Rencontre du Comité de Pilotage(COPIL) du Projet d’aménagement territorial intégré(PATI) : Le point de la mise en œuvre des projets dans le cadre du G5 Sahel

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Comité de Pilotage du Projet d’Aménagement Territorial a tenu hier matin sa première session à Niamey. Cette rencontre a réuni le Secrétariat permanent du G5 Sahel et les membres de la Cellule de coopération décentralisée transfrontalièredes collectivités territoriales du Sahel dénommée C3 Sahel. Au cours de cette session, les participants auront pour mission d’examiner et d’adopter le rapport technique et financier de mise en œuvre du projet soumis par la C3 Sahel, mais aussi, de prendre des décisions idoines pour sauvegarder les ressources et cela à la lumière de la note circonstancielle produite par la C3 Sahel au niveau de la Zone pastorale de Tin Djolel. C’est l’Ambassadeur Mamane Sambo Sidikou, Secrétaire Exécutif du G5 Sahel qui a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux en présence des membres venus du Burkina Faso et du Mali.

Procédant à l’ouverture des travaux, l’Ambassadeur Sidikoua, de prime abord rappelé la signature de la convention de mise en œuvre du PATI en Novembre 2019 à Ouagadougou qui, a–t-il dit, a été formulé au profit du Fuseau Centre afin d’impacter rapidement et de façon visible les conditions de vie des populations touchées par l’insécurité et où la cohésion sociale est mise à rude épreuve. Aussi, a-t-il ajouté, le PATI vise à renforcer la confiance entre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité. Le Secrétaire exécutif du G5 Sahel a, par la suite,souligné l’importance de la réunion qui, a-t- il précisé, permettra de faire le point sur les avancées mais aussi de savoir quoi modifier dans la démarche, de recenser les attentes du G5 Sahel et enfin de savoir le type d’appel précis lancer en direction des partenaires qui peuvent encore soutenir les Etats.

M. Mamane Samba Sidikou de préciser que le projet est mis en œuvre à travers 4 composantes qui sont l’Aménagement de la zone pastorale de Tin Djolel, l’Aménagement et l’équipement de l’abattoir de Tillabéry, la Construction de magasins de stockage d’alimentbétail et enfin le renforcement du niveau de service du centre hospitalier régional(CHR) de Dori. A cela s’ajoute une composante transversale de formation et de renforcement de capacités des bénéficiaires dans la gestion des infrastructures et installations.En outre, a-t-il fait savoir, le PATI s’inscrit dans le processus de mise en œuvre du Schéma d’Aménagement Transfrontalier Intégré(SATI) promu par la C3Sahel et soutenu par l’UEMOA.

Pour le SE du G5 Sahel, ce projet est né des attentes, des besoins exprimés des collectivités territoriales autrement dit pour les populations. Aussi, a souligné M. Mamane Sambo Sidikou, ce type de projet fait la différence. «Il change la vie des gens en ce sens qu’il concerne des thèmes ayant trait à la santé, à la sécurité sociale… Et cela ne nécessite pas beaucoup de moyens ni de temps», a-t-il expliqué. C’est pourquoi, le Secrétaire exécutif du G5 Sahel a exhorté les membres du comité à maintenir la cadence pour achever le projet qui au de-là de constituer un modèle pour la mise en œuvre du cadre d’actions prioritaires intégré(CAPI), renforcera la résilience des populations et la chaine des valeurs pastorales.

Quant au président de la C3 Sahel, il a affirmé que le Comité de Pilotage est un outil capital chargé d’assurer la gouvernance, la coordination et le suivi des projets. Il est une instance de décision, mais également d’échange entre les membres de la C3 Sahel, les partenaires dont le G5 Sahel, l’UEMOA entre autres. M. Aziz Diallo a également déclaré que le PATI ne comporte que des projets de nature à améliorer les conditions de vie des populations et partant de là, à contribuer à l’amélioration de la sécurité. «Ce sont des projets qui ont été identifiés en 2019 au niveau local», a-t-il précisé. Pour le président de la C3 Sahel, les armes à elles seules ne suffisent pas à ramener la sécurité et la paix dans l’espacesahélien. «Il faut apporter des réponses idoines aux besoins des populations. En effet, les investissements sont de nature àaméliorer les conditions de vie des populations et nous nous réjouissons que le G5 Sahel et l’UEMOA aient prêté une oreille favorable à notre doléanceet d’êtrelà ce matin pour la mise au point de ces projets et décider des orientationsà leur donner en fonction des défis auxquels nous faisons face», a soutenu M. Aziz Diallo.

Le président de la C3 Sahel a souligné que beaucoup de projets sont déjà exécutés et d’autres en cours de mise en œuvre. Il a, à ce titre,évoqué les travaux de réhabilitation du CHR de Dori qui a permis au CHR d’êtreen mesure de répondre aux questions sanitaires.Il faut noter que la C3 Sahel comprend les communes de Téra et Tillabéry au Niger, de Gao et de Tombouctou au Mali et les communes de Dori, Gorom Gorom, Djibo et Seba au Burkina. Sa mission est celle de la mobilisation et de la gestion des fonds ainsi que du suivi de la mise en œuvre des projets.

 Rahila Tagou(onep)