Au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage : Lancement de la Cellule Géomatique et de Digitalisation

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Barkai Issouf a procédé, hier matin, à la Direction Générale de l’Agriculture, au lancement de la Cellule Géomatique et de Digitalisation dudit ministère. Cette cellule, équipée en matériel informatique et plateformes de technologies de pointe a été mise en place dans le cadre d’un accord tripartite de coopération sud-sud entre le Royaume du Maroc, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Etat du Niger. Et, cela afin de faciliter la collecte et l’analyse des données ainsi que leur traitement et la sortie des rapports. Ont pris part à cette cérémonie, la représentante du Ministère de l’Agriculture du Maroc, coordinatrice du projet, Mme Elmansouri Loubna, le Directeur Général du Centre Régional Africain des Sciences et Technologies de l’Espace en Langue Affilié à l’ONU, M. Anas Emran et le Représentant de la FAO au Niger, M. Attaher Maiga.

Procédant au lancement de la cellule, le ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a, de prime abord, souligné l’importance de la transformation digitale du secteur agricole. Cela constitue, selon M. Barkai Issouf, un maillon clé prometteur d’une gouvernance intelligente visant une augmentation durable de la productivité agricole. Il a par la suite  expliqué que dans le cadre du fonds fiduciaire signé entre le Maroc et la FAO en 2014 (et en référence à la conférence  internationale organisée à Marrakech au Maroc en Décembre 2014 sur la coopération sud-sud en agriculture), le Niger a sollicité un financement d’un accord tripartite visant le renforcement des capacités des cadres de son département ministériel en géomatique appliquée à l’Agriculture.

L’objectif de ce projet, a souligné le ministre Barkaï, est de bénéficier de l’expérience marocaine en matière de nouvelles technologies de digitalisation dans la gestion des ressources agricoles. Et, il cadre parfaitement avec le plan Numérique 2.0 récemment adopté par le Gouvernement du Niger, a-t-il précisé. De ce fait a ajouté M. Barkai Issouf, la création de cette cellule est une excellente initiative pour le ministère. Car, elle intervient à un moment où le Ministère s’est lancé dans un processus  pour moderniser ses outils de collecte, de traitement et d’analyse des données statistiques et l’information des opérations de recensement général de l’Agriculture et du Cheptel.

Avec cette réalisation, a-t-il soutenu, des retombées positives sont d’ores et déjà palpables à travers la compétence et l’autonomie des cadres. Ainsi, le ministre a invité les six  ingénieurs affectés à la cellule, à faire de cette dernière une école au Niger et à l’extérieur.

La Représentante du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage du Maroc, Mme Elmansouri Loubna a pour sa part rappelé que le Maroc a mis à la disposition des pays africains à travers le bureau de la représentation de la FAO au Maroc, un fonds fudiciaire d’environ 1.2 million de dollars US pour la période 2014-2020 en faveur d’un appui au développement de l’agriculture en Afrique. C’est ainsi qu’un accord de projet tripartite Maroc/FAO/Niger a été signé par les trois parties en novembre 2019 pour une durée de 14 mois. Le projet a-t-elle affirmé, a mis l’accent sur le renforcement des capacités des six ingénieurs de la cellule à travers un plan de formation intensif de 3 mois sur le traitement des images satellitaires, l’acquisition et les traitements des images prises par drones, sur les dispositifs d’enquêtes agricoles digitales, sur la digitalisation des statistiques agricoles et sur l’estimation des rendements. A ce niveau, Mme Elmansouri Loubna a annoncé l’extension financière et technique du projet par le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage du Maroc jusqu’à la fin de l’année pour ainsi permettre d’accompagner la cellule de géomatique et de digitalisation à exécuter un premier travail concret sur la digitalisation des enquêtes agricoles prévues au cours de la campagne agricole qui va commencer. Ces enquêtes digitales seront exploitées lors du recensement agricole à venir prévu par le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage.

Pour M. Attaher Maiga, représentant de la FAO au Niger, la création de cette cellule confirme l’enjeu important de la transformation digitale dans un contexte d’accroissement imprévisible de la variabilité météorologique. «Les technologies de pointe demeurent une opportunité pour l’agriculture d’aspirer à un nouveau palier de développement durable et inclusif», a-t-il précisé. Aussi, M. Attaher Maiga a notifié que concrètement cette cellule transversale de géo-technologie vise à former des profils experts en matière de traitement des images de télédétection satellitaire et drones.

En fin, M. Anas Emran, Directeur Général du CRASTE-LF a indiqué que le protocole d’accord signé entre le CRASTE-LF et la FAO en avril 2020 avait pour objectif de former, de développer et de renforcer les compétences du staff de la cellule et d’autres acteurs agricoles du pays en technologies spatiales et outils de digitalisation. A cet effet, a-t-il expliqué, un plan de formation de 81 jours a été exécuté au profit de 11 cadres du ministère des 2 directions de la statistique et de l’informatique et des départements externes. De ce fait, a-t-il affirmé, avec les réalisations en matière de formation, le staff de la cellule est doté d’une autonomie d’utilisation et d’exploitation des images satellitaires et drone et des outils d’enquête agricole digitale.

Il faut noter qu’après le lancement officiel de la cellule géomatique et de digitalisation, les six agents en charge de la cellule ayant suivi une formation de 60 jours en digitalisation ont reçu leur attestation.

  Rahila Tagou(onep)