Lutte contre la drogue : Environ 17 tonnes de résine de cannabis incinérées à Niamey

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Dr Hassane Boubacar et son homologue de l’Intérieur, M. Alkache Alhada ont coprésidé, le samedi 24 Avril 2021 dans la matinée, la cérémonie d’incinération de 17 tonnes de résine de cannabis à la sortie Niamey sur la route Dosso. Cette cérémonie solennelle est le témoignage fort de l’engagement et de la détermination des autorités nigériennes dans la lutte contre le trafic des substances illicites et des drogues. Les 17 tonnes de résines ainsi incinérées ont été saisies par les services de l’Office central de répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) lors d’une opération menée le 2 mars 2021 dans un quartier de Niamey.

Au cours de cette cérémonie, le président de la Commission Nationale de Coordination de Lutte Contre la Drogue et les Substances Illicites, M. Moussa Hamidou Douma a rappelé que cette cérémonie est organisée en lien avec «la journée du 26 juin de chaque année, consacrée par la communauté Internationale à la commémoration de la journée Internationale de Lutte contre l’abus des Substances Illicites et des Drogues telle que décidée depuis 1987, par l’Assemblée Générale des Nations Unis». Il s’agit de l’incinération d’importants tonnages de substances illicites et de drogues dont les procédures judiciaires les concernant sont terminées. C’est donc dans le respect du principe de la légalité que cette cérémonie, qui vise la destruction d’environ 17 tonnes plus précisément 16 tonnes et 803 kilogrammes de résine de cannabis, saisis à Niamey le 2 mars 2021 au quartier Kalley Plateau, par les éléments d’OCRTIS, est organisée.

Cette incinération de la drogue est, selon M. Moussa Hamidou Douma, organisée suivant les dispositions de l’ordonnance n°99-42 du 23 septembre 1999 relative à la lutte contre la drogue au Niger. Aussi, le procureur de la République a fait constater que le principe posé par l’ordonnance n°99-42 du 23 septembre 1999, relative à la lutte contre la drogue au Niger est soit la remise des médicaments utilisables dans l’industrie pharmaceutique à une entreprise, soit la destruction après prélèvement d’échantillon à des fins probatoires.

M. Moussa Hamidou Douma a par ailleurs rappelé le danger que constituent les substances illicite et les drogues pour l’humanité. «L’abus des substances illicites et des drogues constitue un sujet de préoccupation croissant depuis plus d’un demi-siècle pour la communauté internationale, au regard des dégâts causés par les drogues illicites sur les individus et les sociétés et au regard de ses importantes répercussions sur la paix, la sécurité et le développement», a-t-il souligné. C’est pourquoi, ajoute-t-il, la célébration de la journée internationale de lutte contre l’abus des substances illicites et des drogues est considérée comme la réponse au problème mondial de la drogue.

Le Président de la Commission Nationale de Coordination de la Lutte contre la Drogue (CNCLD) a saisi cette opportunité pour plaider auprès du ministre de la Justice afin de doter la commission d’un siège et de moyens tant humains (personnel) que matériels afin de lui permettre d’atteindre efficacement ses objectifs.

A noter que cette cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités dont entre autres, le Procureur Général près la Cour d’appel de Niamey, le Doyen des juges d’instruction du Tribunal de Grande Instance Hors classe de Niamey, le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance Hors classe de Niamey, les membres de la Commission Nationale de Coordination de Lutte Contre la Drogue et les Substances Illicites, le Directeur Général de la Police Nationale, le Directeur de l’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS), des représentants des missions diplomatiques, consulaires et d’assistance technique et des cadres de la Police nationale et du ministère de la Justice.

Ali Maman(onep)