Fin des activités de la journée internationale de la lutte contre la corruption : La HALCIA boucle l’édition 2021 avec une conférence-débat sur le rôle de la Police Nationale dans le cadre de la lutte contre la corruption

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Dans le cadre des activités de la journée internationale de la lutte contre la corruption, édition 2021, la Haute Autorité de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, le samedi 11 décembre 2021 à son siège, une conférence débat sur le thème «Rôle de la Police Nationale dans le cadre de la lutte contre la corruption au Niger». Cette conférence débat a constitué un véritable cadre d’échange et de partage d’expérience sur l’importance et le rôle de la Police Nationale dans la lutte contre la corruption au Niger. Pour mieux appréhender la thématique, deux communications ont marqué le temps fort de cette conférence.

La première communication faite par la conférencière Dr Mounkaila Aichatou Seyni, commissaire au niveau de la HALCIA, a pour but de donner des indications générales sur la corruption au Niger. En ce sens, la communication a porté essentiellement sur le contexte, la manifestation, les causes et les conséquences de la corruption et l’état des lieux de la lutte contre la corruption au Niger. La deuxième communication faite par le commissaire principal de la police (CPP) Abdou Ibrahim a quant à lui, abordé le rôle de la Police Nationale dans la lutte contre la corruption au Niger. Peu après les deux communications, les participants essentiellement composés des agents des forces de défense et de sécurité (FDS), ont d’une part, posé des questions et d’autre part, apporté des contributions et des précisions relativement aux différents points développés par les conférenciers.

Il ressort de ces communications que la corruption est très répandue dans le monde. «Elle suscite beaucoup d’inquiétude et malheureusement le Niger n’échappe pas à ce phénomène très insidieux et sournois qui a des effets néfastes sur la démocratie, l’Etat de droit, la paix, la sécurité et le développement. Pour faire face à ce fléau, le Niger a non seulement renforcé son cadre juridique et institutionnel en matière de lutte contre la corruption et les infractions assimilées, mais il a aussi adopté en 2018 une stratégie nationale de lutte contre la corruption», note la première communication. 

Auparavant, le président de la Haute Autorité de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) Maï Moussa Elhadj Basshir a positivement apprécié la qualité des communications et le niveau d’organisation de l’édition 2021 de la journée internationale de lutte contre la corruption. «Cette année, nous avons fait une innovation. Nous avons commencé à célébrer la journée internationale de lutte contre la corruption un peu tôt. Dès le 7 décembre vous avez suivi avec nous une table ronde sur la dynamique de la lutte contre la corruption au Niger. Nous avons voulons continuer les débats sur le rôle de la Police Nationale dans le cadre de la lutte contre la corruption au Niger. Nous avons choisi ce thème parce que la justice de façon globale est depuis toutes ces années en proie à beaucoup de contestations, de plaintes et de dénonciations. En tant que Magistrat, nous avons intérêt à faire un débat interne pour voir les causes et les conséquences de la corruption dans le milieu judiciaire, notamment au niveau de la police, de la gendarmerie et la garde nationale, ces trois maillons sont les maillons de base» a expliqué le président Haute Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) Mai Moussa Elhadji Basshir.

 Abdoul-Aziz Ibrahim(onep)