Au cabinet du Premier ministre : Rencontre stratégique gouvernement-partenaires

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La Salle des Banquets de la Primature a abrité hier après-midi la rencontre stratégique gouvernement-partenaires. Selon le Chef du gouvernement, les rencontres stratégiques gouvernement-partenaires découlent de la volonté d’assurer une meilleure coordination et un meilleur suivi des actions entrant dans le cadre de la gestion de la COVID-19. Cette rencontre a été un véritable cadre d’échanges afin d’accompagner l’Etat du Niger dans la mise en œuvre de ses politiques de développement.

Lors de cette rencontre, M Ouhoumoudou Mahamadou a saisi l’opportunité pour remercier tous les partenaires techniques et financiers qui ont soutenu le peuple nigérien durant le processus électoral qui a abouti à la première alternance démocratique au niveau de la magistrature suprême du pays. «C’est l’occasion de prier pour que l’âme des personnes victimes de cette maladie repose en paix et c’est aussi le moment de réitérer toutes nos félicitations et encouragement à tous ceux qui se sont investis dans la gestion de cette crise sanitaire en particulier le personnel de la santé»,  a déclaré le Premier Ministre.

Dans ses propos linéaires, le Chef du Gouvernement a présenté aux partenaires, les actions menées ainsi que les préoccupations de l’Etat du Niger. Parmi ces préoccupations, il y a la stabilisation et le relèvement des zones exposées à la crise sécuritaire. «Il s’agit de faciliter la prise en charge des déplacés, des réfugiés et de créer les conditions de leur retour dans leurs villages d’origine. Cette question est aujourd’hui d’une actualité très forte avec le désir exprimé par les populations réfugiées à Diffa et à Tillaberi de retourner dans leurs fiefs d’origine et la volonté exprimée par l’Etat de les accompagner en renforçant et en réorganisant le système de sécurité ainsi que tout ce qui concerne le système d’assistance et d’aide humanitaire de réinsertion»,  a dit le Premier ministre.

M. Ouhoumoudou Mahamadou a rappelé qu’aujourd’hui la situation de la crise de la COVID a beaucoup évolué et que le Niger assiste à une accalmie relative. «C’est donc l’occasion de profiter de cette situation pour prendre en compte tous les aspects liés aux différentes crises humanitaires que vit notre pays. Dans le contexte actuel, notre pays vit des crises dont les conséquences sont assez dommageables et qui sont issues de l’insécurité, des inondations, de la sécheresse et de la crise alimentaire de manière générale, ainsi que de l’afflux des réfugiés et des déplacés internes. Ces conséquences se ressentent surtout au niveau des personnes vulnérables, c’est-à-dire les plus économiquement faibles, notamment les personnes vivant dans le monde rural. C’est pour cette raison que le gouvernement a, dans la Déclaration de la Politique Générale, clairement défini un axe stratégique, intitulé ‘’Solidarité et insertion économique des catégories en situation de vulnérabilité’’. Au niveau de cet axe nous abordons des questions telles que celles relatives à la protection sociale en anticipant sur les conséquences des crises sur l’emploi, etc. A ce niveau des actions sont nécessaires pour protéger les différents métiers de base à travers la mise en œuvre d’une activité que nous appelons Filets Sociaux Productifs», a notifié le Chef du gouvernement.

Par ailleurs, M. Ouhoumoudou Mahamadou a précisé que le Gouvernement a un certain

nombre de programmes visant à renforcer l’autonomisation économique des femmes, à promouvoir l’insertion économique et l’auto-entreprenariat des jeunes. «Dans le cadre du suivi des interventions supplémentaires qui accompagnent les jeunes et les femmes, nous avons effectivement un certain nombre de programmes visant à renforcer l’autonomisation économique des femmes. Nous avons également des programmes pour promouvoir l’insertion économique des jeunes et l’auto-entreprenariat des jeunes. Nous avons également dans ce cadre-là, la prise en charge des personnes victimes des catastrophes de façon générale, à savoir les inondations, les sècheresses, les crises sanitaires, les crises alimentaires. Et comme vous le savez, ça a été le cas avec les inondations survenues en 2020 et peut-être aussi le cas avec l’excès des pluies annoncées pour 2021. Voilà les actions qui peuvent être des zones de préoccupation pour nous et pour lesquelles nous souhaitons que la concertation soit permanente et régulière entre nous», a expliqué SE Ouhoumoudou Mahamadou. 

L’Ambassadeur de l’Union européenne au Niger et représentant des PTF, Dr Denisa-Elena IONETE a pour sa part réagi aux points développés au préalable par le Premier ministre. Ainsi, la Cheffe de la Délégation de l’UE au Niger a mis l’accent sur les leçons apprises lors de cet exercice, notamment les dernières rencontres stratégiques gouvernement-partenaires. «Nous avons retenu premièrement une forte volonté et un fort esprit de coordination et de collaboration au cours des rencontres précédentes. Devant toutes les menaces, nous avons témoigné une forte solidarité et un fort travail collectif main dans la main des partenaires et des autorités nationales», a dit Dr Denisa-Elena IONETE. Cependant, elle a relevé quelques remarques au niveau de la Déclaration de Politique Générale du Gouvernement, notamment la préoccupation et l’attention que le Gouvernement accorde à l’inclusivité.

 Abdoul-Aziz Ibrahim(onep)