensemble des députés de l’Assemblée nationale et du peuple de la Cote d’Ivoire. Elle a vivement remercié le Président de l’Assemblée nationale qui n’a ménagé aucun effort pour la réussite de cette session. La Présidente du CIP a fait une mention spéciale pour l’audience chaleureuse accordée, le vendredi en milieu de matinée, par le chef du parlement ivoirien aux parlementaires de l’Union. 

Poursuivant son allocution, la Présidente AKA, est revenue sur la communication dédiée aux députés et relative au rôle des parlementaires dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme ; un fléau qui n’épargne aucun pays notamment ceux situés au sud du Sahara.

Le conférencier, Monsieur Oswald PADONOU, chargé d’un programme sur la sécurité auprès de KONRAD ADENAUER et Enseignant chercheur, a présenté l’état des lieux du terrorisme et de l’extrémisme violent dans les huit Etats membres où la situation, loin d’être homogène, est toutefois diffuse, potentielle et ressentie de la même manière. Selon le conférencier, il convient de susciter un débat sociologique, psychologique, politique et économique pour observer, analyser et définir les moyens d’y faire face. Elus de leurs peuples, le rôle des députés en matière d’animation est primordial a indiqué Mme AKA Véronique AMANAN.

Les résultats attendus de cette communication ont été atteints et ont permis aux parlementaires de l’UEMOA de faire d’importantes recommandations à l’endroit des Etats. Celles-ci vont du renforcement de la collaboration et de l’entraide judiciaire, la facilitation des procédures d’extradition des Etats à l’échelle régionale ou sous régionale ; l’encouragement des initiatives promouvant le culte de la paix et du dialogue au niveau local ; le soutien aux processus de concertation et de médiation locaux incluant les autorités traditionnelles et les associations communautaires ; l’ouverture du G5 Sahel aux autres États de l’Union non membres.

La plus emblématique de ces recommandations demeurant la création d’un mandat d’arrêt africain. Au cas, sans doute, où l’on parviendrait à nommer les terroristes et à les identifier ; leurs leaders étant eux bien connus.

Enfin, comme cela est de coutume chaque fois qu’ils se retrouvent en session dans un des pays membres de l’Union, les députés ont effectué une visite sur une réalisation de la Commission de l’UEMOA, en l’occurrence à la station de pesage à basse vitesse d’Alokoi, située à environ 10km de Yopougon sur l’autoroute du Nord. Cette infrastructure routière qui joue un rôle important dans la fluidité des échanges et le développement des pays de l’Union a été financée à hauteur d’un milliard 500 millions de F.CFA par l’UEMOA. Les Parlementaires ont marqué leur intérêt pour cet imposant ouvrage à travers leurs nombreuses questions auxquelles les techniciens chargés de la gestion de l’ouvrage ont apporté les réponses les plus complètes.

Abdourahmane Varino,

CIP-UEMOA

28/05/19