Participation citoyenne et politique des jeunes sur des élections apaisées : Le CSC sensibilise une quarantaine de jeunes à Maradi

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a organisé, hier matin à Maradi, une séance d’information et de sensibilisation des jeunes sur leur participation citoyenne et politique pour des élections apaisées dans notre pays. Cette activité qui vise à mieux outiller les jeunes en cette période électorale a regroupé plusieurs associations de jeunes issus de milieux divers tels, les Scouts du Niger, les représentants des clubs d’écoute des radios, ceux du Conseil régional des jeunes, de l’association ‘’Tournons la page’’ et de bien d’autres structures.

Deux communications ont été présentées au cours de cette rencontre. C’est ainsi que Mme Ibrahim Hadizatou Idi, Directrice  des affaires juridiques et du contentieux du CSC a entretenu les participants sur les droits et devoirs des citoyens tandis que M. Maman Jaharou, Conseiller au CSC a développé la thématique sur la responsabilité des jeunes dans le contexte électoral. En introduisant les travaux de cette séance de sensibilisation, le Rapporteur du Conseil Supérieur de la Communication, M. Seini Ayouba Kaka a indiqué que son institution organise cette activité en partenariat avec CFI avec pour but d’échanger avec les associations de la jeunesse de Maradi. Il a rappelé que les communications portent sur la participation citoyenne et politique des jeunes pour des élections apaisées.

«Une autre communication importante, celle qui porte sur la vérification de l’information sera aussi au centre des débats et ce, pour vous permettre d’avoir quelques informations vous permettant de distinguer les vraies informations des  fausses» a-t-il dit. Le Rapporteur du CSC a insisté sur l’importance de cette thématique de vérification de l’information qui non seulement touche les journalistes, mais concerne aussi le citoyen lambda qui utilise les smartphones ou autres types de téléphones. «Ces informations non crédibles souvent repandues dans les médias sociaux peuvent priver les uns ou les autres de leur liberté, comme c’est arrivé à certains blogueurs» a averti M. Seini Ayouba Kaka. Le rapporteur du Conseil Supérieur de la Communication a ajouté qu’en diffusant les fausses informations, on ne contribue pas à la création d’un climat de paix et d’apaisement dans notre pays.

Dans sa communication qui a porté sur les droits et devoirs des citoyens, Mme Ibrahim Hadizatou Idi a d’abord défini cette thématique comme ‘’ce que peut et ce que doit faire chaque individu, notamment en tant que citoyen dans sa vie en société’’. Elle a énuméré toutes les catégories de droits, notamment le droit d’association, le droit d’égalité à la naissance, le droit de l’être humain à la protection, le droit à la vie, à la santé et à l’intégrité physique et morale.

Pour sa part, le conseiller du CSC Maman Jaharou a, dans sa présentation portant sur ‘’La responsabilité des jeunes dans le contexte électoral’’, insisté sur ‘’la diffusion et la vérification de fausses informations’’, qui aujourd’hui avec le développement de la technologie interpelle tout un chacun. A l’entame de son intervention, il a indiqué que l’axe central des échanges dans ce contexte d’élection reste et demeure notre responsabilité, notre partition en tant que jeunes dans la gouvernance électorale. «Ce sont là des préoccupations qui peuvent nous amener à faire des choix démocratiques, responsables» a-t-il soutenu. Pour Maman Jaharou, la place des jeunes, est celle de ceux qui posent le débat de la gouvernance sur l’accès à un certain nombre de services qui reviennent de droit aux jeunes.

«En termes de rôle de la jeunesse en période électorale, c’est de porter le débat de la gouvernance au nom de la communauté, pour exiger que ces questions soient prises en compte par les acteurs politiques» a-t-il soutenu. Pour ce qui est de la propagation et de la vérification de l’information, le communicateur a été on ne peut plus clair. Pour lui, en cette période, la vérification de l’information est nécessaire du fait que la cybercriminalité aidant, toutes sortes d’information circulent et ce, selon la volonté des manipulateurs. Il a insisté sur la source de l’information qui est d’une très grande utilité.

Tiémogo Amadou ANP-ONEP Maradi