Protection des données à caractère personnel : La HAPDP sensibilise ses points focaux sur les enjeux et le cadre juridique et institutionnel de leur rôle

Société

Dans le cadre de la campagne de sensibilisation des acteurs de son écosystème, la Haute Autorité de Protection des Données à caractère Personnel (HAPDP) a organisé, hier à Niamey, un atelier de formation au profit des points focaux des institutions publiques au sein de l’organe. En organisant cette journée, la HAPDP rappelle à ses délégués issus des différentes institutions les enjeux de leur rôle pour la défense des droits de l’Homme en général et en particulier pour le respect de la vie privée des Nigériens, conformément au cadre juridique et institutionnel de la protection des données personnelles au Niger.

Après l’atelier destiné aux membres et au personnel de la HAPDP, celui-ci vient édifier les points focaux sur la protection des données à caractère personnel à l’ère du numérique où la collecte et le stockage des données à caractère personnel sont essentiels et incontournables pour les entreprises publiques et privées ainsi que l’Administration. La journée dite de sensibilisation et d’information rentre également dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action de la HAPDP issu des recommandations faites dans le rapport de l’analyse sur l’état des lieux du dispositif législatif et institutionnel commandité par l’organe en collaboration avec l’OIM en 2021. Le rapport en question a fait ressortir une certaine léthargie surtout dans les administrations. C’est pourquoi en tant que points focaux de la protection des données au sein de leurs institutions respectives, les délégués sont tenus de veiller à la conformité des traitements des données personnelles, selon la législation en la matière.

Au delà, la problématique de la protection des données à caractère personnel nécessite naturellement une implication de toutes les composantes sociales, d’autant plus que «chaque citoyen doit connaître les règles et les

procédures pour protéger sereinement sa vie privée, en choisissant les données qui seront collectées et traitées». A cet égard, «la loi 2017-28 accorde à chaque personne un droit à l’information, d’accès, de vérification, de rectification, d’opposition et de suppression», rappelle Mme Sanadi Tchimaden Hadatan selon qui «la protection prévue par le législateur nigérien n’est pas seulement un droit individuel mais également un devoir national». C’est pourquoi, dit-elle, les autorités de la République ayant été sensibilisées sur cette question à travers un séminaire gouvernemental animé par les cadres de la HAPDP en date du 13 novembre 2021, ont pris des engagements forts pour faire du Niger un pays conforme et soucieux de la protection des données des Nigériens. A cette occasion, faut-il le noter, le Premier ministre a donné des instructions pour désigner des points focaux ou délégués à la protection des données à caractère personnel au sein de chaque département ministériel.

La HAPDP instituée est devenue ainsi en moins de deux ans d’opérationnalisation, un acteur incontournable du processus de régulation des traitements et utilisations des données personnelles au Niger. En effet, cette institution s’attèle à prévenir d’éventuelles dérives ou à corriger les errements du passé lors des traitements automatisés des données à caractère personnel y compris ceux mis en œuvre par l’Etat. Son travail offre donc une grande visibilité sur les types de traitement en cours. «Chaque demande d’autorisation ou d’avis traitée lui permet d’avoir une vue d’ensemble relative, notamment sur l’identité du responsable du traitement, à la finalité, aux personnes concernées, aux catégories de données collectées, à leur origine, à leur durée de conservation, aux lieux de stockage et aux mesures de sécurité mises en place», explique la présidente de la HAPDP.

Selon Mme Sanadi Tchimaden Hadatan, «le point focal doit être positionné efficacement au sein de son organisation pour être en capacité de faire directement un rapport au niveau le plus élevé, d’animer un réseau de relais au sein des filiales d’un groupe par exemple et/ou une équipe d’experts (expert informatique, juriste, expert en communication, traducteur, DRH etc.)».

 Ismaël Chékaré(onep)