Cérémonie d’ouverture de la 1ère Session Extraordinaire du CESOC au titre de l’année 2022 : L’examen des Schémas d’Aménagement Foncier (SAF) des régions de Tillabéri et de Zinder, à l’ordre du jour de la session

Société

Le président du Conseil Economique Social et Culturel (CESOC) a présidé, hier matin, dans la salle des banquets du Centre International des Conférences Mahatma Gandhi de Niamey, la cérémonie d’ouverture de la 1ère session extraordinaire du CESOC au titre de l’année 2022. L’examen des Schémas d’Aménagement Foncier (SAF) des Régions de Tillabéri et de Zinder est l’unique point inscrit à l’ordre du jour de la session. L’ouverture de cette session qui s’est déroulée en présence des Conseillers du CESOC, a enregistré aussi la participation des membres du Gouvernement, du président du Conseil de Ville de Niamey et de plusieurs autres invités.

Dans son discours d’ouverture de ladite session, le président du CESOC a souligné que cette session est convoquée conformément à l’attribution qui confère à ladite institution le devoir d’émettre des avis au gouvernement sur toutes questions dont elle est saisie. Ainsi, la loi portant code rural, lui a conféré ce devoir d’émettre son avis, avant l’adoption par le Gouvernement, de tout schéma d’aménagement foncier au Niger. «C’est donc une mission régalienne, dont nous devons nous en acquitter avec rigueur et responsabilité», a déclaré M. Malam Ligari Maïrou

Le Président du CESOC a saisi l’opportunité pour rappeler l’importance des schémas d’aménagement foncier pour notre pays. «Les schémas d’aménagement foncier constituent donc, pour nos régions un outil de planification majeur, pour le développement social et économique. Le Schéma d’Aménagement Foncier (SAF) est un document cadre dont l’objet est de préciser les espaces affectés aux diverses activités rurales ainsi que les droits qui s’y exercent. Les SAF sont, en effet, à la fois, facteurs de paix sociale et de développement durable. Leur mise en œuvre permet de sécuriser le monde rural et d’optimiser les exploitations des terres. En se dotant de ces instruments, les régions de Tillabéri et de Zinder, ambitionnent de devenir à terme des territoires où la gouvernance foncière garantit un accès équitable à tous citoyens, aux ressources naturelles inventoriées, sécurisées et affectées selon leur vocation, dans un climat de paix, de cohésion sociale et de complémentarité», a-t-il dit.

M. Malam Ligari Maïrou a souligné que cette session a été autorisée par les plus hautes autorités de notre pays, fidèles à leurs engagements de faire de notre pays un havre de paix, de cohésion sociale et de solidarité nationale. A travers cet acte, les conseillers vont donner leurs avis sur les deux textes (SAF) soumis à leur examen avant leur adoption par le gouvernement. Le président du CESOC a ainsi, saisi cette opportunité, pour saluer les efforts importants consentis par l’État en faveur du monde rural, en dotant notre pays d’un arsenal juridique, dont la mise en œuvre efficace peut créer la confiance des citoyens entre eux et à l’égard de l’Etat. M. Malam Ligari Maïrou a souligné que le CESOC se doit d’être à cheval sur toutes les questions se rapportant à l’aménagement du territoire pour s’y impliquer davantage, en se donnant les moyens d’aller au-delà de l’avis sur l’élaboration des SAF, d’évaluer en auto-saisine, comme le lui confère la loi, la mise en œuvre de ces outils et assurer ainsi une veille sur toutes les politiques en la matière.

M. Malam Ligari Maïrou a félicité et encouragé les Conseils régionaux de Tillabéri et de Zinder, pour la qualité du travail fourni, dans les projets de SAF soumis à l’examen du CESOC, qui fait ressortir une bonne maitrise du terroir et une réelle ambition quant à sa mise en valeur. «La réalisation des SAF a reposé sur un inventaire exhaustif des ressources agro-sylvo-pastorales, hydrauliques et halieutiques, un état des lieux de la situation des aménagements existants, une cartographie thématique et analytique des ressources naturelles pour ne citer que ceux-là. Le diagnostic ainsi effectué a fait ressortir des défis et dégagé des enjeux majeurs auxquels il faut proposer des solutions efficaces et durables. C’est à cet exercice délicat que se sont prêtés les experts et les acteurs terrain qui ont réalisé ce travail soumis aujourd’hui à l’appréciation du CESOC», a-t-il indiqué.

Le président du CESOC a aussi saisi cette occasion pour rendre un vibrant hommage et féliciter le Secrétariat permanent du Code rural pour son implication permanente et la mise à disposition de son expertise à toutes les régions pour généraliser le Schéma d’aménagement foncier dans notre pays.

Ali Maman(onep) et Maâzou Hachimou Faïza  (stagiaire)