Le Président de la République a pris part au Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO à Accra, au Ghana : La CEDEAO énonce des mesures relatives au dénouement des situations politiques au Mali, en Guinée et au Burkina Faso

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Mohamed Bazoum, a regagné Niamey, le vendredi 25 mars 2022, dans la soirée, en provenance d’Accra, au Ghana, où il a pris part au Sommet Extraordinaire de la CEDEAO sur la situation politique au Mali, en Guinée et au Burkina Faso. Il a été accueilli à sa descente d’avion par le Premier ministre, Chef du Gouvernement M. Ouhoumoudou Mahamadou.

Il faut retenir qu’à l’issue de cette conférence, les Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la CEDEAO ont pris des résolutions relatives aux situations politiques au Mali, en Guinée et au Burkina Faso. C’est ainsi que pour le Mali, la conférence, tout en maintenant les sanctions prises le 9 janvier 2022, engage les Autorités de la Transition à s’inscrire dans une période complémentaire de 12 à 16 mois arrêtée par l’équipe technique de la CEDEAO/UA/NU pour l’extension de la Transition. Pour ce qui  est de la Guinée, la Conférence demande la finalisation d’un chronogramme acceptable de la transition au plus tard le 25 avril 2022, au risque d’exposer le pays à des sanctions économiques et financières. Idem pour le cas du Burkina Faso, où la Conférence, après avoir réitéré sa ferme condamnation du coup d’État du 24 janvier 2022 et exigé la libération inconditionnelle et sans délai du Président Roch Marc Christian Kaboré, demande la finalisation d’un chronogramme acceptable de la transition au plus tard le 25 avril 2022.

(Lire en page 3, l’intégralité du Communiqué final issu de la Conférence).