Période de froid au Niger : Apaisante, mais pas sans conséquences

Dossier
Spread the love

Sharing is caring!

Depuis quelques temps, la chaleur a cédé la place au froid. Cependant, cette période bien qu’apaisante n’est pas sans conséquences. En effet, la période de froid est propice à la survenue d’autres phénomènes météorologiques qui peuvent constituer un risque pour la santé et provoquer ainsi ce qu’on appelle les infections respiratoires. Parmi ces phénomènes, on peut notamment citer : la poussière qui est constitué de fines particules très légères qui, une fois inhalées peut favoriser ou aggraver les infections respiratoires. Et les plus vulnérables en cette période sont les nourrissons et les enfants. C’est d’ailleurs ce pourquoi en cette période, on constate une affluence des mamans dans les centres de santé. Pédiatre et allergologue à la polyclinique Magori, le Dr. Ahmed Moulay Ali explique les infections liées à cette période tout en conseillant les parents afin de mieux protéger les nourrissons et les enfants. 

En amont, constat a été fait dans plusieurs centres de santé où l’ambiance est morose. Regard vide et triste des mamans, bébés qui pleurnichent ou vomissent : voici ce qui accueille les gens à l’entrée des centres de santé ces derniers temps. Sur le visage de beaucoup de mères, on lit une certaine

désolation mélangée à un désarroi surement due à l’impuissance face à la situation de leur enfant. Pour les plus braves, elles essayent de garder la face tandis que d’autres finissent par craquer. La seule cause à tous ces maux, ce sont les infections respiratoires causées par le froid.

En effet, a confirmé Dr. Ahmed Moulay Ali, Pédiatre et Allergologue à la polyclinique Magori, pendant cette période, les enfants sont les plus exposés aux infections respiratoires. Selon lui, la prolifération de ces infections pendant le froid est due à la combinaison de plusieurs phénomènes. D’une part, il y a les basses températures qui peuvent affaiblir les défenses immunitaires de l’organisme. Et d’autre part, la plupart des virus responsables de ces infections circulent durant cette période. Aussi,  pendant cette période du froid, les cas de gastroentérites virales (responsables de diarrhée et vomissements), sont également fréquents.

Parlant des infections, il a expliqué qu’elles sont très contagieuses. Elles sont pour la plupart dues aux virus, mais dans certains cas par des bactéries. Ces infections peuvent se présenter sous diverses formes, bénignes pour certaines et graves pour d’autres. Ainsi, on peut, citer parmi ces infections contagieuses : le rhume (ou rhinopharyngite) qui est en général bénigne causé par des virus (tels que les rhinovirus et bien d’autres) infecte le nez et la gorge. Les symptômes classiques du rhume sont le nez qui coule, le nez bouché, les éternuements, la toux, et quelque fois un peu de fièvre. Et à ce niveau, il a insisté sur le fait que les petits enfants surtout de moins de deux ans attrapent beaucoup le rhume parfois 5 ou plus par an.   Cela ,a-t- il souligné n’est, pas lié au fait que ces enfants ont un problème particulier, mais tout simplement parce qu’ils sont exposés à de nombreux virus auxquels ils ne sont pas encore immunisés. Et selon le Dr. Ahmed Moulay Ali, Le rhume dure en moyenne une semaine, et il n’a pas de traitement spécifique, mais de soins symptomatiques.

Ensuite, il y a la bronchiolite qui est très fréquente en ce moment chez les nourrissons de moins de deux ans. Elle est due le plus souvent à un virus appelé le Virus Respiratoire Syncytial qui touche les petites voies respiratoires inferieures. Dr. Ahmed Moulay a expliqué que cela débute par un simple rhume, puis la toux devient plus fréquente et la respiration peut devenir sifflante avec des fois une gêne respiratoire importante causant ainsi des difficultés de manger ou dormir chez l’enfant. Cependant, a-t-il précisé, elle peut être particulièrement grave chez les tout petits surtout ceux de moins de 3 mois. « Elle fait partie actuellement des principales causes d’hospitalisation. Dans la majorité de cas, elle guérit spontanément au bout de 5 à 10 jours », a confié Dr. Ahmed Moulay.

La pneumonie se définit comme une inflammation aiguë du parenchyme des voies respiratoires. Ce parenchyme a-t-il dit est constitué des alvéoles qui se remplissent d’air quand une personne en bonne santé respire. Et en cas de pneumonie a-t-il expliqué, les alvéoles se remplissent de pus et de liquide qui rend la respiration difficile. La pneumonie peut être causée par des virus (tel que le VR, des bactéries (surtout le streptococcus pneumoniae et le Haemophilus influenzae) mais aussi d’autres types d’agents infectieux comme les champignons. Cette infection également touche surtout l’enfant de moins de 5 ans et se manifeste par une toux, une respiration difficile avec souvent un tirage à type de rétraction de la cage thoracique, une fièvre. En outre, a notifié Dr. Ahmed Moulay, on peut avoir des signes non spécifiques tels que les douleurs abdominales et vomissements, difficultés de boire ou s’alimenter. La pneumonie peut être traitée par l’administration des antibiotiques quand elles sont dues à des agents bactériens et de fois nécessite une hospitalisation avec des soins de soutiens telle l’administration de l’oxygène pour les cas graves.

Et enfin, la grippe que les gens confondent le plus souvent avec le rhume. Elle est plus grave que le rhume et elle est causée par le virus de l’influenza. Elle se manifeste par une fièvre subite forte, frissons, toux sèche, douleurs musculaires des difficultés respiratoires et des fois même des convulsions chez l’enfant.

Selon, le pédiatre et allergologue, la gravité de ces infections respiratoires, peut être liée à plusieurs facteurs indépendamment de la négligence. C’est par exemple la virulence de l’agent causal lui-même, le terrain particulier de l’enfant (cas de ceux porteurs de maladies chroniques telle : la drépanocytose et l’asthme) ; l’âge comme dans le cas du nouveau-né et aussi les enfants souffrant de malnutrition. Maintenant, a-t- il ajouté, s’il faut parler de la négligence, c’est d’abord, le fait de ne pas suivre les mesures préventives mais aussi de sous-estimer ces infections et s’adonner à de l’automédication. « D’ailleurs, les infections respiratoires en particulier la pneumonie font partie des premières causes de mortalité chez l’enfant. L’OMS estime que la pneumonie à elle seule cause 15% du nombre total de décès de moins de 5 ans dans le monde », a précisé, Dr. Ahmed Moulay.

A ce titre, il a déclaré qu’en moyenne, il reçoit en consultation pédiatrique une vingtaine d’enfants par jour pour des motifs liés aux infections respiratoires y compris le rhume. Et « depuis le début du froid, on a eu à traiter plusieurs cas graves qui ont nécessité une hospitalisation ». Cependant, ce nombre a-t-il souligné, peut-être plus important dans les structures sanitaires publiques où l’affluence est plus forte.

Ainsi, afin de prévenir ces infections, Dr. Ahmed Moulay a affirmé que les mesures édictées contre la pandémie du COVID19 sont aussi efficaces contre les autres infections respiratoires en l’occurrence le lavage des mains, le port de masque et la distanciation sociale. Evidemment, il faut aussi protéger les enfants contre le froid, et réduire la pollution de l’air dans les habitations. Il est fortement recommandé de protéger les enfants de ces infections par le biais de l’allaitement exclusif. Et prévenir la pneumonie par la vaccination qui se fait gratuitement dans les centres de santé.

Dr. Ahmed Moulay Ali conseille surtout le respect des mesures préventives, éviter l’automédication de fois dangereuse et fréquenter à temps les centres de santé.

Les infections respiratoires ne sont donc pas à négliger. Les recettes de grand-mère à elles seule ne peuvent favoriser la guérison. L’idéal serait de demander l’avis d’un spécialiste. 

Par Rahila Tagou(onep)