Clôture de la campagne de sensibilisation pour des élections apaisées au Niger : Le Médiateur de la République exhorte les différents acteurs à une attitude citoyenne

Politique
Spread the love

Sharing is caring!

Le Médiateur de la République, Me Ali Sirfi Maïga, a procédé ce matin à l’hôtel Bravia de Niamey, la cérémonie de clôture de la campagne de sensibilisation organisée par l’Institution en vue des élections apaisées au Niger. La cérémonie s’est déroulée en présence du Secrétaire général du gouvernorat de Niamey, des représentants de la société civile, ceux des partis politiques, des chefs traditionnels et leaders religieux.   

La campagne de sensibilisation qui avait pour thème «Médiation institutionnelle et cohésion sociale : Quel rôle pour le médiateur de la république» avait conduit le Médiateur de la République dans les différentes régions du pays en vue d’appeler les acteurs électoraux à une attitude citoyenne responsable durant le processus électoral.

Organisée avec l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), cette campagne de sensibilisation à pour objectif d’identifier des pistes de promotion de la paix, de la quiétude sociale et de la symbiose, de préparer les esprits à accepter pour vrais les résultats sortis des urnes, de promouvoir les comportements exemplaires de tous, avant, pendant et âpres les opérations de vote et enfin d’appeler à la tolérance, au pardon et à la coexistence pacifique. 

Dans son discours de clôture,  le Médiateur de la République, a rappelé le pays est presque aux termes de son processus avec le scrutin présidentiel du 21 février. « Nous avons déjà fait un parcours, je dirais sans fautes, avec la tenue des scrutins des 13 et 27 décembre 2020. Le vote dans le calme et la sérénité est, depuis 30 ans, un exercice désormais légendaire dans notre pays», s’est réjoui Me. Ali Sirfi Maïha.

Aussi, a estimé le Médiateur de la République, 30 ans de multipartisme intégral, 30 ans de démocratie électorale, nous permettent d’annoncer haut et fort que le Niger et son peuple disposent d’un patrimoine politique, qui nous intime la nécessité de ne pas lâcher car. «Il faut sans cesse embellir ce patrimoine, pour le bonheur des générations présentes et futures», a-t-il ajouté.

Pour Me Ali Sirfi Maiga, notre pays dispose aussi d’un potentiel, du point de vue de la démocratie, un potentiel qui mérite un encadrement à l’effet d’inculquer sans cesse aux générations présentes et futures, toutes les valeurs fondamentales universelles qui peuvent façonner l’homme, consolider la morale publique et perfectionner l’Etat et la nation. «Ce 21 février, nous tous gouvernants et gouvernés, vont aire un exercice très important, je dirai tres essentiel pour notre vie, pur notre pays», a déclaré le Médiateur de la République.

En effet, a-t-il poursuivi, au delà du simple geste de voter, il s’agira, pour tout Nigérien, de créer et de vivre une communion avec la collectivité nationale, en exerçant non seulement un droit, mais surtout en accomplissant un devoir, dans la paix et pour la paix. «Ces éléments impératifs que je viens de citer sont d’abord des valeurs, qui font l’Etat. Tout Nigérien doit comprendre et savoir que ce ne sont pas les autorités élues qui sont censées lui fabriquer un profil de citoyen », a-t-il déclaré. Me Ali Sirfi Maïga de rappeler que c’est pour la première fois dans notre histoire sociopolitique, qu’un président démocratiquement élu, va passer la main à un autre. «Notre démocratie évolue et nous devrions aussi évoluer dans l’exercice de notre citoyenneté», a-t-il dit. C’est pourquoi,  le Médiateur de la République a  invité tous les acteurs électoraux, à préserver ces acquis en s’abstenant d’accomplir tout acte de nature à provoquer un recul démocratique.

Yacine Hassane(onep)