Formation sur la facilitation des échanges avec l’entrée en vigueur de la ZLECAf : Permettre à l’économie nationale de tirer le meilleur profit des échanges commerciaux

Economie
Spread the love

Sharing is caring!

Le Conseil Nigérien des Utilisateurs des Transports Publics organise du 14 au 16 juin un séminaire de formation sur le thème « facilitation des échanges dans l’UEMOA et de la CEDEAO avec l’entrée en vigueur de la ZLECAf ». C’est le secrétaire général du ministère des Transports, M. Attaou Zakaouanou qui a présidé hier matin l’ouverture des travaux.

Au cours de cette rencontre les participants auront à échanger sur plusieurs points. Il s’agit de l’accord de la ZLECAf, ses objectifs, les résultats des négociations et les annexes 3 et 4 qui traitent de la facilitation des échanges puis les grandes lignes de la stratégie nationale ZLECAf, les enjeux et défis du Niger ensuite l’accord de l’OMC sur la facilitation des échanges (AFE) , les opportunités et exigences pour les MPA comme le Niger, ensuite les initiatives au niveau sous-régional et régional en matière de facilitation. A ce cela s’ajoutent l’état de la mise en œuvre de l’Accord sur la Facilitation des Echanges (AFE) au Niger et perspective et enfin le rôle de la douane dans la mise en œuvre de l’AFE au Niger, enjeux, défis et perspectives. L’objectif poursuivi est le renforcement des capacités de négociation des opérateurs économiques nigériens dans le souci de faciliter les transactions internationales et réduire les coûts et les délais. De manière spécifique, cette rencontre vise à mieux comprendre le cadre juridique de la facilitation des échanges, puis étudier les principes, obligations et avantages pour les opérateurs économiques de l’entrée en vigueur de la ZLECAf ensuite maitriser les bases de la facilitation des échanges et des transports au sein de l’UEMOA et de la CEDEAO. Il est question aussi de déterminer les évolutions du système douanier et du transit dans la ZLECAf et enfin d’adopter les stratégies nécessaires afin de tirer un meilleur profit de la ZLECAf.

Le secrétaire général du ministère des Transports a rappelé le contexte et l’intérêt d’une telle rencontre pour le Niger. « L’organisation de ce séminaire revêt une importance particulière pour notre pays, compte tenu des multiples actions et décisions des autorités politiques nationales dans le cadre de la facilitation des échanges internationaux et l’avènement de la ZLECAf », a-t-il précisé.

Par ailleurs, le secrétaire général du ministère des Transports a relevé les initiatives et mesures prises par le gouvernement de la République du Niger dans le cadre de la concrétisation de ces deux instruments juridiques internationaux (la facilitation des échanges et la ZLECAf) pour que l’économie de notre pays tire le meilleur profit. Pour ce qui est de la facilitation des échanges, basée sur les accords de Bali de décembre 2013, « elle consiste à l’institution des règles et procédures d’importation, d’exportation et de transit rapide et fiables aux frontières », a-t-il précisé.

Compte tenu de la position géographique du Niger, un territoire sans accès direct à la mer, « le pays s’est engagé dans le processus de la facilitation des échanges avant même la signature de l’AFE par les Etats membres de l’OMC », a-t-il indiqué. M. Attaou Zakaouanou a ajouté que le Niger a participé activement au processus de négociation de l’Accord sur la Facilitation des Echanges dans le cadre de l’OMC et pour concrétiser ce fort engagement pour la facilitation des échanges commerciaux, notre pays est le premier parmi les pays les moins avancés membres de l’OMC à ratifier l’accord le 4 aout 2015.

« Ainsi depuis lors, plusieurs actions ont été entreprises dans le cadre de la mise en œuvre de l’AFE et le Niger participe aussi à toutes les initiatives sous régionales et régionales dans le cadre de l’UEMOA et de la CEDEAO », a aussi rappelé le secrétaire général du ministère des Transports.

« Quant à la ZLECAf, la décision de lancer ce projet a été avancée lors de la 18ème session de la conférence de l’Union Africaine en janvier 2012. Le processus de négociation fut lancé à Johannesburg au mois de juin 2015 et c’est le 21 mars 2018, à Kigali que le sommet extraordinaire des Chefs d’Etats et de gouvernements a adopté et ouvert à la signature, l’Accord de la ZLECAf de l’Union Africaine », a déclaré M. Attaou Zakaouanou. Pour lui, la mise en œuvre de la ZLECAf nécessite des politiques d’ajustement pour accompagner l’intégration commerciale. Pour ce faire, le Niger a mis place une stratégie nationale ZLECAf avec l’appui de la Commission Economique des Nations Unies (CEA). « Dans les grandes lignes, cette stratégie repose sur une approche chaines des valeurs et intègre l’industrialisation, les questions de genre et de jeunesse. Elle s’appuie entre autres sur la transformation structurelle de l’économie nigérienne », a-t-il conclu.

Mamane Abdoulaye(onep)