Le Directeur général de l’AFD en mission dans la région de Dosso : M. Rémy Rioux visite des classes construites grâce au Fonds commun sectoriel de l’éducation à Birni N’gaouré

Société

Dans le cadre de sa visite de travail au Niger, le directeur général de l’Agence Française de Développement, M. Rémy Rioux, s’est rendu dans la zone de Boboye où il a eu des échanges avec les élèves, enseignants et parents d’élèves de l’école Banifandou 1 de Birni N’gaouré. Cette école a bénéficié dans le cadre du Fonds commun sectoriel de l’éducation, de la construction d’un bloc de trois classes en matériaux définitifs. Le premier responsable de l’AFD était accompagné de l’ambassadeur de France au Niger et du Secrétaire général adjoint du ministère de l’Education nationale.

A son arrivée à Birni N’Gaouré, M. Rémy Rioux a été accueilli dans l’enceinte de l’école par une délégation des autorités locales conduite par le préfet du Boboye et la mairesse de la ville de Birni N’Gouré, Mme Seyni Ramatou Abdou Beidi.

Dans son allocution de bienvenue, la mairesse de Birni N’Gaouré s’est réjouie du soutien de l’Agence française de développement au Fonds commun sectoriel de l’éducation qui a permis de construire à l’école Banifandou 1, un bloc de 3 classes en matériaux

définitifs et qui abritent désormais les classes du préscolaire. Elle a indiqué que dans sa commune, malgré la disponibilité de grands espaces dédiés aux écoles, les moyens manquent pour remplacer les classes en paillotes par des constructions en matériaux définitifs. «Si vous êtes ici avec nous cela veut dire que le slogan 0 classe en paillote d’ici 2030 vous tient à cœur», a dit Mme Seyni Ramatou Abdou Beidi au DG de l’AFD.

Pour sa part M. Rémy Rioux a exprimé sa joie de voir la mairesse et les enseignantes de l’école Banifandou 1 dévouer leurs vies et leurs engagements à la jeunesse nigérienne qu’il considère comme un défi, avec l’arrivée chaque année de plus en plus d’enfants dans le système éducatif, et qui est en même temps «une immense chance parce qu’elle va travailler, se former et elle va faire le Niger et le Sahel de demain». Le DG de l’AFD a également déclaré que la priorité du Président Mohamed Bazoum pour le secteur de l’éducation est aussi une priorité de l’Agence française de développement.

«C’est ce message-là de soutien, de confiance, d’investissement que je veux passer aujourd’hui auprès vous. Et finalement, je le fais au nom de la France, c’est l’Agence française de développement, mais je sais aussi que de très nombreux partenaires joignent leurs forces pour soutenir la politique éducative du pays», a expliqué M. Rémy Rioux. Il a affirmé que la France, via l’AFD, investit de plus en plus au Niger et va accélérer son action pour atteindre des investissements annuels de l’ordre de 100 à 150 millions d’euros dans les prochaines années, conforment à l’importance du pays aux yeux de l’AFD et de la France. «Evidemment, on le fait derrière le gouvernement, derrière les collectivités locales, derrière les acteurs, pour être les plus efficaces possibles», a conclu le directeur général de l’Agence française de développement.

La délégation de l’AFD a fait le tour de quelques classes en paillotes et a visité le bloc des 3 classes en matériaux définitifs construites par le Fonds commun sectoriel de l’éducation. Au cours de cette visite guidée, le premier responsable de l’Agence française de développement a promis de soutenir l’école Banifandou 1 et les autorités communales pour que les trois classes en paillotes existantes soient construites en matériaux

définitifs et que la cour de l’établissement soit également clôturée.

Souleymane Yahaya(onep),Envoyé spécial