Première réunion du Panel de haut niveau sur la sécurité et le développement, à Niamey : SEM. Mahamadou Issoufou s’engage pour la cause des pays du Sahel et de la région

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le président du Panel de haut niveau sur la sécurité et le développement, l’ancien Président de la République, SEM. Mahamadou Issoufou, a présidé, les 20 et 21 juin 2022, au Centre international de conférences Mahatma Gandhi de Niamey,  la première réunion dudit Panel. On y notait la présence de la Sous-Secrétaire Générale des Nations-Unies pour l’Afrique au Département des Affaires Politiques, de la Consolidation de la Paix et des Opérations de Paix, Mme Martha Pobee, du président de la Commission de la CEDEAO, M. Jean Claude Kassi Brou, du Haut Représentant de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel, M. Maman Sambo Sidikou, du Secrétaire Exécutif du G5 Sahel, l’Ambassadeur Eric Tiaré, ainsi que de l’Ambassadeur Leila Zerrougui et de Professeur Abdoulaye Bathily.

En procédant à l’ouverture des travaux, le président du Panel, l’ancien Président de la République, SEM. Mahamadou Issoufou, a d’abord rappelé les circonstances de sa  désignation à la présidence du Panel par le Secrétaire Général des Nations-Unies et le Président de la Commission de l’Union Africaine, avant de les en remercier vivement.

Il a ensuite rappelé que lors d’une visioconférence tenue, le mercredi 15 juin 2022, avec notamment le Secrétaire Général de l’ONU, le Président de la Commission de l’UA, le Président de la Commission de la CEDEAO, le Secrétaire Exécutif du G5-Sahel, SEM. il a été précisé que la mission du Panel est d’élaborer une stratégie conjointe UA-ONU sur la sécurité et le développement, non seulement pour l’espace du G5-Sahel mais aussi pour une partie de l’espace CEDEAO, menacée par les organisations terroristes et criminelles qui ont pris pied, depuis plusieurs années, dans le Sahel et dans le bassin du Lac Tchad.

Cette mission, a-t-il dit, intervient également « dans un contexte marqué par la guerre en Ukraine et ses conséquences notamment sur les prix des céréales et de l’énergie, par les conséquences persistantes des interventions en Irak et en Libye, par les effets désastreux du changement climatique, par la tectonique mondiale du terrorisme, de la drogue et de la criminalité en général rendant la situation hautement inflammable, par les conséquences de la pandémie de la covid-19, amplifiant la pauvreté et les inégalités, toutes choses qui risquent de compromettre la mise en œuvre des agendas 2030 des Nations Unies et 2063 de l’Union Africaine ».

Aussi, a indiqué SEM. Mahamadou Issoufou, il paraît impératif de garder à l’esprit ces caractéristiques du contexte international dans toute tentative d’établissement d’une grille de lecture de la situation dans les espaces Sahélo-Saharien et Ouest-Africain. Selon lui, la mission du Panel de haut niveau doit commencer par un diagnostic portant sur tous ces aspects pour meiux identifier les défis auxquels notre région est confrontée, à savoir les défis institutionnel, sécuritaire, démographique, climatique, défi du développement économique et social et défi de l’intégration régionale et continentale. D’où, a-t-il estimé, l’importance de concevoir une stratégie efficace. « L’efficacité de la stratégie à concevoir suppose l’identification du défi décisif, c’est-à-dire l’identification de ce maillon de la chaîne des défis qui, une fois en main, permettra de tenir toute la chaîne», a déclaré le président du Panel. « La mission qui nous est confiée est difficile mais exaltante. Nous mettrons tout en œuvre pour l’accomplir en toute indépendance dans l’intérêt supérieur des peuples du Sahel et de la région », a conclu SEM. Mahamadou Issoufou.

Par Assane Soumana(onep)