Maradi/Entrepreneuriat : Styliste et Modéliste Mohamed Yassine Lourwanou, créateur de Yankourori Couture

Société

Mohamed Yassine Lourwanou Yankourori est un des stylistes modélistes les plus reconnus dans la capitale économique du Niger. Née le 20 Septembre 1988 à Maradi, il a fréquenté l’école mission, puis le CSP Dan Koulodo dans cette ville. Après ce parcours académique sanctionné par une licence en Communication des Entreprises, Mohamed Yassine n’a pas hésité à s’inscrire dans le centre de formation ANNOUR d’où il est sorti couturier professionnel.

«J’ai intégré ce centre de formation juste après ma licence en 2021 où je me suis fait former pendant 6 mois», confie-t-il. Passionné de la couture et de la mode depuis l’enfance, Mohamed a décidé de se lancer dans ce domaine pour réaliser son rêve. « Après ma licence, j’ai eu à passer d’innombrable stages qui, malheureusement ne m’ont pas permis d’être stable financièrement. C’est ce qui m’a encore motivé à me lancer dans l’entrepreneuriat surtout dans le domaine de la couture », témoigne-t-il.

Mohamed Yassine a créé sa propre marque de style dénommée Yankourori Couture.

Cette marque porte sur la couture, la confection des bonnets et la mode. « Tout récemment, j’ai eu l’honneur d’organiser le tout premier défilé de mode d’un styliste au KSG Plaza de Maradi »,  affirme-t-il avec fierté.

Il fait montre d’exigence concernant la matière d’œuvre utilisée ainsi que dans le professionnalisme pour fournir une marque de très haute qualité à la clientèle.

« Nous faisons la couture des grands boubous : simple, broderie à la machine et à la main, la broderie des bonnets pour les hommes, les costumes, les coutures de bazins pour les femmes et ainsi que des styles de création à la demande du client », précise-t-il. Les prestations chez Yankourori sont le plus souvent liées au modèle et styles choisis par le client. Les prix varient de 4000 FCFA à 250.000 FCFA si le client décide de payer toutes les matières premières avec chez lui.

Mohamed Yacine dispose d’un atelier de couture et d’une boutique pour la commercialisation des articles comme les bazins, les tissus, les prêts à porter, les chaussures, les manchettes, etc… « Mon atelier ainsi que ma boutique se situent en plein centre-ville de Maradi. J’ai eu à former plus de 30 jeunes qui actuellement ont leurs propres entreprises. Actuellement je dispose de 11 employés qui travaillent comme apprentis ».

Le plus grand problème dans la bonne marche de Yankourori couture est la gestion des employés et souvent aussi de la clientèle. « Mes débuts étaient marqués par des difficultés liés au financement,  mais j’ai eu des appuis avec mes parents auxquels je dois tout », confie-t-il.

Aussi, Mohamed Yassine lance un appel à l’endroit des jeunes en général et surtout des diplômés à entreprendre parce que l’Etat ne peut pas assurer à tous un emploi : la  jeunesse doit entreprendre afin d’être indépendante.

Rachida Abdou Ibrahim(stagiaire)