Election présidentielle 2ème tour : Caravane de sensibilisation pour des élections apaisées conduite par le Médiateur de la République dans la région de Dosso

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Après Zinder, Maradi et Tahoua, la caravane de sensibilisation pour des élections libres, transparentes et apaisées que conduit le Médiateur de la République Me Ali Sirfi Maïga était dimanche dernier à Dosso où elle a eu une séance  de travail avec les autorités administratives, coutumières et religieuses, les partis politiques, les organisations de la société civile, ainsi que les jeunes et les femmes. Cette campagne inclusive et interactive qui se tient en prélude au scrutin du 2ème tour présidentiel du 21 février 2021 a pour thème «Médiation Institutionnelle et Cohésion Sociale : quel rôle pour le Médiateur de la République».

Il s’agissait au cours de cette rencontre d’échanges, d’identifier les pistes de promotion de la paix, de la quiétude sociale et de la symbiose, de préparer les esprits à accepter pour vrais, les résultats sortis des urnes. Cette campagne a aussi pour objectifs de promouvoir les comportements exemplaires de tous, avant, pendant et après les opérations de vote et d’appeler à la tolérance, au pardon et a la coexistence pacifique. La question de la pandémie de la COVID19 a été également au centre des discussions.

Dans le discours qu’il a prononcé à cette circonstance, le Médiateur de la République a fait un rappel sur les scrutins qui ont eu lieu le 13 et le 27 décembre dernier. «Après l’euphorie du premier tour, nous devons élire un président de la République pour les cinq années à venir. Le jeu électoral veut que chacun soit libre de son choix, dans le recueillement le plus complet et la sérénité de l’isoloir. A l’issue de ces élections, il y aura nécessairement un vainqueur et un perdant, une majorité qui gouverne et une minorité qui contrôle dans le strict respect des lois de la République et des valeurs humaines», a notifié Me Ali Sirfi Maïga.

Le Médiateur de la République a particulièrement axé son intervention sur les litiges des champs, la gestion des couloirs de passage et d’aires de pâturage et bien d’autres contentieux qui ont à une certaine époque, exacerbé les passions et divisé les communautés. Cependant, a reconnu Me Ali SirfiMaïga, les populations ont avec le pragmatisme qui les singularise rétabli la concorde par le dialogue et l’esprit de concession. A Dosso comme partout ailleurs, le Médiateur de la République voit dans ses valeurs ancestrales les signes promoteurs de lendemains meilleurs. «Ces valeurs renseignent sur nos capacités de communion, de hauteur d’esprit, de dialogue franc, constant, sincère et constructif qui nous assureront une victoire certaine sur les appréhensions que suscite le scrutin qui s’annonce», a estimé Me Ali Sirfi Maïga.

Le Médiateur de la République a invité les populations de la région de Dosso à cultiver les initiatives qu’il faut pour des consultations libres et sincères, sans aucune passion, dans la communion des cœurs et des esprits. Maître Ali Sirfi Maîga en a appelé au professionnalisme et à la stricte impartialité de la presse ainsi qu’au sens de responsabilité des réseaux sociaux, à leur hauteur de vue pour réduire, sinon bannir les prises de position partisanes nocives à la cohésion sociale nécessaire et inconnue de notre patrimoine culturel commun.

Auparavant, le Secrétaire général du gouvernorat de Dosso M. Assoumana amadou a adressé ses salutations et ses remerciements au Médiateur de la République et à sa délégation pour avoir eu l’initiative d’aller vers les Nigériens dans toutes les régions. C’est, a indiqué M. Assoumana Amadou, une initiative salutaire car nous sommes dans un contexte où le Niger a besoin d’accalmie, de tranquillité et d’apaisement. Le Secrétaire général du gouvernorat de Dosso a demandé à l’assistance d’être attentive pour écouter le message du Médiateur de la République. Le débat  engagé a été riche en enseignements. Notons enfin que cette campagne est financée par le Programme des Nations Unies pour le Développement et World Vision.

Mahamane Amadou ANP-ONEP/Dosso