Plafonnement des frais de scolarité dans les établissements privés de l’enseignement général : Installation officielle du comité technique chargé de réfléchir sur la question

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Entreprenariat des jeunes M. Gado Sabo Moctar a procédé le vendredi 27 août dernier à l’installation officielle du comité technique chargé de réfléchir sur les frais de scolarité dans les établissements privés de l’enseignement général. Ce comité sur lequel l’Etat fonde l’espoir de revoir à la baisse les frais scolaires qui progressent significativement à chaque rentrée est composé de 25 membres issus des services techniques de l’Etat, des fondateurs des établissements privés, des représentants de la société civile concernée par le sujet. L’installation s’est déroulée en présence du ministre de l’Education nationale, venu apporter son soutien au comité.

Dans son intervention, le ministre du Commerce, de l’industrie et de l’entreprenariat des jeunes a indiqué que les membres du comité technique, choisis par leurs structures respectives sur la base de leurs compétences, ont pour rôle d’aider l’Etat du Niger «à diminuer la souffrance des parents d’élèves» qui parviennent difficilement à inscrire leurs enfants dans les établissements privés. «Je suis persuadé qu’en tant que partenaires du système éducatif nigérien, parents d’élèves et éducateurs, vous saurez trouver ensemble les solutions salutaires permettant aux parents d’élèves les plus démunis d’inscrire leurs enfants», a-t-il dit.

Le Ministre Gado Sabo Moctar a rappelé que le système éducatif du pays est confronté à plusieurs difficultés. Parmi ces dernières, il énumère la faiblesse des capacités de l’apprentissage, la faiblesse de la capacité des enseignants, l’augmentation excessive des frais de scolarité des établissements privés de l’enseignement général qui croissent d’année en année et la variation des frais de scolarité pour des prestations équivalentes d’un établissement à un autre. Il a aussi rappelé l’engagement pris par le Chef de l’Etat «de veiller personnellement à ce que le secteur de l’éducation soit au centre de toutes les actions du Gouvernement, car le développement d’un pays dépend forcement de son système éducatif».

Pour le ministre de l’Education nationale, M. Rabiou Ousman, l’enseignement privé constitue un maillon important dans le système éducatif nigérien. Ce qui lui vaut une place de choix dans les programmes économiques et sociaux du gouvernement. Avec un effectif de 123.045 élèves au primaire et 108.982 au secondaire, a-t-il ajouté, l’apport de l’enseignement privé dans le développement de l’éducation au Niger n’est plus à démontré. «Il contribue significativement à l’accroissement de la capacité d’accueil dans nos établissements, à la rétention des filles à l’école et au développement du capital humain qui sont respectivement l’axe 1, 2 et 3 de la politique éducative du gouvernement», a-t-il précisé.

L’installation du comité technique fait suite au décret N° 2020-902/PRN/MC/PSP du 11 décembre 2020 fixant la liste des produits et services dont les prix sont déterminés par arrêté du ministre du commerce, et l’arrêté N° 0045/MC/I/EJ/DGC/DCI/LCVC du 5 juillet 2021 qui a créé le comité technique. Les membres du comité ont pour objet de faire des propositions de frais de scolarité des établissements privés de l’enseignement général, du préscolaire au lycée, tout en examinant toutes les charges entrant dans la composition desdits frais.

 Souleymane Yahaya(onep)